1066, Harald le Sévère et l’Angleterre: II) A l’assaut des côtes anglaises

Le roi de Norvège débarque en Angleterre

J’avais terminé sur ce point la dernière fois: c’est au mois de septembre 1066 que le roi de Norvège tente la conquête de l’Angleterre. Parti de Scandinavie, il fait escale dans les îles Orcades, qui ne sont pas encore écossaises et appartiennent toujours à la Norvège à cette date. Ayant pu compléter ses vivres et ses réserves d’eau, il s’est ensuite rendu en Ecosse. Ce crochet n’est pas de courtoisie: il y a été rejoint par un certain Tostig et ses forces.  Il s’agit du frère du roi d’Angleterre, et qui s’oppose à lui depuis l’année précédente. Anciennement comte, il s’est fait connaître par sa brutalité et a été remplacé. Parti en exil, il exerce depuis lors sa vengeance en ravageant les côtes de son ancien pays avec les hommes qui lui sont restés fidèles.

Liant parti avec Harald, dans l’espoir d’avoir sa part une fois celui-ci maître du pays, il se joint donc à lui. Ainsi, les deux hommes disposent d’une flotte non négligeable de 360 navires, portant entre 7000 et 8000 hommes. Ceux-ci débarquent avec succès dans les environs d’York à la mi-septembre, grande ville du nord de l’Angleterre.

Les Vikings sont à terre

Harold, qui craint également les Normands au sud, ne dispose que de forces limitées dans la région. Aussitôt le débarquement connu, on envoie des messagers l’avertir, pendant que les troupes chargées de la défense du nord, la Northumbrie, se rassemblent. Un premier affrontement a rapidement lieu à Fulford le 20 septembre.  Les Vikings alliés de Tostig l’emportent dans ce petit village proche de York, dont la route leur est désormais ouverte. Fort de ce premier succès, ils se font promettre l’envoi d’otages et de vivres pour le 25 septembre. La « réception » de ceux-ci doit se faire un peu plus loin, au pont de Stamford.

Croyant alors avoir un certain temps devant eux avant les réactions anglaises, les deux chefs repartent à leur camp de base, confiants dans l’avenir. C’était compter sans la réactivité du roi d’Angleterre !

Bibliographie consultée (qui n’a donc pas pour but d’être exhaustive):

-BOUET (Pierre), Hastings. 14 octobre 1066, Paris, Tallandier, coll. « Texto », 2014, 185 p.

Sur les Vikings, on pourra lire le classique:

-BOYER (Régis), Les Vikings, Paris, Perrin, coll. « Tempus », 2015, 442 p.

La page FB du site (pour être tenu automatiquement au courant des publications): ici . Déjà 281 abonnés!

Mes vidéos d’histoire sur youtube:  La chaîne . Déjà 967 abonnés!

Mes articles pour la Gazette du wargamer 

La page Tipeee : https://www.tipeee.com/antre-du-stratege

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :