Les Italiens et l’Ethiopie, d’Adoua à la Seconde Guerre mondiale : V) De la conquête à 1940

Période encore moins bien connue que la conquête de 35-36 que je viens de traiter: la présence italienne entre cette date et l’entrée en guerre de l’Italie aux côtés de l’Allemagne en 1940. En effet, elle ne fut pourtant pas exempte de combats. Comme je l’ai rappelé en conclusion précédemment: prendre la capitale et disperser les armées du Négus ne signifiait au final pas grand-chose !

Réorganisation des colonies italiennes

Qu’est-ce à dire ? Et bien, qu’aussitôt la conquête officiellement achevée, les Italiens se lancent dans plusieurs années de lutte contre une guérilla éthiopienne, facilitée par un refus naïf et tenace de la part de Mussolini de s’appuyer sur des chefs locaux rendus fidèles par des prébendes et autres avantages matériels. Il ne se range à cette solution pourtant pratiquée plus ou moins par tous les autres colonisateurs que très tard (voir plus bas).

Par contre, il reprend l’idée française et britannique (ainsi qu’utilisée par d’autres pays ayant des colines) d’engager des soldats locaux encadrés par quelques unités européennes, pour tenir le terrain, et notamment les points principaux (villes, routes, ponts…). D’ailleurs, le recrutement de population colonisées se pratique déjà en Libye ou Érythrée, sous le noms d’ascari. Une réorganisation administrative a donc lieu et la plupart des soldats rentrent en métropole, rendant cet appoint encore plus nécessaire.

Fin 1936, c’est donc ce type de forces qui est disponible en Ethiopie et dans les colonies avoisinantes: des troupes locales avec un encadrement italien constitué de quelques unités d’infanterie, d’artillerie et de cavalerie, ainsi qu’un bataillon d’alpini, équivalent plus ou moins proche des chasseurs alpins français. Le tout est renforcé par des unités de police motorisée de la PAI (Polizia dell’Africa Italiana, soit Police de l’Afrique italienne) à partir de 1938. Or, leur tâche s’annonce ardue.

Vidéo de propagande Luce: « Mussolini passe en revue un bataillon de la police coloniale en partance pour l’Afrique ».

Une difficile « pacification » 

De 1936 à 1939, les unités stationnées dans les colonies d’Afrique Orientale sont donc engagées dans de vraies opérations de guerre. Pour les raisons que l’on a évoquées dans les précédents articles déjà, elles sont très lentes: le terrain est irrégulier, les communications difficiles, les distances grandes, la logistique fait défaut. De plus, les troupes adverses connaissent le pays, savent se cacher, et bénéficient d’une aide britannique officieuse, via la Somalie voisine, colonie de sa majesté.

A partir de 1937 et surtout 1938, la situation s’améliore: les engagements des troupes locales augmentent, les garnisons passent de la défensive à l’offensive et parviennent à dégager les routes. Au début de 1937, plus de 66.000 réguliers sont ainsi disponibles, dont 43.000 soldats recrutés sur place. Bien que les saisons des pluies ralentissent les efforts italiens, ils parviennent à contrôler peu à peu les différents axes de communication et les principales villes, au prix de longs combats et de campagnes qui durent parfois des mois.

Pourtant, le milieu rural continue de leur échapper, et une partie des troupes locales trahit au profit de la guérilla. De plus, le coût déjà important de la conquête devient faramineux et grève durablement les finances royales. Finalement, en 1939, la situation s’apaise quand le duc d’Aoste, de la famille royale, nommé vice-roi, obtient enfin de Mussolini de pouvoir mener une politique d’apaisement. Toutefois, ses effets réels restent difficiles à mesurer car dès l’été 1940, la guerre éclate contre les Alliés.

Bibliographie utilisée (qui n’a pas pour but d’être exhaustive):

Synthèse que je trouve moyenne (beaucoup d’aspects manquent) mais utile:

-AVENEL (Jean-David) et PAOLETTI (Ciro), L’empire italien. 1885-1945, Paris, Economica, 2014, 156 p.

Excellente biographie de Mussolini, qui décrit très bien les années qui nous intéressent ici:

-MILZA (Pierre), Mussolini, Paris, Fayard, coll. « Le grand livre du mois », 1999, 985 p.

Pour les aspects purement militaires, l’indispensable:

-ROCHAT (Giorgio), Le guerre italiane, 1935-1943. Dall’impero d’Etiopia alla disfatta, Torino, Einaudi, 2005, 460 p.

Pour les armes, le matériel et les combats, un fascicule Osprey, toujours très bien fait:

-NICOLLE (David), The Italian Invasion of Abyssinia 1935–36, Oxford, Osprey Publishing, coll. « Men-at-arms », 1997, 48 p.

Liens: 

La page Facebook du site : ici . Déjà 303 abonnés!

Mes vidéos d’histoire sur youtube:  La chaîne . Déjà 1110 abonnés!

Mes articles pour la Gazette du wargamer 

La page Tipeee : https://www.tipeee.com/antre-du-stratege

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :