Archives de Tag: 14-18

La Belgique dans la Première Guerre mondiale: II) L’invasion allemande

Les Allemands rentrent en Belgique 

Nous l’avons vu la dernière fois, l’ultimatum allemand du 2 août 1914 est une terrible surprise pour la Belgique, d’autant qu’il est formulé de manière très brutale. Il affirme que la France va marcher sur le territoire allemand en passant par la Belgique et qu’il est donc nécessaire à l’armée impériale de venir à son secours à la fois pour la protéger (!) et, bien sûr, contrer la menace française. De plus, le délai de réponse (12 heures), est très court.

Malgré la disproportion de moyens évidente, le gouvernement et le conseil de la couronne belges décident de ne pas permettre le passage des troupes allemandes. Outre qu’il violerait les traités internationaux, ce qui est rappelé dans la réponse à l’Allemagne, il est aussi redit que Paris a réaffirmé le 1er août sa volonté de ne justement pas empiéter sur le territoire belge.

Le pays ne se fait aucune illusion sur ses capacités de résistance, mais le roi rejoint le quartier général à Louvain, la mobilisation est décrétée et se déroule bien; enfin la Triple-Entente, dont les membres sont garants des traités de neutralité, va dès lors concourir à la défense de la Belgique. Toutefois, on a dit la modicité des moyens militaires nationaux et, pire, l’armée est mal encadrée, encore en réorganisation, et n’a pas de réelle stratégie, notamment à propos des forts frontaliers comme celui de Liège.

Or, dès le 3 août les Allemands passent la frontière, à Visé, et l’État-major applique le plan, lui, arrêté depuis longtemps et que l’on connaît bien sous le nom de son auteur: Schlieffen. Il vise à contourner via la Belgique les puissantes défenses conçues par Séré de Rivières (voir plus bas) de l’est de la France qui, bien que délaissées, laissent croire à de grandes pertes en cas d’attaque frontale. Dès le 7, la ville de Liège est donc investie et ses défenses, elles aussi anciennes, rapidement conquises: les derniers ouvrages tombent le 16, non sans avoir montré au monde la volonté de résistance du peuple belge. La « cité ardente », elle, est d’ailleurs aussitôt décorée de la Légion d’Honneur.

 

Les Allemands sur la Grand-Place de Bruxelles en 1914. Photo présentée au musée de la ville de Bruxelles dans le cadre de l’exposition « Bruxelles à l’heure allemande ». Photo de l’auteur. https://www.cairn.info/revue-cahiers-bruxellois-2015-1-page-453.htm http://www.brusselscitymuseum.brussels/fr

Image satirique de 1914 (dans « Pourquoi Pas ? ») présentant la réponse de la Belgique à l’ultimatum allemand. Image présentée au musée de la ville de Bruxelles dans le cadre de l’exposition « Bruxelles à l’heure allemande ». Photo de l’auteur. https://www.cairn.info/revue-cahiers-bruxellois-2015-1-page-453.htm http://www.brusselscitymuseum.brussels/fr

L’arrivée des troupes de l’Entente 

Alors que les armées allemandes commettent des massacres dans leur sillage (nous y reviendrons), les troupes de l’Entente entrent à leur tour dans le royaume, pour venir épauler leur nouvel allié. Toutefois, cela se passe de manière plutôt déroutante pour celui-ci: le commandement français, assez méprisant (il va l’être à nouveau en 1940) entend avoir l’armée belge sous son autorité, et se trompe sur la situation. 

En effet, il juge très sévèrement le repli de l’armée royale vers les forts d’Anvers, par étapes successives. Il est en fait vu comme un abandon du territoire, abandon permettant aux troupes du kaiser de foncer sur la France. C’est plutôt que c’est le seul espoir pour la Belgique de regrouper ses forces et garder une assise territoriale bien défendue, au regard de ses moyens. D’ailleurs, le secteur aurait pu constituer un levier pour les troupes de l’Entente si d’autres décisions avaient été prises.

En fait Français et Britanniques perdent du temps, notamment car ils sont forts occupés par leurs propres problèmes, alors que deux sorties depuis la grande ville de Flandre épuisent les hommes d’Albert Ier. Le roi refuse, en un acte d’autorité, qu’une troisième soit tentée et s’apprête à soutenir le siège de la ville. Or, s’ils sont stoppés sur la Marne courant septembre, les Allemands ne sont évidemment pas vaincus et mettent en ligne une terrible artillerie lourde, allant jusqu’au calibre fort respectable de 420mm.

Image satirique de 1914. Document présenté au musée de la ville de Bruxelles dans le cadre de l’exposition « Bruxelles à l’heure allemande ». Photo de l’auteur. https://www.cairn.info/revue-cahiers-bruxellois-2015-1-page-453.htm http://www.brusselscitymuseum.brussels/fr

Bibliographie consultée (sans but d’exhaustivité):

-DELHEZ (Jean-Claude), Douze mythes de l’année 1914, Paris, Économica, 2013, 144 p.

-DUMOULIN (Michel), Nouvelle histoire de Belgique. 1905-1918, l’entrée dans le XXe siècle, Bruxelles, Le cri, 2010, 188 p.

Le fort Séré de Rivières:

https://antredustratege.com/2014/09/02/le-fort-sere-de-rivieres-modele-1874-1875/

Liens:

La page Facebook du site : ici . Déjà 509 abonnés !

Mes vidéos d’histoire sur Youtube:  La chaîne . Déjà 1849 abonnés !

Mes articles pour la Gazette du wargamer 

Imperial War Museum (Londres)

Quelques clichés de L’Imperial War Museum de Londres. Refait il y a peu, il arbore une muséographie déroutante: très peu d’objets, pas d’uniformes (!), plus vraiment de chronologie, des expositions son et lumière n’ayant aucun rapport avec l’armée britannique, rien d’avant 1914. Bref, une déception, heureusement tempérée par quelques intéressantes pièces que voici.  Photos de l’auteur.

https://www.iwm.org.uk/visits/iwm-london

Filtreur d’air utilisé dans les abri antiaériens durant les bombardements allemands de Londres. On peut le faire fonctionner en pédalant en cas de manque d’électricité. Photo de l’auteur.

Torpille allemande GE7 T3. Utilisée à partir de 1942, elle fonctionne avec un moteur électrique qui la rend invisible, contrairement aux premiers modules à air compressé, qui laissaient des bulles dans leur sillage. Photo de l’auteur.

Sous-marins de poche italien utilisés pour attaquer les navires depuis les profondeurs. Les pilotes approchaient et laissaient une ogive sur la coque du navire comme à Alexandrie en décembre 1941. Deux cuirassés furent sérieusement endommagés, ce qui impressionna jusqu’à Churchill. Photo de l’auteur.

Cockpit d’un Lancaster utilisé dans le 467 Squadron de la RAF, avec une bonne partie de l’équipage d’origine australienne. Entré en service en 1942, c’est un bombardier plutôt efficace. Photo de l’auteur.

Zoom sur une lunette de visée d’un fusil soviétique Mosin-Nagant 1891/30. Arme d’origine belgo-russe, elle fut raccourcie en 1930 et est le principal fusil de l’armée rouge jusqu’en 1945. Photo de l’auteur.

Moto BMW de l’armée allemande, armée d’une mitrailleuse MG-34. Ces unités servent pour la reconnaissance et le transport de messages. Photo de l’auteur.

Rien de moins que la « Humber » de commandement de Montgomery en 1942 en Egypte. Célèbre officier britannique, il fut l’adversaire de Rommel mais il a beaucoup exagéré son rôle dans la guerre. Photo de l’auteur.

Panneau indiquant un champ de mine italien dans le désert d’Afrique du Nord. Photo de l’auteur.

Canon britannique de 25-pounder, peint en couleur sable. Cette pièce servit lors de la fameuse bataille d’El-Alamein. Photo de l’auteur.

Le « spitfire », rien à ajouter. Photo de l’auteur.

L’entrée du musée, avec d’impressionnants canons navals. Photo de l’auteur.

Veste de costume provenant de stocks de démobilisation. Les soldats britanniques étaient renvoyés chez eux avec un habit civil. Photo de l’auteur.

Liens: 

La page Facebook du site : ici . Déjà 467 abonnés !

Mes vidéos d’histoire sur Youtube:  La chaîne . Déjà 1687 abonnés !

Mes articles pour la Gazette du wargamer 

La page Tipeee : https://www.tipeee.com/antre-du-stratege

Exposition « Les armes savantes » à Versailles

Quelques photos de la très belle exposition consacrée à la relation entre Versailles et l’armement. La ville et ses alentours sont liés à de nombreuses innovations depuis des siècles, à beaucoup d’écoles militaires, à des événements majeurs comme la Libération de Paris et la cité royale resta également très longtemps une ville à la garnison importante.

Photos de l’auteur.

La page: 

https://www.versailles-tourisme.com/les-armes-savantes-exposition-a-l-espace-richaud-1.html

Poste de DCA allemand durant l’occupation, à Versailles. Sources: archives communales de la ville. Photo de l’auteur.

Masque pare-éclats pour équipage de char en 1917. Lieu de conservation: musée de l’Armée. Photo de l’auteur. Versailles est liée directement à l’expérimentation des chars de combat.

Mortier Darne de 80 mm, utilisé à partir de 1915 dans les tranchées. Le polygone de tir de la ville servit à de nombreux essais. Lieu de conservation: musée de l’Armée. Photo de l’auteur.

Après le bombardement allemand de janvier 1918, Versailles protège ses monuments. Photo conservée à l’ECPAD. Photo de l’auteur.

Très intéressante expérimentation de la commission d’expériences de Versailles qui œuvra de 1885 à 1933, testant des armes étrangères et des modèles français. Là une « Thompson » américaine bien connue a été modifiée. Objet conservé au musée de l’Armée. Photo de l’auteur.

Un pistolet-mitrailleur d’essai en 1936, il devait équiper les troupes motorisées et les futurs parachutistes. Finalement, on produisit (et peu) des MAS38. Objet conservé au musée de l’Armée. Photo de l’auteur. Pour en savoir plus: https://antredustratege.com/2013/11/06/les-armes-du-soldat-francais-en-1940-les-pistolets-mitrailleurs/

Un manuel présente le chargement de l’artillerie de montagne sur les mulets. Il s’agit d’une pièce du système « de Bange » (fin XIXe). Photo de l’auteur.

Affiche de 1877. Photo de l’auteur.

Napoléon III passe en revue les troupes à Satory, et décore des officiers revenus du Mexique. Musée Lambinet de Versailles, photo de l’auteur.

Gilbert représente ici le combat de Guichen à la Dominique en 1780, durant la guerre d’indépendance américaine. Ce fut un affrontement indécis et le tableau permet de bien voir le combat en ligne des vaisseaux. Il est conservé à la bibliothèque de Versailles. Photo de l’auteur.

Paire de pistolets de luxe, offerte par Murat à Cambacérès. La manufacture d’armes de la ville de Versailles produisait ce genre d’armes, mais aussi des fusils pour la Garde Impériale. Photo de l’auteur. Objet conservé au musée de l’armée.

 

Liens: 

La page Facebook du site : ici . Déjà 452 abonnés !

Mes vidéos d’histoire sur Youtube:  La chaîne . Déjà 1639 abonnés !

Mes articles pour la Gazette du wargamer 

La page Tipeee : https://www.tipeee.com/antre-du-stratege

Musée des Carabiniers (Rome)

Avant de reprendre nos affaires écossaises, je vous propose la découverte du musée des Carabiniers, à Rome. A deux pas du Vatican et gratuit, cet établissement est très riche en objets et informations sur cette composante essentielle des forces armées italiennes. Inspirés par la gendarmerie française, ils remplissent d’importantes missions de sécurité en Italie et sur les théâtres d’opérations extérieurs où les troupes de la Botte interviennent. Ils furent aussi de toutes les guerres du Piémont-Sardaigne puis de l’Italie depuis leur création en 1814. Le site du musée:

http://www.carabinieri.it/arma/ieri/museo-storico

Photos de l’auteur

Dessin du premier uniforme des Carabiniers, 1814. Il s’agit de la petite tenue estivale (car il y en a d’autres !) pour les hommes à pied. Photo de l’auteur.

Vous remarquerez l’usage du français, encore important dans le royaume de Piémont-Sardaigne avant l’unité italienne. C’était la langue du parlement comme le rappelle l’historien italien Lucio Villari dans « Bella e perduta. L’Italia del Risorgimento ».

Différents fusils (2e moitié du XIXe siècle) utilisés par les carabiniers. Photo de l’auteur.

Un bronze en l’honneur des carabiniers qui se battirent pour l’unité italienne. Photo de l’auteur.

Revolver Glisenti « type lefaucheux » modèle 1861 utilisé par les carabiniers. Photo de l’auteur.

Revolver Bodeo modèle 1889 utilisé par les officiers des carabiniers, jusqu’à la Seconde Guerre mondiale comprise pour certains. Photo de l’auteur.

1880, « La récidive » Photo de l’auteur.

Étonnante FIAT modèle 1915 « Villar Perosa », arme d’aviation (où de nombreux carabiniers s’illustrèrent comme pionniers) aussi utilisée en petit nombre au sol. Photo de l’auteur.

1917, la fanfare des carabiniers chez les alliés britanniques à Folkestone. Vous noterez les drapeaux. Photo de l’auteur.

14 juillet 1919, les troupes italiennes, dont des carabiniers, défilent sur les Champs-Elysées. Photo de l’auteur.

« La lettura », 1er août 1915 propose ce dessin des « Carabiniers dans la tranchée ». Il est l’oeuvre d’Achille Beltrame. Photo de l’auteur.

Vélo militaire 15-18, utilisé par les carabiniers notamment. Photo de l’auteur. Vous voudrez bien excuser l’extincteur.

Célèbre tableau de la charge de Pastrengo où s’illustrèrent les Carabiniers en 1848, lors des guerres risorgimentales. Photo de l’auteur. L’événement est quasi fondateur pour eux et est encore commémoré.

Autres articles sur le patrimoine militaire italien:

https://antredustratege.com/2015/05/01/le-frioul-et-la-memoire-de-la-premiere-guerre-mondiale-en-italie-1915-1918/

https://antredustratege.com/2015/05/16/le-musee-historique-et-naval-de-venise-en-images/

https://antredustratege.com/2017/04/24/museo-centrale-del-risorgimento-rome/

Liens: 

La page Facebook du site : ici . Déjà 391 abonnés !

Mes vidéos d’histoire sur Youtube:  La chaîne . Déjà 1486 abonnés !

Mes articles pour la Gazette du wargamer 

La page Tipeee : https://www.tipeee.com/antre-du-stratege

 

Musée d’histoire militaire de Tournai

Méconnu, mais très très riche, voici quelques photos du musée d’histoire militaire de Tournai. Il présente l’histoire de la ville, vue sous l’aspect militaire, depuis le Moyen-Age à 1945. Celle-ci a en effet connu énormément de sièges, combats, dont certains menés par les armées de Louis XIV, celles de la Révolution… Bien sûr, les guerres mondiales occupent une part importante des collections, bien mises en valeur et comportant des objets assez rares des armées belge comme étrangères. Vous aurez là un aperçu ! Photos de l’auteur.

La fiche du musée:

https://www.tournai.be/decouvrir-tournai/musees/musee-d-histoire-militaire.html

Mortier français de 15 pouces (406 mm) fondu à Douai en 1684. Il équipait la place au moment du siège de 1709, qui fut particulièrement âpre. A l’époque le Tournaisis était français et Vauban avait fortifié la ville, comme tant d’autres. Photo de l’auteur.

Canon de campagne de 60mm allemand, 1875. Hélas il n’est pas précisé comment il est arrivé dans le musée. Peut-être un achat de l’armée à l’époque… C’était courant, pour tester le matériel des autres puissances. Ainsi la France du Second Empire avait acquis des pièces de chez Krupp. Photo de l’auteur.

Très célèbre pistolet belge browning mle 1900 (fabriquer sous licence est courant à l’époque). Fabrication FN (Fabrique Nationale) Herstal. C’est un pistolet de cette manufacture qui a été utilisé par Prinzip pour tuer François-Ferdinand en 1900. Photo de l’auteur.

Boussole de l’armée belge, deuxième moitié du XIXe siècle. Photo de l’auteur.

Buste du roi Albert Ier, connu pour son attitude pendant la Première Guerre mondiale. Mais qu’il ne faut pas surestimer. Lire Jean-Claude Delhez à ce sujet ! Photo de l’auteur.

Chansonnier bilingue, début du XXe siècle, armée belge. Photo de l’auteur.

Plusieurs vitrines comme celles-ci évoquent l’armée belge à Tournai durant l’entre-deux-guerres. Hélas, le reflet de la vitrine se voit. Photo de l’auteur.

L’un des nombreux objets des Belges libres du musée. Ici, des documents administratifs. Photo de l’auteur.

Mitrailleuse française « MAC » 31. Pour en savoir plus: https://antredustratege.com/2013/11/30/les-armes-du-soldat-francais-en-1940-les-mitrailleuses/ Photo de l’auteur.

Mitrailleur belge en 1917-18. Son uniforme est national, même si des objets et armes étrangers (britanniques notamment, et français) furent utilisés. Comme là la mitrailleuse Hotchkiss mle 1914. Pour en savoir plus sur celle-ci: https://antredustratege.com/2013/11/30/les-armes-du-soldat-francais-en-1940-les-mitrailleuses/ Photo de l’auteur

Lances de cavalerie belge, en bambou, 2e moitié du XIXe siècle à 1914. Inutile de rappeler que l’utilité d’une telle arme, encore utilisée par les Uhlans allemands notamment, était assez douteuse au début de la Première Guerre mondiale. Photo de l’auteur.

Voilà un exemple de cavalier belge, là un homme du 3e lanciers, période 1863-1914.

Autres articles sur la Belgique militaire:

https://antredustratege.com/2014/11/12/histoire-militaire-a-bruxelles-dernier-article/

https://antredustratege.com/2015/02/21/le-patrimoine-militaire-de-huy-province-de-liege/

https://antredustratege.com/2013/08/20/bref-apercu-du-patrimoine-militaire-de-liege/

https://antredustratege.com/2015/08/15/le-fort-de-huy-belgique/

https://antredustratege.com/2014/04/20/la-citadelle-de-namur/

Liens: 

La page Facebook du site : ici . Déjà 343 abonnés !

Mes vidéos d’histoire sur Youtube:  La chaîne . Déjà 1312 abonnés !

Mes articles pour la Gazette du wargamer 

La page Tipeee : https://www.tipeee.com/antre-du-stratege

Visite à l’ossuaire de Douaumont

Avant de poursuivre et terminer le dossier sur l’Italie et l’Ethiopie, je vous propose de découvrir l’ossuaire de Douaumont, lieu hautement symbolique et émouvant étroitement lié à la bataille de Verdun. Plus d’informations ici:

http://www.verdun-douaumont.com/

dscn4919

Le drapeau français dans le cimetière qui fait face à l’ossuaire.

dscn4924

Les tombes blanches du cimetière vues depuis la tour de l’ossuaire.

dscn4928

Vue partielle de l’ossuaire.

dscn4930

Détail de la façade. Les blasons des villes ayant participé à sa construction sont représentés tout au long. Elles sont aussi bien françaises qu’étrangères.

dscn4931

Détail du blason de Versailles.

dscn4938

Dans le cimetière.

dscn4939

L’ossuaire vu depuis le cimetière.

dscn4940

Détail de la tour de l’ossuaire.

 

dscn4944

Le blason de Paris.

Liens: 

La page Facebook du site : ici . Déjà 305 abonnés!

Mes vidéos d’histoire sur youtube:  La chaîne . Déjà 1124 abonnés!

Mes articles pour la Gazette du wargamer 

La page Tipeee : https://www.tipeee.com/antre-du-stratege

Musée de la Grande Guerre de Meaux.

A l’abri de Meaux (haha) est situé l’un des plus grands musées consacrés à 14-18 en France, issu en bonne partie d’une collection privée et augmenté de dépôts rares comme des camions Berliet. A visiter, la ville propose également quelques beaux bâtiments et la maison de Bossuet…

Le site du musée:

http://www.museedelagrandeguerre.eu/

Desvarreux, "2n Dragoon, Scot grey" (Ypres). Belle participation britannique à la guerre (expo temporaire) et superbes travaux d'un peintre tombé dans l'oubli.

Desvarreux, « 2n Dragoon, Scot grey » (Ypres). Belle participation britannique à la guerre (expo temporaire) et superbes travaux d’un peintre tombé dans l’oubli.

Autre peinture de Desvarreux, représentant un Bagpiper (expo temporaire)

Autre peinture de Desvarreux, représentant un Bagpiper (expo temporaire)

Meyer, 1915: "Entrée des Français en Alsace".

Meyer, 1915: « Entrée des Français en Alsace ».

Camion-Pigeonnier Berliet. Dépôt de la fondation Berliet. La colombophilie joue un grand rôle en 14-18.

Camion-Pigeonnier Berliet. Dépôt de la fondation Berliet. La colombophilie joue un grand rôle en 14-18.

Pièce de 120mm du système de Bange (années 1880-1890) réutilisée en 1914-1914.

Pièce de 120mm du système de Bange (années 1880-1890) réutilisée en 1914-1914.

Art de tranchée enfin intéressant: un bidon a été réutilisé pour cette guitare.

Art de tranchée enfin intéressant: un bidon a été réutilisé pour cette guitare.

Soldat russe en France vers 1916. Son arme et son équipement sont français. Plus de 20.000 Russes vinrent se battre sur le front ouest.

Soldat russe en France vers 1916. Son arme et son équipement sont français. Plus de 20.000 Russes vinrent se battre sur le front ouest.

Chasseur alpin austro-hongrois.

Chasseur alpin austro-hongrois.

Bonus, plaque commémorative dans la cathédrale.

Bonus, plaque commémorative dans la cathédrale.

Plus de photos:

https://www.facebook.com/media/set/?set=a.10204095940591396.1073741877.1611470780&type=1&l=663d8e241c

La page FB du site (pour être tenu automatiquement au courant des publications): ici . Déjà 162 abonnés!

Mes vidéos d’histoire sur youtube:  La chaîne . Déjà 469 abonnés! 

Mes articles pour la Gazette du wargamer 

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :