Un livre et son auteur: Malaparte et « Technique du coup d’état ».

Oeuvre majeure de l’italien Curzio Malaparte, Technique du coup d’état (Tecnica del colpo di stato) fut édité à Paris en 1931. Son auteur est une des personnalités les plus intéressantes de la première moitié du 20e siècle. D’origine Allemande par son père (son vrai nom est Kurt-Erich Suckert) il grandit en Toscane. Il passe la frontière et s’engage à 16 ans dans l’armée française, en 1914 (l’Italie est neutre jusqu’en 1915). Soldat courageux, il est décoré et cité, avant d’être gravement gazé au printemps 1918. Proche du fascisme à ses débuts, il s’en éloigne peu à peu et dénonce Mussolini (Monsieur caméléon). Celui-ci le fait emprisonner et mettre en résidence surveillée (tout en lui conservant une grande indulgence jusqu’au bout) … Mobilisé comme correspondant de guerre en 1940, il écrit Le soleil est aveugle (Il sole è cieco), condamnation de l’attaque italienne dans les Alpes, en juin de cette année. Envoyé sur le front de l’Est, il en est expulsé par les Allemands pour ses articles et il gagne la Finlande où l’on se bat aussi. Ces mois sont racontés dans l’indispensable Kaputt. Quand l’Italie change de camp (septembre 1943), il devient officier dans les troupes italiennes se battant contre l’Allemagne (voir La peau) et est cité en conséquence par le commandement allié. Par la suite il retrouve le journalisme et meurt des suites de ses blessures de guerre après un voyage en Chine. Baroudeur, bourlingueur, il laisse des romans, des pièces de théâtre (écrites en Français) et des essais tous très intéressants par la justesse de leur propos et la finesse d’esprit de leur auteur.

Le contenu de Technique du coup d’état peut être résumé en une phrase: comment s’empare-t-on d’un état moderne et comment on le défend. Malaparte analyse donc de nombreux putschs ou tentatives de putsch depuis le 18 Brumaire de Bonaparte jusqu’à la marche sur Rome de Mussolini, en 1922. Il termine par un avertissement prémonitoire quant à Hitler (il écrit en 1931 rappelons-le). A chaque fois son portrait des évènements (auxquels il participa parfois) est lumineux de clarté. S’il n’est pas historien, il est un fin analyse et psychologue, et sûrement meilleur que certains disciples de Clio. Son analyse du coup d’état bolchevique de 1917 est par exemple un modèle du genre: on y voit un Trotsky maître d’oeuvre avec ses techniques nouvelles, techniques reprises avec succès par Staline contre lui. Son portrait de la Pologne de 1920 et de l’Italie de 1921-22 sont tout aussi intéressants, aidés par le style percutant de Malaparte.  Enfin, sa description du futur maître de l’Allemagne (« Une femme: Hitler ») est tout simplement saisissante de vérité. Ce qui passa à l’époque pour un petit guide du dictateur est en fait une ode à la liberté qui donne tous les moyens à un état démocratique pour se défendre contre une menace. Le livre n’a rien perdu de sa vigueur au moment où j’écris ces lignes: à (re)découvrir.

« La dictature n’est pas seulement une forme de gouvernement, c’est la forme la plus complète de la jalousie, sous tous ses aspects: politique, moral, intellectuel ». 
La page fb du site: ici
Mes vidéos d’histoire sur youtube: La chaîne

Le livre, chez Grasset.

Edit: Maurizio Serra lui a consacré une très belle biographie, Malaparte. Vies et légendes. A lire.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :