Archives de Tag: Ecosse

« Bonnie prince Charlie » à l’assaut du trône (1745-1746): VI) Conclusion

Nous l’avons vu précédemment: même si le succès a semblé un temps à portée, la tentative de « Bonnie Prince Charlie » se solda par un échec retentissant. Il nous reste à voir ce qu’il advint de sa personne et des conséquences en Ecosse du Forty-Five , comme l’on y désigne cette période. 

La fuite du prince

La fuite du Stuart a tout de romanesque et a été vue comme telle dès l’époque, voire même comme plus philosophique: Voltaire et Diderot écrivirent alors de belles pages à son sujet, avant qu’elle n’inspire des chansons comme Skye boat song. Ainsi, sorti du champ de bataille de Culloden par quelques fidèles, il se lança vers la côte, poursuivi par les troupes gouvernementales. Il franchit tour à tour, et courageusement, des landes, vallées et îles, souvent aidé. Dormant plus d’une fois dehors, il mangeait de manière assez aléatoire, même si certains habitants lui vinrent en aide. Il ne fut d’ailleurs jamais livré par quiconque, ni repris, bien qu’ayant été talonné de près. Après une errance de plusieurs mois, il est finalement recueilli par la marine française, après plusieurs tentatives infructueuses.

Nouvelle preuve que les côtes britanniques étaient loin d’être inviolables et qui laisse croire à un autre sort possible pour celle-ci, si certains choix avaient été faits plutôt que d’autres ! Toujours est-il que deux navires malouins le récupérèrent le 13 septembre, et il put gagner les côtes de France sans encombre. La suite de sa vie fut une succession d’errances et de déceptions et il décéda en 1788, suivi en 1807 par son frère Henri, cardinal, sans postérité. Là prenait fin la dynastie déchue des Stuarts et l’espoir d’une restauration en leur faveur.

Skye boat song, chanson postérieure évoquant de manière très poignante la fuite de Charles-Edouard. Interprétation: The Corries.

Les conséquences

Si la prince conserva sa vie et sa liberté, il n’en fut pas de même pour beaucoup d’Écossais. De nombreux chefs impliqués dans le « Quarante-Cinq » furent arrêtés et certains mis à mort. Les choses ne s’arrêtèrent pas là et la répression qui s’abattit fut terrible: des villages entiers furent incendiés, des confiscations de terres et de biens réalisées, des violences sur les populations perpétrées durant des semaines.

Plus grave pour la société écossaise: nombre de lois mirent fin à des structures séculaires. La plus importante concernée se trouva être l’organisation clanique traditionnelle: un acte de 1747 retira aux chefs leurs droits de justice et, peu à peu, les liens entre les membres des clans se distendirent jusqu’à rompre bien souvent, car c’était là la base de leur pouvoir. De plus, les tartans et les armes furent bannis pendant trente ans, ainsi que la cornemuse !

A long terme, beaucoup de choses furent déstructurées : l’usage du gaélique recula, le contrôle militaire sur la région et notamment les Highlands fut renforcé (des routes militaires avaient été construites dès avant d’ailleurs). L’Ecosse d’aujourd’hui a pu retrouver une partie de ses racines, mais souvent après une entreprise de réappropriation culturelle menée aux XIXe et XXe siècles, et qui n’est pas sans avoir une vision fantasmée du passé.

« Portrait de Charles-Edouard Stuart » par Hugh Douglas Hamilton, vers 1785, au soir de sa vie. L’image est hébergée sur Wikipédia et le tableau à la Scottish National Portrait Gallery. https://www.nationalgalleries.org/visit/scottish-national-portrait-gallery

Les œuvres inspirées par cette période sont très nombreuses. Outre les chansons que j’ai indiquées, je me permets de citer le roman bien connu de Walter Scott, Waverley, histoire d’un jeune noble anglais impliqué dans ces événements. 

Bibliographie consultée (qui n’a donc pas pour but d’être exhaustive):

-DUCHEIN (Michel), Histoire de l’Ecosse. Des origines à nos jours, Paris, Tallandier, coll. « Texto », 2013, 797 p.

Sur la marine française au XVIIIe siècle:

-VERGE-FRANCESCHI (Michel),  La marine française au XVIIIe siècle : guerres, administration, exploration, Paris, SEDES, 1996, 451 p. 

Liens: 

La page Facebook du site : ici . Déjà 402 abonnés !

Mes vidéos d’histoire sur Youtube:  La chaîne . Déjà 1509 abonnés !

Mes articles pour la Gazette du wargamer 

La page Tipeee : https://www.tipeee.com/antre-du-stratege

Publicités

« Bonnie prince Charlie » à l’assaut du trône (1745-1746): V) De la retraite à la lande de Culloden

La retraite et le retour en Ecosse

L’ordre de retraite vers l’Ecosse ne signifie pas la débandade de l’armée de Charles-Edouard Stuart. Ses troupes se retirent en bon ordre vers le Nord et parviennent à vaincre les ennemis rencontrés sur la route. Mieux, après s’être regroupé à Perth avec ses hommes, il reçoit des renforts des Highlands, ainsi que le concours dune petite troupe française finalement venue, même s’il on a vu précédemment  qu’une expédition nombreuse et en règle organisée depuis Dunkerque avait été abandonnée. Voilà pourquoi Bonnie Prince Charlie reprend espoir: il réorganise ses effectifs et déloge ensuite une force ennemie de Falkirk début janvier 1746.

A partir de là, la fortune change toutefois de camp. Comme prévu, les montagnards regagnent leurs habitations en attendant le printemps, et les troupes gouvernementales réagissent. Leur nouveau commandant, Hawley, n’est pas très diplomate et se révèle vantard, mais cela ne l’empêche pas de faire occuper rigoureusement les terres qu’il reconquiert peu à peu, pour s’assurer de leur contrôle et surveiller des habitants souvent hostiles. Passé l’effroi de l’été précédent, le gouvernement de Londres s’est repris et des soldats prennent le chemin du nord.

« An Incident in the Rebellion of 1745 », attribué à David Morier. Plus d’informations sur le site internet suivant: https://www.royalcollection.org.uk/collection/401243/an-incident-in-the-rebellion-of-1745

La bataille de Culloden

Cela oblige les Jacobites à se tourner vers une poursuite des hostilités sous la forme d’une guérilla, ou « petite guerre » comme on dit à l’époque. La disproportion de moyens se fait de plus en plus criante à mesure que les troupes gouvernementales se renforcent et quadrillent le sud de l’Ecosse. Le chef Stuart décide donc de se retirer très au nord, dans la région d’Inverness, pour s’y retrancher et attendre de l’aide venue de France. Or, on l’a dit, celle-ci est fluctuante et soumise aux lois de la guerre sur mer: un vaisseau français, le Prince Charles, porteur de secours est ainsi capturé par la Royal Navy.

L’argent et le ravitaillement venant à manquer, Charles-Edouard fait la sourde oreille aux conseils de ses proches, qui lui suggèrent d’attendre l’été et le retour des Highlanders. Il prend la décision de se découvrir et d’affronter son ennemi dans une bataille rangée. La rencontre a lieu sur la lande de Culloden, proche de la ville d’Inverness, et est un désastre complet. Les jacobites, mal nourris et manquant d’équipement, se retrouvent de plus deux fois moins nombreux que les 9000 adversaires. Le résultat est sans appel: fauchés par l’artillerie, les feux d’infanterie bien coordonnés et bloqués par des rangées de baïonnettes, ils tombent par centaines, sans que le décompte total des pertes soit encore connu à l’heure actuelle. C’en est fini des espoirs de restauration des Stuarts, et Charles-Edouard prend la fuite.

Chanson évoquant le départ de Bonnie Prince Charlie et espérant son retour. Interprétation: Gaberlunzie

Bibliographie consultée (qui n’a donc pas pour but d’être exhaustive):

-DUCHEIN (Michel), Histoire de l’Ecosse. Des origines à nos jours, Paris, Tallandier, coll. « Texto », 2013, 797 p.

-Pour en savoir plus sur la « petite guerre au XVIIIe siècle:

http://journals.openedition.org/rha/7237

Liens: 

La page Facebook du site : ici . Déjà 394 abonnés !

Mes vidéos d’histoire sur Youtube:  La chaîne . Déjà 1491 abonnés !

Mes articles pour la Gazette du wargamer 

La page Tipeee : https://www.tipeee.com/antre-du-stratege

 

« Bonnie prince Charlie » à l’assaut du trône (1745-1746): IV) En marche vers l’Angleterre

La marche triomphale vers le sud

La victoire de Prestonpans évoquée la dernière fois donne l’élan à Bonnie Prince Charlie et à ses troupes, l’élan nécessaire pour se porter vers le sud. Son effet est renforcé par l’arrivée d’un diplomate français, le marquis d’Eguilles, apportant avec lui quelques armes et de l’argent, mais surtout de belles paroles. Charles-Edouard ne pouvait pas le savoir, mais la cour de Versailles ne lui est pas acquise totalement, loin de là, et on ne revit pas, durant sa tentative, d’essai réussi de débarquement en force de la part des Français. Reste qu’il voulut croire en ce soutien jusqu’à la fin et l’aristocrate arrive là au bon moment.

Toutefois, il semble ne pas avoir besoin de l’aide de Louis XV pour l’instant. Après avoir franchi la frontière entre Ecosse et Angleterre le 8 novembre 1745, sa marche vers Londres de son armée ressemble à une promenade de santé et un succès annoncé ! Ainsi, en trois semaines, ses forces abattent 450 kilomètres et réussissent assez habilement à berner les troupes ennemies dirigées par Wade et Cumberland. On l’a dit, l’armée royale est surtout déployée sur le continent et doit rassembler ses unités face au prétendant. Finalement, malgré des dissensions entre chefs écossais, la partie semble bel et bien gagnée: le 2 décembre, Derby est atteinte, à un peu plus de 200 kilomètres de la capitale, où, d’ailleurs, on s’affole. 

Ye Jacobites by Name, chanson traditionnelle évoquant les révoltes des partisans des Stuarts. Il s’agit de la version réécrite par Robert Burns, grand poète de la fin du XVIIIe siècle. Interprétation: Ian Bruce.

Le prince représenté en chef écossais par Louis Tocqué, portraitiste de l’époque. Image hébergée (domaine public) sur Wikipédia.

Coup d’arrêt au nord de Londres

C’est là que le sort devient contraire au prétendant. Non seulement il n’a pas écrasé, mais plutôt évité, les troupes de George II, mais, de plus, ses hommes commencent à exprimer leur mécontentement. En effet, le gros de son armée est constitué de montagnards des Highlands qui se sentent étrangers à cette haute politique et surtout loin de chez eux. Alors que l’hiver bat son plein, ils craignent pour leurs familles et possessions laissées loin derrière, dans les hautes terres d’Ecosse. La situation est critique pour Bonnie Prince Charlie car il ne peut évidemment rien seul, et la population anglaise n’a pas été transportée de joie sur son chemin ni ne s’est ralliée en masse.

Finalement, après des discussions très houleuses à la tête de l’édifice, Charles-Edouard décide de revenir en Ecosse plutôt que de rester seul et d’être vaincu dans un environnement hostile; au même moment, des manœuvres curiales versaillaises font échouer les préparatifs d’une expédition de secours organisée depuis Dunkerque… Or, la retraite ne ressemble pas à la marche décrite plus haut, et, on verra qu’elle se termine par la désastreuse bataille de Culloden.

Bibliographie consultée (qui n’a donc pas pour but d’être exhaustive):

-DUCHEIN (Michel), Histoire de l’Ecosse. Des origines à nos jours, Paris, Tallandier, coll. « Texto », 2013, 797 p.

Liens: 

La page Facebook du site : ici . Déjà 389 abonnés !

Mes vidéos d’histoire sur Youtube:  La chaîne . Déjà 1484 abonnés !

Mes articles pour la Gazette du wargamer 

La page Tipeee : https://www.tipeee.com/antre-du-stratege

 

« Bonnie prince Charlie » à l’assaut du trône (1745-1746): III) Premiers affrontements

Les hostilités débutent

L’une des grandes chances de Bonnie Prince Charlie est d’avoir tenté de reprendre le trône en pleine guerre de succession d’Autriche que j’avais évoquée en introduction. De ce fait, la plupart des troupes britanniques sont positionnées hors des îles, soit en Flandre et en Allemagne, ou au sud de l’Angleterre par crainte d’un débarquement français (qui n’eut jamais lieu). Il peut donc rassembler ses troupes, marcher sur Perth et faire fuir devant lui le général Cope, à la tête des troupes gouvernementales. Le moral est au beau fixe, les forces nombreuses et c’est là que Charles-Edouard reçoit son surnom.

Bien que tous les clans ne se soient pas ralliés et que la majorité des habitants des basses-terres proches de l’Angleterre (Lowlands) ne se soient pas non plus prononcés pour lui, il parvient tout de même à entrer par surprise à Edimbourg le 15 septembre. Les troupes britanniques se sont débandées, même si une partie tient toujours la citadelle de la ville (voir photo), alors que le prince voit les ralliements se multiplier après cette victoire. Il prend possession du château ancestral de Holyrood où, quelques décennies plus tard, le futur Charles X vécut en exil, fuyant la Révolution française !

Vue du château d’Edimbourg depuis le toit du musée d’Ecosse. Photo de l’auteur.

Rester en Ecosse ou passer en Angleterre ?

Là, les conseillers du prince se divisent: que faire ? Rester en Ecosse et y fortifier les positions conquises, prélude à une nouvelle indépendance de l’ancien royaume ? Ou foncer vers l’Angleterre en profitant de la désorganisation générale, et gagner Londres pour en chasser les Hanovre honnis ? Là, il faut rappeler que, malgré leur origine écossaise, les Stuart s’étaient rapidement anglicisés après leur arrivée sur le trône d’Angleterre (1603, union des couronnes) puis de Grande-Bretagne (1707: Acte d’Union)… On voit pourtant que Charles-Edouard s’est servi de son ascendance pour sa tentative.

Ces divisions, toutefois, cèdent d’abord le pas aux nécessités du quotidien: il faut rassurer la population, continuer d’organiser les troupes ralliées et contenir les chefs de clan pas toujours d’accord. Le moins qu’on puisse dire est que Bonnie Prince Charlie réussit plutôt bien l’exercice. Il fait de nombreuses annonces se rapportant aux lois et aux taxes (certaines imposées par Londres vont être abolies, promet-il) qui le rendent populaire. De plus, ses forces parviennent à écraser les soldats de Cope, enfin venu à sa rencontre à la fin du mois de septembre. Le choc a lieu à Prestonpans, le 21, à quelques kilomètres d’Edimbourg, et est une brillante victoire jacobite. Le général britannique y laisse armes et bagages, ainsi qu’un millier de prisonniers. Sa réputation de lâche et de fuyard était désormais faite, colportée par la chanson Hey, Johnnie Cope, Are Ye Waking Yet?

Hey, Johnny Cope, interprété par Alastair Mc Donald.

Bibliographie consultée (qui n’a donc pas pour but d’être exhaustive):

-DUCHEIN (Michel), Histoire de l’Ecosse. Des origines à nos jours, Paris, Tallandier, coll. « Texto », 2013, 797 p.

Liens: 

La page Facebook du site : ici . Déjà 386 abonnés !

Mes vidéos d’histoire sur Youtube:  La chaîne . Déjà 1481 abonnés !

Mes articles pour la Gazette du wargamer 

La page Tipeee : https://www.tipeee.com/antre-du-stratege

« Bonnie prince Charlie » à l’assaut du trône (1745-1746) : I) Introduction

Chassés du trône d’Angleterre par la « Glorieuse Révolution » de 1688-89, les Stuart n’en ont pas moins essayé à plusieurs reprises de retrouver leur pouvoir, et ce dès 1689, tentative alors appuyée par la France, et dont j’avais déjà parlé (voir liens ci-dessous). Cette fois-ci, nous avançons un peu dans la chronologie pour revenir sur l’essai presque couronné de succès de Charles-Edouard Stuart, dit « Bonnie prince Charlie » (1720-1788).

Qui est Charles-Edouard Stuart ?

Le personnage dont on va parler a laissé une trace indélébile dans l’histoire et la mémoire de l’Ecosse. On se souvient de lui comme du « bon », du « gentil » prince Charlie, d’où le titre de l’article. Il a fait l’objet de nombreuses œuvres littéraires, ainsi que de films et, encore aujourd’hui, son souvenir est bien vivant, et est même devenu un argument touristique. Toutefois, la mémoire, soit la présence sélective d’éléments du passé dans une société, n’est pas l’histoire et si ce personnage est plutôt bien vu pour beaucoup, cela ne doit pas empêcher d’expliquer d’un œil neutre son histoire.

Il est donc né en 1720 à Rome, d’un père déjà prétendant au trône et vivant en exil. La famille des Stuart, catholique, était bien reçue dans les Etats du pape, et bien sûr en France, qui voyait là une belle occasion d’affaiblir son ennemie de toujours. Au pays de Voltaire, elle logeait au château de Saint-Germain-en-Laye et y recevait les visites d’autres exilés, maintenant une petite cour de ce côté-ci de la Manche. Le personnage dont on parle, lui grandit en Italie où son père réside. Il se révèle vite intelligent, fin, très énergique, mais aussi fougueux et prompt à la colère, ce qui n’est pas bien vu, surtout à l’époque, pour un futur souverain, fût-il fils de prétendant dépossédé de ses Etats.

Bonnie Prince Charlie, représenté en tenue écossaise peint par William Mosman vers 1750. L’oeuvre est conservée à la Scottish National Gallery et la photo hébergée sur Wikipédia.

Des prétentions au départ 

Toutefois, il a une grande espérance en l’avenir, surtout que son géniteur est âgé et peu à même de se lancer dans des projets aventureux. Or, ces rêves de gloire connaissent un début d’exécution dès 1744. Charles-Edouard a donc 24 ans et sa jeunesse coïncide avec un grand conflit européen: la guerre de succession d’Autriche. La présentation  de celle-ci dépassant le cadre précis de cette étude, je me contenterai de rappeler qu’elle voit plusieurs candidats se disputer le trône des Habsbourg et, appuyant les prétentions des uns ou des autres, les grandes puissances européennes interviennent. Là encore jouent leurs divisions autres et, une nouvelle fois, la France se retrouve opposée à plusieurs autres Etats, notamment celui qu’on appelle la Grande-Bretagne depuis 1707. C’est là que des partisans des Stuart, qu’on nomme les Jacobites, car le nom en latin du roi Jacques II exilé en 1688 est « Jacobus », proposent à Louis XV une nouvelle tentative de rétablissement de la famille à Londres.

Sur le papier, elle est sérieuse: 10.000 hommes sont rassemblés dans le Nord pour un embarquement à Dunkerque avec Charles-Edouard, qui accourt de la Ville Éternelle. Il est prévu de débarquer en Ecosse et de l’y soutenir. Toutefois, une violente tempête disperse au printemps 1744 la flotte qui devait le conduire sur les rivages de ses ancêtres. Chose pareille est courante à l’époque de la marine à voile et empêche là ces projets d’être réalisés. Nous allons pourtant voir qu’ils n’étaient que remis à plus tard: dès 1745 un nouvel essai intervient.

Bibliographie consultée (qui n’a donc pas pour but d’être exhaustive):

-DUCHEIN (Michel), Histoire de l’Ecosse. Des origines à nos jours, Paris, Tallandier, coll. « Texto », 2013, 797 p.

Les autres articles sur les Stuart:

https://antredustratege.com/2017/01/23/les-debarquements-francais-en-irlande-ii-1689-raisons-et-declenchement/

https://antredustratege.com/2017/02/05/les-debarquements-francais-en-irlande-ii-1690-poursuivre-la-tentative-de-1689/

Liens: 

La page Facebook du site : ici . Déjà 362 abonnés !

Mes vidéos d’histoire sur Youtube:  La chaîne . Déjà 1454 abonnés !

Mes articles pour la Gazette du wargamer 

La page Tipeee : https://www.tipeee.com/antre-du-stratege

 

L’Ecosse dans Crusader Kings II: récit de partie

Avant de continuer le dossier sur la guerre d’Hiver et de retrouver Crusader Kings II pour une nouvelle extension, je vous propose la lecture d’un récit d’une partie effectuée sur le même jeu. J’ai choisi l’Ecosse, dont je parlais il y a quelques articles (Antiquité). Par la même occasion, bonne rentrée à tous mes collègues de l’Education Nationale, mercredi et jeudi !

Les deux épisodes, sur le site de la Gazette du Wargamer:

AAR Crusader Kings II : le règne du roi Constantine II

http://www.wargamer.fr/aar-crusader-kings-ii-fin-de-regne-lecosse-sagrandit/

On y retrouvera aussi les liens vers mes tests du jeu et de ses nombreuses extensions.

La page FB du site (pour être tenu automatiquement au courant des publications): ici . Déjà 294 abonnés!

Mes vidéos d’histoire sur youtube:  La chaîne . Déjà 1035 abonnés!

Mes articles pour la Gazette du wargamer 

La page Tipeee : https://www.tipeee.com/antre-du-stratege

Les Romains et l’Ecosse: IV) Bilan et conséquences

Terminons aujourd’hui ces lignes consacrées à la présence romaine en Ecosse. C’est désormais l’heure du bilan, voyons donc s’il est resté des traces de la culture latine au nord des murs d’Hadrien et d’Antonin.

Une présence très discontinue

A première vue le constat semble sans appel: contrairement à la Bretagne, l’Ecosse n’a jamais connu de présence romaine vraiment durable. Les Romains n’y ont construit aucune grande ville, leur langue ne s’est pas imposée et ils sont restés des étrangers. 

Bien sûr, lors de leurs campagnes et entre les deux murs, ils ont tout de même bâti d’importants camps militaires où des contacts commerciaux avec les indigènes qui s’installaient en marge (ces installations se nomment canabae en latin) avaient lieu. Ainsi, les archéologues y ont retrouvé des objets venant de Gaule et même d’Orient ! Les fouilles ont aussi livré des monnaies, des objets plus usuels, et même agricoles.

Tout ceci prouve que des échanges existaient et que les Caledonii et Pictii utilisèrent en partie des innovations de leurs adversaires. Nuançons tout de suite:  celles-ci ne touchèrent pratiquement pas le nord montagneux, au-delà du mur d’Antonin et connu par la suite sous le nom de Highlands, où les populations restèrent presque hors de portée de l’influence latine. 

Mais quelques marques restées durables

Néanmoins d’autres apports furent plus durables, telles les routes, que les Romains construisaient avant tout pour leurs forces armées. Certaines, surtout dans le sud, servirent jusqu’au Moyen-Age, et même jusqu’à l’époque moderne et le mot street encore utilisé en anglais de nos jours vient du latin strata (voie pavée). De plus, dans les bagages des soldats romains voyagea peut-être le christianisme. S’il n’y a pas de preuve formelle, les textes du début du Moyen-Age parlent d’églises chrétiennes dès le Ve siècle en Ecosse.

Enfin, on a vu que les Romains ne conquirent jamais le nord de l’Ecosse, fixant leur limite au mur d’Antonin, c’est à dire à la ligne Clyde-Forth, déjà citée. Ce faisant, ils installaient dans les mentalités une division restée d’actualité jusqu’à nos jours entre les deux grandes parties du pays, Highlands et LowlandsC’est sans doute l’une des conséquences les plus importantes, car les populations des deux ensembles n’évoluèrent pas tout à fait de la même façon: assez tôt le sud s’anglicisa et parla un dialecte issu de l’anglais, le Scots, et non plus le gaélique.

Conclusion

Pour résumer, nous parlons d’une terre incomplètement soumise, et où l’influence romaine fut limitée. En fait, c’est assez logique: l’effort qu’il aurait fallu consentir pour conquérir toute l’Ecosse sembla bien vite trop coûteux pour ces terres peu fertiles et peuplées de farouches guerriers, qu’on préféra isoler derrière des fortifications. D’où un héritage romain très mince, mais pas sans conséquences comme on vient de le voir.

Bibliographie consultée (qui n’a donc pas pour but d’être exhaustive):

-DUCHEIN (Michel), Histoire de l’Ecosse. Des origines à nos jours, Paris, Tallandier, coll. « Texto », 2013, 797 p.

-Cours de licence.

 

La page FB du site (pour être tenu automatiquement au courant des publications): ici . Déjà 293 abonnés!

Mes vidéos d’histoire sur youtube:  La chaîne . Déjà 1019 abonnés!

Mes articles pour la Gazette du wargamer 

La page Tipeee : https://www.tipeee.com/antre-du-stratege

Les Romains et l’Ecosse, III) Les derniers siècles de l’Empire

L’expédition de Septime Sévère

Après Antonin, les difficultés s’accumulent pour l’empire romain. Les menaces se font plus pressantes sur ses frontières, et, pire, parfois contemporaines les unes des autres. Par exemple, Rome est parfois obligée de se défendre en même temps sur le Danube et en Orient, ce qui limite ses possibilités. A tel point que les historiens parlent de « terrible IIIe siècle » et/ou de « crise du IIIe siècle ». Par contre l’idée de « décadence de Rome » n’a pas vraiment d’assise scientifique.

En Bretagne, le mur d’Antonin joue son rôle à cette époque. Toutefois, Septime Sévère, empereur à poigne, décide lui aussi de mener une expédition au-delà de ses limites, pour punir les Calédoniens. En 209, il pousse donc assez loin au nord, peut-être plus qu’Agricola (voir article précédent). Avec ses fils il mène une campagne énergique, mais dont on a peu de témoignages. Ce qui est certain est que les Calédoniens sont un peu mieux connus des Romains, mais pas plus qu’avant, ils ne s’établissent définitivement en Ecosse. Deux ans plus tard, l’empereur est de retour en Bretagne et meurt à Eboracum, l’actuelle York.  Caracalla, qui lui succède, abandonne toute prétention sur l’Ecosse.

Aureus (pièce d’or) représentant Septime Sévère. Ses fils Caracalla et Géta sont présents, ils devaient régner conjointement mais le premier se débarrassa du second.

La Bretagne prise d’assaut

Après cette époque encore offensive, les Romains ne mènent plus guère d’action de cette envergure vers l’Ecosse et subissent de plus en plus d’attaques de la part des Calédoniens, peu à peu appelés Picti (« peints »), car ils s’enduisent le corps de guède. En 360 puis 364, ils poussent assez loin au sud et razzient la Bretagne. Rome a du mal à juguler ces attaques car, au même moment, les peuples venus d’Allemagne et du Danemark en attaquent les côtes, sans oublier les Irlandais qui font de même. Longtemps paisible, la Bretagne connaît à son tour les affres de la guerre.

Un retour offensif a lieu en 370: le général Théodose, père de l’empereur du même nom, parvient à repousser les Pictes au nord du mur d’Antonin, ainsi qu’il refoule les Irlandais et autres Danois hors de l’île. Ainsi, la présence romaine se perpétue jusqu’en 410, date à laquelle la Bretagne est définitivement abandonnée. L’empire d’occident craque de tous côtés et ne peut plus s’y maintenir. On le sait, le dernier empereur, qui n’avait plus de réels pouvoir, est déposé en 476.

Nous verrons la prochaine fois les conséquences de cette présence romaine en Ecosse.

Un cavalier romain combat les Pictes, oeuvre du IIe siècle visible au musée national d’Ecosse: http://www.nms.ac.uk/

Bibliographie consultée (qui n’a donc pas pour but d’être exhaustive):

-DUCHEIN (Michel), Histoire de l’Ecosse. Des origines à nos jours, Paris, Tallandier, coll. « Texto », 2013, 797 p.

-Cours de licence.

Sur le IIIe siècle en général, on peut lire le synthétique, quoique dense:

-CHRISTOL (Michel), L’Empire romain du IIIe siècle : Histoire politique, Paris, Errance, 2006 (2e ed), 288 p.

La page FB du site (pour être tenu automatiquement au courant des publications): ici . Déjà 290 abonnés!

Mes vidéos d’histoire sur youtube:  La chaîne . Déjà 1017 abonnés!

Mes articles pour la Gazette du wargamer 

La page Tipeee : https://www.tipeee.com/antre-du-stratege

Les Romains et l’Ecosse, II) Expéditions militaires et fortifications

On l’a dit, la Bretagne romaine s’arrêtait à peu près au nord de l’Angleterre actuelle et les peuples septentrionaux étaient mal connus des Romains. Cela n’empêcha pas des tentatives de conquêtes ou des expéditions punitives, ainsi que l’édification de murs restés célèbres, comme celui dit d’Hadrien. C’est ce que nous allons à présent voir.

A) Agricola

Après la conquête effectuée sous Claude, la Bretagne n’est pas la préoccupation première des Romains pendant un certain temps, et il faut attendre la fin des troubles suivant la mort de Néron pour voir de nouveaux projets être avancés. En effet, c’est Vespasien, vainqueur de la course à l’Empire après « l’année des quatre empereurs » de 69 qui décide de mettre fin aux raids des Caledonii  qui troublent la paix romaine.

Il envoie pour ce faire le célèbre général Agricola, dont les actes nous sont connus grâce à l’historien Tacite. Avec ses hommes, il pousse vers le nord dès 79, construit des forts et se bat contre les tribus celtes. Ces expéditions durent plusieurs années, avec des fortunes diverses: en 82, une légion, la IXe, est saignée lors de durs combats mais, l’année suivante, une grande victoire est remportée dans le nord de l’Ecosse, sans qu’on sache trop où. Ce qui est certain, c’est que la marine romaine a apporté son concours à cette campagne et poussé jusque dans la région de l’actuelle Aberdeen, soit très au nord. Plus tard, elle fit le tour de la Bretagne, et confirma que c’était bien une île.

Emplacement des deux murs. Carte tirée de la version britannique de wikipédia (si vous avez mieux…)

B) Hadrien et Antonin

Après cela, le calme revient pour plusieurs décennies. Les Romains se retirent vers le sud et renoncent à occuper toute l’île. L’empereur Hadrien, qui succède à Trajan, décide d’entériner cet état de fait par la construction d’un mur pour séparer la province de Bretagne du reste. Courant sur 130 kilomètres, il compte des tours et des forts à intervalles réguliers et des routes qui le longent permettent d’acheminer les troupes rapidement. Il est encore bien visible aujourd’hui. J’en profite pour rappeler que la zone-frontière romaine, nommée le limes est loin d’être toujours fortifiée comme on le lit trop souvent, notamment dans les manuels scolaires, ce mot étant abusivement traduit par « mur » dans bien des cas (voir plus bas) .

Toutefois, à peine achevé, il n’empêche pas des incursions ennemies et dès 139, Antonin, le successeur d’Hadrien, souhaite repousser la frontière défensive plus au nord. Ses hommes atteignent la ligne formée par les cours d’eau Clyde et Forth, emplacement stratégique, et y élèvent le « mur d’Antonin ». Etant donné l’étroitesse de la bande de terre à cet endroit, il est, sur le papier du moins, plus facile à défendre car il ne fait que 60 kilomètres environ, soit deux fois moins que le précédent. Là encore, il allie pierre et talus de terre, fossé côté ennemi et route côté romain, tours et camps à intervalles réguliers. Grâce à ces deux lignes, la région va connaître une longue période de paix et de prospérité.

Photo des vestiges du mur d’Hadrien. Ils restent nombreux.

Bibliographie consultée (qui n’a donc pas pour but d’être exhaustive):

-DUCHEIN (Michel), Histoire de l’Ecosse. Des origines à nos jours, Paris, Tallandier, coll. « Texto », 2013, 797 p.

-Cours de licence.

On trouvera un récit de la vie d’Agricola par Tacite, cité plus haut, ici traduit par l’Université catholique de Louvain:

http://bcs.fltr.ucl.ac.be/TacAgr/Agrtrad.html

Article (assez ancien) sur le limes sur un des sites de l’Université de Toulouse-Jean Jaurès:

http://dagr.univ-tlse2.fr/consulter/1977/LIMES%20IMPERII/texte

La page FB du site (pour être tenu automatiquement au courant des publications): ici . Déjà 286 abonnés!

Mes vidéos d’histoire sur youtube:  La chaîne . Déjà 1016 abonnés!

Mes articles pour la Gazette du wargamer 

La page Tipeee : https://www.tipeee.com/antre-du-stratege

Les Romains et l’Ecosse, I) Introduction

Revenons à l’Antiquité, tout en restant dans la même aire géographique ! J’aimerais à présent dire quelques mots sur la présence romaine en Ecosse qui, vous le savez, fut bien moindre que dans le sud des îles britanniques, mais ne resta pas sans conséquence.

Les Romains en Bretagne

D’abord petite cité d’Italie centrale, fondée selon la légende en 753 avant Jésus-Christ, Rome devient peu à peu le vaste ensemble territorial que nous connaissons, et qui ne concerne pas que le bassin méditerranéen. Ainsi, le fameux Jules César entreprend et réussit la conquête de la (ou plutôt des) Gaule(s), avec des épisodes très connus comme Gergovie et Alésia. C’est aussi lui qui traverse pour la première fois la Manche en 54 avant JC. Tout ceci est évoqué dans son ouvrage célèbre, La guerre des Gaules (voir plus bas).

Pour le moment, il ne s’agit pas de conquête, mais simplement d’une expédition punitive: les habitants de ce qu’on appelle alors la Bretagne (Britannia, le mot est de César lui-même) aident les Gaulois, auxquels ils sont apparentés, contre les Romains et cela les gêne. Toutefois, très occupé sur le continent et n’ayant pas les moyens de faire mieux, il se retire. Ensuite, les décennies passent et Rome est occupée par d’autres fronts: assurer la paix en Gaule, sortir de la guerre civile après la mort de César, sécuriser la frontière du Rhin ou encore pacifier l’Hispanie et les Alpes. Ce à quoi oeuvre par exemple Auguste.

Buste de l’empereur Claude, conservé au musée archéologique de Naples.

Un nord mal connu

Finalement, c’est l’empereur Claude, une centaine d’années après l’expédition que je viens de citer, qui entreprend réellement la conquête de la Bretagne. L’Empire est solidement installé en Gaule et possède une marine qui opère depuis des ports situés dans le nord de la France actuelle, comme Portus Itius , sans doute sur la côte d’Opale. Cela permet un débarquement en Bretagne, et de garder des communications avec le reste des possessions romaines. Toutefois, les opérations s’étalent sur plusieurs années, de 43 à 50.

De plus, cette présence se limite au sud de l’actuelle Grande-Bretagne. On ne sait pas avec précision où pour ces premières années, mais certainement aux environs de Newcastle. Les territoires situés au nord de la ville citée sont mal connus des Romains. Il n’y a pas de textes précis qui les décrivent par exemple. Toutefois ils se rendent bien compte que de nombreux peuples en proviennent, auxquels ils donnent le nom générique de Caledonii, et que ceux-ci razzient leurs nouvelles possessions et troublent la Pax Romana. C’était suffisant pour agir… 

Bibliographie consultée (qui n’a donc pas pour but d’être exhaustive):

-DUCHEIN (Michel), Histoire de l’Ecosse. Des origines à nos jours, Paris, Tallandier, coll. « Texto », 2013, 797 p.

-Cours de licence.

On peut trouver un témoignage d’époque dans le très célèbre La guerre des Gaules, qui évoque notamment l’expédition en Bretagne. Une traduction, déjà ancienne, a été mise en ligne par l’Université du Québec: http://classiques.uqac.ca/classiques/cesar_jules/guerre_des_gaules/guerre_des_gaules.pdf

Pour finir, la vision humoristique de la chose dans Astérix chez les Bretons. A relire absolument:

La page FB du site (pour être tenu automatiquement au courant des publications): ici . Déjà 286 abonnés!

Mes vidéos d’histoire sur youtube:  La chaîne . Déjà 1006 abonnés!

Mes articles pour la Gazette du wargamer 

La page Tipeee : https://www.tipeee.com/antre-du-stratege

 

%d blogueurs aiment cette page :