L’aide à la Finlande lors de la guerre d’Hiver: III) fantaisistes projets alliés

Terminons aujourd’hui ce dossier consacré à la guerre d’hiver en passant en revue quelques plans alliés concernant la Finlande et qui, avec le recul, semblent manquer singulièrement de réalisme.

Un intérêt soudain pour le Grand Nord

La première chose à noter est que la guerre finno-soviétique fait naître un intérêt soudain et puissant dans les démocraties occidentales, alors que cette région d’Europe était jusque-là peu connue de l’opinion publique, et même d’une bonne partie des décideurs. Les raisons sont multiples, mais on peut dégager la suivante : en pleine inaction de la Drôle de Guerre, certains responsables politiques et militaires français et britanniques souhaitent agir sur des fronts dits « périphériques », notamment car les opinions publiques réclament des actions militaires. De plus, le courage avec lequel le pays se défend n’est pas sans impressionner: on a d’ailleurs vu que de nombreux comités de soutien à la Finlande naquirent dans ces mois où les armes restèrent au pied sur le front ouest.

Parmi ces personnes intéressées par une action de diversion en Scandinavie, on peut citer rien de moins que Churchill, pas encore premier ministre, mais aussi Daladier, le président du Conseil français. Le premier lord de l’amirauté est connu pour vouloir frapper où on ne l’attend pas forcément (et va garder un intérêt pour le secteur tout au long de la guerre); quant au « taureau du Vaucluse », il a peur que l’armée ne s’enlise dans un quotidien monotone. Lui aussi pense à affaiblir l’Allemagne indirectement, en frappant les endroits d’où elle tire certaines ressources (ce qui va déboucher sur l’expédition de Norvège). De plus, une fraction de son cabinet est loin de porter l’URSS dans son cœur et désire l’affaiblir. Dès le début les buts sont donc flous et, on va le voir, les projets manquent singulièrement de réalisme.

Vidéo de l’ECPAD sur le débarquement en Norvège:

http://www.ecpad.fr/narvik-premiere-operation-de-debarquement/

Edouard Daladier et Neville Chamberlain (Churchill n'est pas encore premier ministre). Site d'origine indiqué.

Edouard Daladier et Neville Chamberlain (Churchill n’est pas encore premier ministre). Site d’origine indiqué.

Des projets peu réalistes

Ainsi, malgré une grande indécision, des opinions contraires et résistances multiples, les cabinets alliés parlent sérieusement d’intervenir en Laponie, opération qui pourrait être couplée avec une action aérienne contre les champs de pétrole soviétiques du Caucase, depuis les aérodromes du mandat français de Syrie ! N’importe qui regardant une carte se rend évidemment compte des risques et des distances très grandes… C’est d’ailleurs ce que font remarquer quelques militaires français, dont Gamelin lui-même, qui retardent cette volonté politique qui apparaît difficilement réalisable. De plus, on imagine bien les conséquences d’une action directe contre l’Union soviétique.

Ainsi, le désordre est très grand, alimenté par les Finlandais eux-mêmes qui essaient de provoquer une intervention alliée à leurs côtés. Par le biais de l’ambassadeur américain en France, la SDN est même impliquée dans l’affaire et finit par condamner l’URSS le 10 décembre 1939. Bien sûr, ses moyens sont limités et l’organisation n’a pas su régler efficacement les problèmes des années 20 et 30. Dans les mois qui suivent d’autres projets sont encore évoqués mais paraissent encore très mal définis. Des questions insolubles continuent à se poster: comment aider la Finlande si excentrée tout en ne voulant pas rompre directement avec l’URSS ? Quant à certains projets de débarquement: comment les réaliser sans l’accord des pays concernés ? Etc. 

Finalement, la paix en mars 1940 détourne les moyens péniblement rassemblés, et va amener Londres et Paris à les détourner sur la Norvège, envahie par les Allemands le mois suivant. Là encore l’impréparation et l’improvisation furent presque totales. A ce sujet, d’autres informations ici:

https://antredustratege.com/2013/06/20/larmee-norvegienne-en-1939/

Cette troisième partie conclut donc ce dossier !

Bibliographie consultée (qui n’a donc pas pour but d’être exhaustive):

Une très bonne synthèse en français sur la question:

-CLERC (Louis), La guerre finno-soviétique (novembre 1939-mars 1940), Paris, Economica, 2015, 209 p.

Et un bon fascicule Osprey, qui couvre le matériel plus spécifiquement et va jusqu’en 1945:

-JOWETT (Philip) et SNODGRASS (Brent), Finland at war. 1939-1945, Oxford, Osprey Publishing, coll. « Elite », 2006, 64 p.

Pour en savoir plus sur le FM 24/29: https://antredustratege.com/2013/12/05/les-armes-du-soldat-francais-en-1940-les-fusils-mitrailleurs/

La page FB du site (pour être tenu automatiquement au courant des publications): ici . Déjà 294 abonnés!

Mes vidéos d’histoire sur youtube:  La chaîne . Déjà 1046 abonnés!

Mes articles pour la Gazette du wargamer 

La page Tipeee : https://www.tipeee.com/antre-du-stratege

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :