1848, le combat de « Risquons-Tout »: III) L’affrontement

Echec du premier groupe

24 et 25 mars 1848, alea jacta est: les deux groupes de révolutionnaires prennent le chemin de la Belgique pour les raisons que l’on a vues. Expédions très rapidement le premier: il est arrêté sans effusion de sang en gare de Quiévrain. Les soldats belges, mis en alerte, ont entouré le convoi des agitateurs et ceux-ci ont été désarmés. 

Le deuxième groupe, lui, débute mieux son aventure: à Seclin, près de Lille, des ordres arrivent du ministère de la Guerre qui permettent de l’armer avec des fusils français avec leurs munitions. Ils sont distribués au matin du 29 mars et les hommes se mettent en route pour la frontière, à pied. Hélas pour eux, leur marche, quoique matinale, a déjà été aperçue et les troupes belges se tiennent prêtes à les arrêter: plus de 1000 hommes sont envoyés à leur rencontre, mais en plusieurs petits groupes. Leur route générale est connue et, en attendant l’arrivée des renforts, le général Fleury-Duray s’avance jusqu’au hameau-frontière de Risquons-Tout avec 200 fantassins, 25 cavaliers et deux canons.

Le combat: 

Malgré cela, les légionnaires ne souhaitent pas se rendre sans avoir combattu. Voyant l’armée s’avancer dans leur direction, ils ouvrent le feu depuis les alentours du hameau. Ils sont pour l’instant en position de force, occupant les hauteurs du Castert et tirant depuis les maisons, de derrière les murs et les haies. De plus, seule une petite partie des soldats leur est pour le moment opposée, les autres unités étant dispersées ailleurs et devant rejoindre progressivement. La supériorité numérique est, pour le moment, de leur côté.

Après une heure d’un feu vif, les cartouches viennent à manquer du côté de l’armée. Les républicains décident alors de forcer la chance et se forment en colonne pour charger les réguliers. Leur action est arrêtée net par les deux pièces d’artillerie qui tirent à mitraille à bout pourtant. Malgré l’explosion d’un canon, des dizaines d’hommes ont été fauchés et le choc est tel que les autres se débandent dans toutes les directions. La partie est bel et bien perdue pour eux.

Il nous reste à voir la poursuite et les conséquences de ce combat…

Bibliographie utilisée (qui n’a pas pour but d’être exhaustive): 

-DUMONT (Georges-Henri), Le miracle belge de 1848, Bruxelles, Le Cri, 2005, 226 p.

Fiche de Ledru-Rollin sur le site de l’Assemblée Nationale : http://www.assemblee-nationale.fr/histoire/7ej.asp

La page FB du site (pour être tenu automatiquement au courant des publications): ici . Déjà 227 abonnés!

Mes vidéos d’histoire sur youtube:  La chaîne . Déjà 851 abonnés!

Mes articles pour la Gazette du wargamer 

La page Tipeee : https://www.tipeee.com/antre-du-stratege

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :