Les débarquements français en Irlande IV) La tentative de 1796

Quittons le règne de Louis XIV pour nous diriger vers la période révolutionnaire. A nouveau des débarquements vont être tentés en Irlande, mais ceux-ci sont différents de l’époque du roi-soleil (il ne s’agit plus de remettre les Stuart sur le trône !) et, pas plus que ces derniers, ne parvinrent à renverser la domination britannique dans l’île.

Une île en pleine révolte

La Révolution française de 1789 a des échos jusqu’en Irlande, où les évènements sont suivis et plutôt appréciés. Cet exemple influence durablement les Irlandais, dont la situation matérielle et morale a peu changé depuis le XVIIe siècle. Si des réformes ont été très progressivement adoptées, la majorité catholique est à peu près écartée de la direction des affaires et ne possède pratiquement pas la terre. Ceci sans parler de l’attitude méprisante de certains possédants venus de Grande-Bretagne (dont des Écossais, tous ne sont pas Anglais).

De plus, suivant les évènements du continent, à partir de 1793, les positions se radicalisent des deux côtés, même si tous les Irlandais ne sont pas attirés par les idées révolutionnaires. C’est notamment le cas de la hiérarchie catholique qui craint un mouvement anticlérical comme celui que connaît la France de la Terreur (et même dès avant). Toujours est-il que des violences éclatent à partir de 1795.

Notamment en Ulster où les presbytériens et anglicans jugent le moment venu pour se débarrasser des catholiques qui avaient occupé des terres à l’abandon, suite à l’émigration vers les Etats-Unis des tenanciers et propriétaires protestants, ou tout simplement de ceux s’opposaient à eux. Cinq à sept mille personnes perdent ainsi la vie. De plus, dans toute l’île, notamment par crainte de la contagion révolutionnaire, des violences similaires ont lieu et une loi est votée qui donne au gouvernement les moyens légaux de réprimer tout acte de révolte, l’Insurrection Act (1796). 

Chanson sur Henry Joy McCracken, compagnon d’armes de Wolfe Tone, mort en 1798 (lien avec la partie suivante), chantée par Tommy Makem:

« The boys were out, the red coats too »

Une occasion manquée 

Tout ceci, par effet d’entraînement, radicalise les sociétés irlandaises qui avaient été formées pour réclamer plus de droits, mais sans renier le lien avec la couronne britannique. C’est le cas de la très importante société des Irlandais-Unis, qui se militarise à partir de ce moment et se jure de faire de l’Irlande une république. Elle se tourne donc tout naturellement vers la France, par l’intermédiaire d’un personnage central dans l’histoire de la lutte irlandaise: Théobald Wolfe Tone.

Exilé à Paris, il parvient à rallier à sa cause suffisamment de soutiens pour qu’une expédition soit envisagée, et même autorisée. Elle reçoit pour commandant le prestigieux général Hoche… Mais dès le début est mal engagée: la marine française est très affaiblie depuis le départ d’une majorité de ses officiers d’Ancien Régime à partir de 1789. Ceux qui restent sont très réticents à l’idée d’engager (surtout près des bases de la Royal Navy) un outil mal entretenu, et manquant de cadres. 

Ainsi, les retards s’accumulent tout au long de l’année 1796, mais finalement 15.000 hommes embarquent sur 42 navires le 15 décembre de cette année. L’expédition tourne court à cause d’une tempête qui sépare les navires: seuls quinze atteignent la baie de Bantry… Où ils ne restent pas, le mauvais temps empêchant un débarquement sécurisé ! C’est une occasion manquée car les moyens étaient là, et le projet a totalement surpris les Britanniques qui ne s’y attendaient pas. Deux ans plus tard, quand le dernier débarquement va réussir, ils auront eu le temps d’écraser la révolte irlandaise (voir V).

Caricature de 1797 James Gilray sur l'expédition d'Irlande de 1796

Caricature de 1797 James Gilray sur l’expédition d’Irlande de 1796

Bibliographie sélective (sans but d’exhaustivité):

-JOANNON (Pierre), Histoire de l’Irlande et des Irlandais, Paris, Perrin, coll. « Tempus », 2009, 832 p.

-« France-Irlande », Revue historique des armées n° 253, 2008. Voir notamment cet article :

https://rha.revues.org/4612

Sur la désorganisation de la marine après 1789:

-VERGE-FRANCESCHI (Michel),  La marine française au XVIIIe siècle : guerres, administration, exploration, Paris, SEDES, 1996, 451 p. 

A titre de comparaison, un article d’Olivier Chaline sur les mutineries de 1797 dans la Royal Navy:

http://www.persee.fr/doc/hes_0752-5702_2005_num_24_1_2535

Liens: 

La page Facebook du site : ici . Déjà 315 abonnés!

Mes vidéos d’histoire sur youtube:  La chaîne . Déjà 1183 abonnés!

Mes articles pour la Gazette du wargamer 

La page Tipeee : https://www.tipeee.com/antre-du-stratege

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :