L’uniforme réséda de l’armée française.

On se souvient tous des pantalons garance de 1914 et de leur très -trop- grande visibilité. On a tous en tête le légendaire entêtement hexagonal qui bloque des avancées pourtant nécessaires pendant très longtemps…

Malgré cela, les années qui précèdent la grande guerre voient le haut-commandement français se poser réellement la question d’un changement d’uniforme plus adapté à la guerre d’alors. Il faut dire que la France reste l’un des derniers pays européens farouchement attaché à un uniforme anachronique, car trop criard et ancré dans le XIXe siècle. On va donc revenir sur un de ces projets de nouveaux uniformes.

Une commission dirigée par le général Dubail est donc chargée en 1910 d’une réflexion à ce sujet. Elle accouche d’une proposition d’uniforme gris-vert en 1911 et dit « réséda » (du nom de la plante). Cette tenue est testée de manière importante aux grandes manoeuvres de la même année… Mais est rapidement fustigée par une bonne partie de l’opinion: on la juge trop proche de l’uniforme allemand, pas si « invisible » (= camouflée selon le vocabulaire de l’époque) que cela, et surtout peu conforme à l’esprit français.

L’idée de vaincre l’ennemi avec les uniformes de la défaite de 1870-71 (ils ont peu évolué depuis) est fortement ancrée dans les esprits. D’autant plus que chaque unité un peu particulière a ses spécificités uniformologiques qui reflètent leur histoire, histoire qu’on craint de gommer par cette uniformité (c’est pourtant le sens premier du mot uniforme!). Bref, le ministre Etienne résume à lui seul cette réticence: « Le pantalon garance c’est la France! » .

On le sait, ledit pantalon fut conservé envers et contre tout. Le projet réséda est ainsi définitivement mis au placard, et, quand la France changea de tenue en pleine guerre, elle adopta le fameux bleu horizon.
Pourtant cette image le montre, il aurait été un vrai changement dans les habitudes françaises. Qui sait ce qui se serait passé si la France l’avait adopté et se serait battue avec lui en 14-18?

L’uniforme réséda.

Bibliographie: Louis Delpérier, De la Crimée à la Grande Guerre. L’Armée devant l’objectif, 1854-1914, Panazol, Lavauzelle , 1985, 160 p.
-Ian Summer, The French army 1914-1918, Osprey, 1995, 48 p.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :