Archives de Tag: 1689

Les débarquements français en Irlande V) Conclusion et mémoire des événements

Conclusion

Au final, ces trois débarquements ont été des échecs à plus ou moins brève échéance. Les raisons furent à chaque fois différentes, je vous renvoie aux développements plus haut. Toutefois, et, en restant dans le champ de l’histoire contrefactuelle, on peut par exemple se demander ce qui se serait passé si l’expédition de 1796 avait pu être menée à son terme, car les conditions étaient autrement plus propices que deux ans plus tard. Si les buts visés ne furent pas atteints, reste que, malgré l’absence de désintéressement de la part des Français, l’expérience a renforcé les liens entre les deux pays et permis la naissance de nouvelles traditions militaires, notamment avec l’emploi important d’Irlandais sous les drapeaux français.

Ruines d’une église médiévale sur les lieux du débarquement. Photo de l’auteur.

 

Ces expériences constituent bel et bien des attaques directes sur le sol des Iles Britanniques, dont on a trop tendance à lire qu’elles sont restées inviolées depuis l’invasion normande de 1066. La persistance, au fil des siècles, de plans d’invasion côté français est frappante. En plus de ceux évoqués, certains furent près d’être tentés ou étaient, du moins sur le papier, impressionnants, notamment sous Louis XIV et pendant la guerre de Sept Ans. Au final, ces événements, loin d’être majeurs, restent intéressants à étudier et on donné lieu, côté irlandais, à une  mémoire assez vivace.

Kelly the Boy of Killane , héros de 1798. Interprétation de Luke Kelly avec les Dubliners

‘ »For the boys march at dawn from the south to the north
Led by Kelly the boy from Killane »

Une mémoire à deux vitesses

Les débarquements dont j’ai parlé ne sont pas connus de la même façon des deux côtés de la mer Celtique, c’est une évidence. En France, ils sont cités dans quelques revues et livres dont vous avez un échantillon assez représentatif dans la bibliographie que je vous ai indiquée, et c’est à peu près tout. Ainsi, en dehors de ces auteurs spécialistes et du lectorat assez restreint qui les lit, ils restent très peu connus du grand public. Les raisons sont multiples: ils n’ont notamment pas été des succès foudroyants, on l’a vu, et, en général, le fait maritime intéresse moins les Français que ce qui est continental.

Maison de Kilcummin, où débarquèrent les Français en 1798. Vous remarquerez les drapeaux. Photo de l’auteur.

Sans faire de généralités, il sera par exemple beaucoup plus facile pour beaucoup de gens de citer une victoire terrestre française qu’une victoire navale, surtout pour la période de la Révolution et de l’Empire. Il n’est donc pas étonnant que ces trois épisodes soient presque tombés dans l’oubli en France, même si les moyens étaient là sous Louis XIV, et en 1796, on l’a vu. De plus, avec le débarquement raté à Fishguard au Pays de Galles en 1797 (voir article plus bas), ils restent symboliquement importants et montrent que la Royal Navy ne pouvait pas tout empêcher. 

Autre chanson sur l’insurrection de 1798, interprétée par les Dubliners.

« By the risin’ of the moon, by the risin’ of the moon,
With your pike upon your shoulder, by the risin’ of the moon »

Côté irlandais, la mémoire de ces tentatives de secouer le joug britannique reste plus développée, surtout dans le cas de la dernière. Outre les commémorations encore effectuées de nos jours et les plaques récemment dévoilées sur les lieux (voir photos articles précédents et celui-ci), les habitants nomment encore 1798 « The year of the French », soit « L’année des Français. » Malgré l’échec et, je l’ai dit, des relations parfois conflictuelles à l’époque, ces aspérités ont été largement oubliées aujourd’hui. Or, on ne compte plus les chansons et les livres qui parlent de cet événement (et  vous pouvez en voir certaines plus haut), comme par exemple Bantry bay, the French on the sea, interprétée par Derek Warfield dans l’album au titre évocateur: Liberté ’98. Je citerai aussi un roman historique d’un grand professeur et romancier américain passionné de l’Irlande: Thomas Flanagan, auteur de l’ouvrage justement nommé The year of the French (1979).

Plaque sur la maison. Photo de l’auteur.

 

Bibliographie sélective (sans but d’exhaustivité):

-JOANNON (Pierre), Histoire de l’Irlande et des Irlandais, Paris, Perrin, coll. « Tempus », 2009, 832 p.

-« France-Irlande », Revue historique des armées n° 253, 2008. Voir notamment cet article :

https://rha.revues.org/4612

Cet article de Hugh Gough évoque le « débarquement » au pays de Galles en 1797:

http://books.openedition.org/puc/788

Liens: 

La page Facebook du site : ici . Déjà 318 abonnés!

Mes vidéos d’histoire sur youtube:  La chaîne . Déjà 1212 abonnés!

Mes articles pour la Gazette du wargamer 

La page Tipeee : https://www.tipeee.com/antre-du-stratege

Publicités

Les débarquements français en Irlande II) 1689: raisons et déclenchement

Le contexte

Le premier débarquement dont nous allons parler est donc celui de 1689, en plein dans le règne de Louis XIV. Celui-ci entame la partie la plus délicate de ses années au pouvoir. Si les armées françaises emportent encore de beaux succès, ce ne sont plus les victoires des guerres du début du règne : Dévolution (1667-1668) et Hollande (1672-1678). Depuis l’année précédente, la France jugée trop puissante, fait face à une puissante coalition ce qui a donné son nom au conflit : la guerre de la ligue d’Augsbourg.

Elle rassemble de nombreux pays, dont le royaume d’Angleterre, celui d’Espagne et les Provinces-Unies. C’est en fait une constante jusqu’en 1815, qui fait que plusieurs historiens nomment cette période « la seconde guerre de Cent ans ».

Pourquoi un débarquement en Irlande ?

Il est lié à la guerre de la ligue d’Augsbourg, mais aussi à la « Glorieuse Révolution ». Celle-ci a chassé les Stuart du trône en 1688, notamment à cause du catholicisme militant du roi Jacques II, dans un pays devenu majoritairement anglican et presbytérien (Ecosse). Appelé depuis les Pays-Bas, Guillaume d’Orange le remplace sous le titre de Guillaume III. Or, il n’aime pas Louis XIV qui a envahi son pays pendant la guerre de Hollande citée en introduction. Depuis, et pour longtemps, les Stuart se sont réfugiés avec leurs partisans en France et vont tenter plusieurs fois de reprendre le pouvoir en débarquant en Ecosse ou, là, en Irlande où ils gardent des soutiens.

Un premier débarquement d’officiers 

Ainsi, Versailles se laisse convaincre qu’aider Jacques II à retrouver son trône est une occasion inespérée d’affaiblir durablement l’Angleterre (l’union de la couronne anglaise avec l’Ecosse n’a lieu qu’en 1707, et celle avec l’Irlande en 1800-01), en suscitant une révolte sur les terres qu’elle contrôle. Pour revenir à l’Irlande: une bonne partie de l’Ile Verte, farouchement catholique, sauf au nord plus mêlé, s’est en effet soulevée et réclame le retour du roi Jacques. Celui-ci débarque donc à Kinsale, dans le sud de l’Irlande, le 12 mars 1689.

Outre ses hommes (un bon millier de partisans) et du matériel, une centaine de Français, des officiers, sont à ses côtés. Ils doivent le conseiller et l’aider à commander ses troupes. Or, dès le début, l’entente est mauvaise entre les deux partis qui n’ont pas les mêmes conceptions stratégiques. Le Stuart ne parvient d’ailleurs pas à s’emparer rapidement des villes protestantes de l’Irlande du Nord, qui se défendent farouchement, et une armée de secours est dépêchée depuis l’Angleterre.

Bref, cela conduit Jacques et Louis à décider de l’envoi d’une force française bien supérieure, dont nous allons parler la prochaine fois.

Bibliographie sélective (sans but d’exhaustivité):

-JOANNON (Pierre), Histoire de l’Irlande et des Irlandais, Paris, Perrin, coll. « Tempus », 2009, 832 p.

-Cours de licence sur le règne de Louis XIV, année universitaire 2007-2008, ICP.

Liens: 

La page Facebook du site : ici . Déjà 314 abonnés!

Mes vidéos d’histoire sur youtube:  La chaîne . Déjà 1166 abonnés!

Mes articles pour la Gazette du wargamer 

La page Tipeee : https://www.tipeee.com/antre-du-stratege

 

%d blogueurs aiment cette page :