1066, Harald le Sévère et l’Angleterre: IV) Conclusion

Conclusion et conséquences: 

Au final, les conséquences de la bataille du pont de Stamford sont très importantes pour l’histoire des îles britanniques, à la fois à court et long terme. Ainsi, c’est une victoire sans appel du roi d’Angleterre: arrivés avec 360 navires, les Norvégiens et leurs alliés n’en peuvent plus remplir que 24 en repartant ! Cela veut dire que plus de 90% des leurs sont restés sur le champ de bataille, ce qui est un taux de perte considérable non seulement pour le Moyen-âge, mais aussi toutes époques confondues.

De plus, Stamford influe direcement sur les semaines immédiates: bien que victoire, on a vu qu’elle a forcé Harold a se rendre rapidement dans le nord de l’Angleterre avec son armée, ce qui l’a fatiguée. Or, les Normands débarquent peu après dans le sud, et le fameux combat à Hastings a lieu dès le 14 octobre 1066, soit très peu de temps après l’affrontement contre les Scandinaves (25 septembre). Le va-et-vient des troupes anglaises en si peu de temps a épuisé une partie des hommes et obligé le souverain à diviser ses efforts. Avec brio, certes, mais cela a pesé en partie dans sa défaite finale.

Enfin, à plus long terme, l’hécatombe connue par Harald  et son armée met pratiquement fin à une présence viking pluriséculaire en Grande-Bretagne. S’il reste des raids épisodiques dans les années suivantes, une page s’est bel et bien tournée. On notera tout de même que les îles Orcades et Shetland restent sous leur souveraineté, toujours plus lâche avec le temps, jusqu’en 1472. A cette date, elles deviennent définitivement écossaises par mariage.

L’épisode norvégien au cours de cette année 1066 est donc important et mérite d’être lu pour mieux comprendre la conquête normande de l’Angleterre et, au-delà, un pan d’histoire européenne.

Bibliographie consultée (qui n’a donc pas pour but d’être exhaustive):

-BOUET (Pierre), Hastings. 14 octobre 1066, Paris, Tallandier, coll. « Texto », 2014, 185 p.

Sur les Vikings, on pourra lire le classique:

-BOYER (Régis), Les Vikings, Paris, Perrin, coll. « Tempus », 2015, 442 p.

La page FB du site (pour être tenu automatiquement au courant des publications): ici . Déjà 283 abonnés!

Mes vidéos d’histoire sur youtube:  La chaîne . Déjà 999 abonnés!

Mes articles pour la Gazette du wargamer 

La page Tipeee : https://www.tipeee.com/antre-du-stratege

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :