Archives de Catégorie: Epoque contemporaine

La République romaine de 1849: premiers combats franco-italiens

La mise en état de défense de Rome

Après un premier échec devant Rome, les troupes françaises ayant été accueillies par des tirs hostiles et ayant dû retraiter, et l’intervention de Louis-Napoléon Bonaparte, les forces républicaines mettent la ville en état de défense. Elles disposent de 18.000 hommes dans tout le territoire pontifical à défendre, qui excède Rome et est menacé par deux autres puissances voulant rétablir le pape : l’Autriche et le Royaume de Naples. Il s’agit d’une position assez défavorable.

Lire la Suite →

La République romaine de 1849 : l’intervention française

Les raisons de l’envoi de troupes françaises à Rome

Je l’ai rappelé à plusieurs reprises, cette histoire de la République romaine de 1849 doit se comprendre à une autre échelle que celle de l’unique Latium, et même de l’Italie. Ainsi, la France en est l’un des acteurs principaux ce qui, a priori, peut paraître incongru et nécessite une certaine explication. Il faut là revenir sur les événements révolutionnaires français d’un an plus tôt, ayant conduit à la fin de la monarchie de Juillet et à l’établissement d’une seconde République. D’abord libérale (dans le sens politique) et à gauche, elle prend un tour autrement plus conservateur à l’été 1848 après les « Journées de Juin ». L’élection de décembre 1848 amène au pouvoir Louis-Napoléon Bonaparte, neveu de Napoléon Ier plébiscité par les électeurs, mais boudé par les parlementaires.

Lire la Suite →

Conférence le 26 mars à Leffrinckoucke : Séré de Rivières et son œuvre

J’ai le plaisir d’annoncer que je donnerai une conférence de vulgarisation le 26 mars prochain au fort des Dunes de Leffrinckoucke, en partenariat avec la commune et l’association des espaces fortifiés des Hauts-de-France. Elle aura pour thème le peu connu général Séré de Rivières et son œuvre majeure de fortification après la défaite de 1870-71. J’aborderai également le devenir de ses forts ainsi que leur puissante dimension mémorielle, notamment dans les lieux mêmes où cet événement se déroulera.

D’une durée approximative d’une heure, avec projection de documents d’époque et de photos d’ouvrages dont je parlerai, cette conférence sera suivie d’un temps d’échange avec le public et d’une dégustation de thé. Je conseille par ailleurs à ceux qui sont intéressés la visite du fort en lui-même, des lieux des combats de 1940 et du musée consacré à l’opération Dynamo, à Dunkerque. D’ici là, on retrouvera quelques photos et articles sur ce site.

La République romaine de 1849 : une naissance difficile et sous la menace

La proclamation de la République

La fuite du pape précipite le cours des choses, y compris en dehors de Rome. Alors que le souverain pontife appelle les puissances catholiques à son secours, des patriotes italiens se dirigent vers la Ville Éternelle, dont la Légion de Garibaldi. Jusque-là présente dans le Nord de l’Italie où ont lieu des combats contre l’Autriche, cette unité est acceptée non sans réticences par les nouvelles autorités romaines. Leur chef est déjà connu, a maintes fois bataillé, y compris lors de son exil en Amérique, et est autant respecté que craint. L’opposition entre les militaires et les politiques se retrouve à nouveau. Ceux qui ont pris le pouvoir après le départ du pape ont besoin de lui, de ses hommes et de son aura… mais le cantonnent à bonne distance de la cité avec ses volontaires dont le nombre va croissant, atteignant mille hommes à la fin de l’hiver 1848-1849. Les civils craignent qu’il n’intervienne et ne joue un trop grand rôle dans le gouvernement qui se met en place.

Lire la Suite →

La République romaine de 1849. La guerre avec l’Autriche et ses conséquences

Le pape ne s’engage pas contre l’Autriche

La situation passablement embrouillée décrite précédemment, faite de mouvements insurrectionnels et révolutionnaires se nourrissant l’un l’autre, se complexifie encore un peu plus au printemps 1848 en Italie. Dans le sillage de cinq journées révolutionnaires antiautrichiennes à Milan (18-22 mars 1848), le roi du Piémont-Sardaigne déclare la guerre à l’Autriche. Le plus puissant État d’Italie souhaite profiter de la situation interne passablement dégradée dans l’empire d’Autriche, et du fait que son pouvoir est secoué dans le Nord de l’Italie. L’idée de l’unification autour de lui est en pleine progression.

Lire la Suite →

La République romaine de 1849. Le pape, l’Italie et le printemps des peuples

Pie IX et ses réformes

J’ai précédemment rappelé que les révolutions de 1848-1849 ne sortaient pas de nulle part en Italie, et s’inscrivaient dans un terreau propice à la contestation alors que les décennies précédentes avaient déjà connu des révoltes et des manifestations bruyantes.

Lire la Suite →

La République romaine de 1849. Introduction

Un événement dans son contexte

Bien connue en France, l’année 1848 est celle de la chute de la monarchie de Juillet et de l’avènement de la IIe République. Toutefois, elle est trop souvent prise isolément et sortie de son contexte européen, alors que cette période révolutionnaire est loin de se résumer à la seule année 1848 et à la France. Ainsi, il convient de la rattacher à un mouvement de fond plus global de montée des sentiments nationaux, de contestation des décisions du congrès de Vienne.

Lire la Suite →

Exposition « Comme en 40 » aux Invalides

Ma critique

Comme en 40 est une nouvelle exposition temporaire au musée de l’Armée à Paris. Courant jusqu’au 10 janvier, elle propose de revenir sur l’année 1940, de la fin de la Drôle de Guerre aux premiers combats de la France libre, en passant par les débuts de l’occupation et du régime de Vichy. Le parcours est très chronologique, même si certains espaces plus thématiques permettent de revenir sur plusieurs aspects, comme l’exode des populations fuyant devant les armées allemandes.

Lire la Suite →

L’indépendance de la Belgique: III) Le dénouement final

Retour aux négociations

La trêve ramène les parties en présence sur la table des négociations de la conférence de Londres, toujours en cours. Si le roi des Pays-Bas a dû retirer son armée sous la pression des puissances, celle-ci a montré qu’elle avait de réelles capacités militaires. Fort de cet atout,  il se trouve en meilleure position que quelques mois auparavant. Les Belges, qui doivent leur salut à l’armée française et le savent, sont obligés de revoir leurs prétentions à la baisse, notamment territoriales. Ainsi, le Luxembourg et le Limbourg ne lui reviennent pas totalement comme espérés, mais seulement une partie. Les puissances décident que Maastricht demeure néerlandaise et que le reste du grand-duché soit toujours considéré comme une possession personnelle de Guillaume.

Lire la Suite →

L’indépendance de la Belgique: II) La reprise des combats

Guillaume Ier se résout à la guerre 

Le roi des Pays-Bas, mécontent des résultats de la conférence de Londres et persuadé d’avoir été abandonné par les Britanniques, prend donc la décision de recouvrer les territoires qu’il est en train de perdre en recourant à nouveau à la force. Les litiges territoriaux avaient constitué, souvenons-nous, une pierre d’achoppement des pourparlers de la conférence et le sort de nombreux territoires reste encore en suspens début 1831. Or, les dernières négociations attribuent à la Belgique le Luxembourg et le Limbourg néerlandais.

Lire la Suite →

%d blogueurs aiment cette page :