La Belgique dans la Première Guerre mondiale: VI) L’armée belge après l’été 1914

Il est à présent temps de revenir sur l’armée belge après l’été 1914: on a vu qu’une partie du territoire national reste aux mains des forces d’Albert Ier, qui a également pu s’extraire de la nasse. Or, ces forces jouent un rôle durant la suite du conflit, bien qu’elles manquent cruellement de moyens jusqu’à la fin et que leur utilisation ait donné lieu à des tensions entre le roi et ses alliés.

Du chaos de 1914 à la reconstruction 

Pratiquement décomposée à l’été 1914, l’armée belge s’est reconstituée peu à peu sur la partie de territoire qu’elle a su conserver, à la fois avec l’aide de l’Entente et grâce à l’opiniâtreté du roi Albert 1er, soucieux de la vie de ses hommes et peu enclin à les faire participer à de vastes offensives coûteuses en hommes et générant peu de gains territoriaux, ce qui caractérise bien le front occidental durant la Première Guerre mondiale.

Ce faisant, il protège un outil restant fragile, mais crée des heurts avec Londres et Paris, qui voient d’un mauvais œil l’armée belge rester à l’écart de plusieurs chocs majeurs. Il faut dès à présent le rappeler: cette armée n’est pourtant pas la priorité des gouvernements britannique et français. Elle reste mal armée, mal équipée durant tout le confit. Elle obtient de pouvoir s’entraîner en France, à l’arrière du front mais est minée de l’intérieur par une inaction relative, et des conflits linguistico-ethniques. Si les Flamands représentent de 65 à  80% de l’effectif suivant les estimations, leurs revendications ne sont pas prises en compte et la langue de commandement reste le français. En fait, les soldats ne réclament pas tant une égalité des langues, qui paraît secondaire face aux nécessités du front, qu’un arrêt d’une forme de mépris de la part d’officiers les prenant souvent de haut. Les conséquences après 1918 vont être importantes.

Néanmoins, ces forces parviennent à atteindre un effectif non négligeable avec le temps. Outre les soldats ayant échappé à la capture en 1914, l’armée belge incorpore des volontaires et des hommes issus de levées sur la portion de territoire qui n’est pas aux mains des Allemands. De plus, on a vu que des hommes parviennent à s’échapper de la partie occupée du pays malgré la surveillance et le mur de barbelés mis en place le long de la frontière avec les Pays-Bas, notamment via des réseaux d’évasion actifs. Ainsi, cette armée compte 221.000 cadres et soldats à la fin du conflit, dont 168.000 directement sur le front.

Boussole de l’armée belge. Objet conservé au musée d’histoire militaire de Tournai. Photo de l’auteur (juillet 2017) https://www.tournai.be/decouvrir-tournai/musees/musee-d-histoire-militaire.html

L’emploi de l’armée 

Cette armée vit surtout une guerre de position, et le roi refuse qu’elle soit employée loin du territoire belge, dans de coûteuses et hasardeuses offensives. Or, si les combats principaux n’ont pas lieu dans cette partie du front, mais surtout dans la Somme ou la Meuse, les conditions restent très difficiles pour les soldats belges, et les Allemands qui leur font face d’ailleurs. En effet, la zone est très marécageuse, surtout dans la partie frontalière nommée Westhoek. L’eau s’infiltre partout, sape le travail de tranchée et l’odeur y est insoutenable car le terrain est plein de cadavres d’animaux comme d’humains. Le résultat est un service très dur à supporter en première ligne, avec notamment des maladies de poitrine bien présentes: un tiers des hommes morts sur ce front (environ 7000) décèdent de ce fait, ce qui est peu courant en 14-18. Notons tout de même qu’à l’arrière, les conditions de vie s’améliorent peu à peu.

De plus, s’il y a bien des échanges de tir d’artillerie, des patrouilles, des coups de main et autres actions localisées de tranchée à tranchée, le front ne connaît pas de bataille majeure entre la fin de 1914 et celle de 1918. Ainsi, les soldats s’ennuient le plus souvent et sont désœuvrés, ce qui joue sur leur moral. Au final les pertes du front de l’Yser restent limitées (20.000 hommes) par rapport aux chocs majeurs comme Verdun, mais sont à remettre en perspective des effectifs engagés et du type de guerre mené. Le combat de position, cruel pour les corps et les esprits, fait tout de même moins de morts que la guerre de mouvement, malgré une image tenace… 

Capote du major Alfred Dierickx, de l’armée belge. On voit clairement qu’elle a été déchiquetée par des éclats d’obus. L’objet témoigne de la violence des combats de la Première Guerre mondiale. Pièce conservée au musée-mémorial de Mons. Photo de l’auteur (octobre 2016) http://www.monsmemorialmuseum.mons.be/

Bibliographie consultée (sans but d’exhaustivité):

-DUMOULIN (Michel), Nouvelle histoire de Belgique. 1905-1918, l’entrée dans le XXe siècle, Bruxelles, Le cri, 2010, 188 p.

-Informations glanées dans de nombreux musées belges dont le musée In Flanders fields d’Ypres, le Musée royal de l’armée et de l’histoire militaire (Bruxelles), le musée-mémorial de Mons, le musée d’histoire militaire de Tournai et diverses expositions (liens depuis les images).

Liens:

La page Facebook du site : ici . Déjà 523 abonnés !

Mes vidéos d’histoire sur Youtube:  La chaîne . Déjà 1913 abonnés !

Mes articles pour la Gazette du wargamer 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :