La révolution hongroise de 1848 : V) Bilan et conséquences.

Au final, nous avons vu que les forces combinées austro-russes ont permis à Vienne de surmonter un épisode particulièrement douloureux, et couplé à d’autres difficultés en Bohème, en Italie et à la cour même (voir articles précédents). Terminons avec le bilan de cette guerre et ses conséquences pour la Hongrie.

Clémence ou répression ? 

François-Joseph a deux choix qui se présentent à lui : soit se comporter en monarque indulgent et ainsi tenter de calmer les Magyars… Soit les réprimer durement pour leur rébellion. Signe que l’Histoire n’est pas déterminée, et sans faire d’uchronie, il aurait pu choisir l’une ou l’autre voie… Toutefois, son entourage le pousse plutôt dans la seconde, qui ne voit dans les Hongrois que des rebelles. Ainsi, plus de 100 meneurs sont exécutés dans les semaines qui suivent l’arrêt des combats et 2000 autres sont condamnés à des peines diverses. La dureté du châtiment ne laisse pas de bons présages pour la suite des relations entre les deux parties !

Or, il reste tout de même des Hongrois prêts à négocier avec Vienne: restés en retrait durant la révolution, ils redressent à présent la tête et, aidés par des relations en Bohème et dans la capitale même, demandent à l’empereur de ne pas pousser les violences plus avant et de revenir à la situation d’avant-guerre, au moins. Rien n’y fait: le souverain reste sur sa position initiale. 

François-Joseph en 1851 par Johann Ranzi. Il porte l’ordre de Marie-Thérèse. Crédit photo: wikipédia.

Le sort de la Hongrie:

Finalement le pays est traité comme une terre conquise par l’Autriche et ses droits s’en trouvent réduits, Vienne n’ayant pas digéré la proclamation de la capitulation des Habsbourg. Le territoire est divisé en districts avec des militaires à leur tête, alors que toute forme de représentation hongroise et d’autonomie locale disparaissent purement et simplement. Au niveau économique, = la gouvernement profite de la situation avantageuse pour introduire la législation fiscale autrichienne en Hongrie et supprimer les douanes internes qu’elle avait avec l’Autriche. L’idée est de ne plus la traiter que comme une partie de l’Empire, et non plus comme une zone autonome, ce qu’elle avait été jusque-là. L’Autriche désire également réduire les différences dans l’ensemble disparate qu’elle domine.

Cette politique ne dura qu’un temps : après la guerre de 1866 avec la Prusse, catastrophique pour la monarchie, Vienne dut changer son fusil d’épaule et devint l’Autriche-Hongrie (voir vidéos sur cette guerre ). 

Bibliographie:

-Bled (Jean-Paul), François-Joseph, Paris, Tempus, 2011, 848 p.

Les vidéos sur la guerre de 1866 :

https://antredustratege.com/2013/06/20/playlist-la-guerre-de-1866/

La page FB du site (pour être tenu automatiquement au courant des publications): ici . Déjà 169 abonnés!

Mes vidéos d’histoire sur youtube:  La chaîne . Déjà 515 abonnés! 

Mes articles pour la Gazette du wargamer 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :