Les armes du soldat français en 1940: Introduction.

Introduction: 

Voilà quel va être le prochain dossier: au moment où la France et ses alliés subissent de plein fouet l’attaque allemande à l’ouest, quelles armes équipaient les soldats de la République? Un tel questionnement m’a semblé nécessaire car ce sont des hommes dont on parle peu en comparaison des soldats américains ou même allemands.  Or leur sacrifice mérite d’être évoqué. Encore faut-il bien distinguer avec quoi ils se battirent. Nous allons donc voir que, contrairement aux premiers et même aux deuxièmes, les armes utilisées étaient encore très nombreuses et parfois fort anciennes. Ces chevauchements d’époque, de calibres, de pièces ne facilitent ni l’intendance et la logistique ni, partant, une uniformisation pourtant nécessaire dans le cadre d’une guerre contemporaine.

Je reviendrai dans un premier temps sur les armes de poing, avant de parler des fusils et mousquetons. Une troisième partie évoquera les pistolets-mitrailleurs et une dernière portera sur les armes collectives que sont les mitrailleuses et les mortiers. Nous verrons ensemble que modernité et efficacité côtoient d’onéreuses et inutiles transformations de matériels obsolètes, et que de nombreux projets pourtant intéressants ne furent pas menés à bien.

Deux livres essentiels sur 1940. Ils formeront une bonne partie de la bibliographie de ce dossier.

La page fb du site (pour être tenus automatiquement au courant des publications): ici

Mes vidéos d’histoire sur youtube:  La chaîne

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :