Archives de Tag: Fortifications

Aperçu des fortifications du Quesnoy (Nord)

Les fortifications du Quesnoy 

Petite ville frontalière située près de Valenciennes, le Quesnoy a longtemps été un lieu stratégique important dans la lutte entre les rois de France et leurs adversaires, notamment les Habsbourg. C’est Charles Quint qui dote la ville d’importantes fortifications  durant son long règne, dont certaines parties sont encore visibles de nos jours. Toutefois, le lieu est surtout lié à l’incroyable personnalité de Vauban.

Attribuée à la France par le traité des Pyrénées (1659) qui permet la paix avec l’Espagne, la ville du Quesnoy devient donc rapidement l’objet des attentions du grand ingénieur. Il lui donne sa physionomie actuelle: un octogone de 3.5 km de long, en étoile. Vauban incorpore des éléments existants et modernise le reste. Les remparts sont protégés par des ouvrages extérieurs et une utilisation habile de l’eau qui permet d’inonder facilement le terrain et de gêner considérablement l’avancée adverse. C’est un bel exemple des villes du « Pré carré » que le roi souhaite voir être transformées en places imprenables.

L’endroit ne connaît pas de véritable transformations par la suite, mais connaît plusieurs combats. La place est finalement déclassée en 1868, puis reclassée dix ans plus tard. Le général Séré de Rivières (voir lien) rajoute quelques ouvrages et refait les portes, mais la ville ne subit pas de réelle refonte, trop coûteuse et opérant sur une base très ancienne. Les nouveaux obus à la mélinite les rendent trop obsolètes. Elle est définitivement déclassée en 1901 mais fait tout de même l’objet d’un assaut audacieux par les Néo-Zélandais en 1918, qui s’emparent de la ville et de sa garnison allemande. Comme le Quesnoy n’a jamais été un centre industriel de premier plan, les murs n’ont pas été détruits pour permettre son développement et leur sauvegarde jusqu’à nos jours est donc une chance.

Pour en savoir plus:

https://www.lequesnoy.fr/vivre-a-le-quesnoy/les-fortifications/

Pour bien voir la forme en étoile des remparts, on n’hésitera pas à regarder les photos aériennes sur le site de l’IGN, Géoportail:

https://www.geoportail.gouv.fr/carte

Mon commentaire:

La visite de ces fortifications vaut vraiment le détour si vous passez dans la région. Leur état de conservation est exceptionnel et permet de faire le tour de toute une ville fortifiée au XVIIe siècle, ce qui est assez rare en Europe où beaucoup de fortifications ont été détruites au XIXe siècle pour « décorseter » les villes et permettre leur expansion. Comptez une bonne demi-journée pour visiter sereinement le Quesnoy et faire le tour des remparts. On regrettera juste l’absence de musée historique pour éclairer sa promenade par une remise dans le contexte plus précise, mais des projets en ce sens sont à l’étude et l’idée d’inscrire le site au patrimoine mondial de l’UNESCO fait son chemin.

En suivant les remparts. Photos de l’auteur (novembre 2019).

Vue rapprochée des remparts. Photos de l’auteur (novembre 2019).

 

Les angles morts sont cassés pour permettre de tirer sur tout ennemi approchant. Photos de l’auteur (novembre 2019).

Un chemin a été pratiqué pour se rendre au monument en l’honneur des Néo-Zélandais. Photos de l’auteur (novembre 2019).

 

Monument aux Néo-Zélandais s’étant emparé de la ville en 1918. En passant par la muraille ! Photos de l’auteur (novembre 2019).

Vue depuis les remparts. Photos de l’auteur (novembre 2019).

Vue depuis le chemin des remparts. Photos de l’auteur (novembre 2019).

Détail. Photos de l’auteur (novembre 2019).

En suivant les remparts. Photos de l’auteur (novembre 2019).

Le lac créé pour gêner les mouvements ennemis. Photos de l’auteur (novembre 2019).

Un

 

Le lac créé pour gêner les mouvements ennemis. Photos de l’auteur (novembre 2019).

Une autre fortification de Vauban, la citadelle d’Arras:

https://antredustratege.com/2018/11/25/visite-de-la-citadelle-darras/

Les forts Séré de Rivières, avec l’exemple de Seclin (Nord):

https://antredustratege.com/2014/09/02/le-fort-sere-de-rivieres-modele-1874-1875/

On aura plus d’informations sur Vauban dans de nombreux ouvrages et une présentation synthétique dans:

-CONTAMINE (Philippe, dir.), Histoire militaire de la France, t.1, Des origines à 1715, Paris, PUF, coll. « Quadrige », 1997, 626 p.

Liens: 

La page Facebook du site : ici . 

Mes vidéos d’histoire sur Youtube:  La chaîne .

Mes articles pour la Gazette du wargamer 

Les fortifications de Spike Island (Irlande)

L’île de Spike et son fort

Située à l’entrée du vaste port de Cork (Cork harbour) dans le sud de l’Irlande, l’île de Spike constitue un excellent exemple de fortification destinée à protéger des installations militaires d’une attaque venue de la mer. Si des ouvrages plus anciens ont existé sur d’autres îles de cette côte très découpée et marquée par l’estuaire de la Lee, on s’attachera à décrire en plusieurs articles celles de Spike, qui ont été commencées au début du XIXe siècle.

Il faut se replacer dans un contexte plus large. Le Royaume-Uni craint alors des débarquements sur son sol, sur le modèle de celui de 1798 emmené par le général Humbert et que j’ai déjà analysé sur ce site (lien plus bas). C’est pourquoi il entreprend un vaste programme de protection de ses côtes: en Angleterre (voir l’article sur Douvres) mais aussi en Irlande. S’inspirant d’ouvrages de son époque, le gouvernement britannique fait donc débuter la construction du fort Westmoreland à Spike, pour barrer l’entrée du port. Les travaux commencent en 1804 et stoppent en 1820. Les bastions et autres murs sont réalisés en pierre grise et sont assez bas, suivant en cela le vaste mouvement entrepris depuis Vauban de ramener vers le sol les constructions pour offrir moins de prise au feu adverse.

Or, Spike est l’exemple typique du fort n’ayant jamais connu le feu (ce qu’on ne pouvait pas savoir bien sûr): une fois la menace napoléonienne écartée, il n’est pas achevé et la garnison stationnée y reste légère. Il sert ensuite de lieu de transit pour les prisonniers déportés outre-mer, mais reçoit tout de même de nouveaux canons au début du 20e siècle, car Cork reste un important port militaire. C’est plutôt l’Allemagne que l’on craint, là. Prison durant la guerre d’indépendance irlandaise, il est encore conservé avec quelques autres lieux stratégiques par le Royaume-Uni de l’indépendance irlandaise à 1938. L’armée irlandaise en prend alors possession et modernise quelque peu la place, notamment par crainte d’une invasion, notamment allemande, et/ou de bombardements aériens.

Vidéo d’actualités du retour de l’île dans les mains irlandaises: 

https://www.britishpathe.com/video/VLVADTWSXI1S5B3WTE1YKTWEI0MB7-SPIKE-ISLAND-AND-CORK-HARBOUR-DEFENCES-HANDED-BACK-OVER-TO-IRISH/query/wildcard

Après-guerre, il demeure une prison et un lieu de garnison, avant de fermer définitivement en 2004 pour rouvrir comme lieu touristique et de mémoire. Nous verrons une autre fois l’intérieur et les riches collections du musée. On s’y rend facilement en bateau depuis le port de Cobh.

Le site de l’île: https://spikeislandcork.ie/

Vue d’une partie des fortifications. Photo de l’auteur (juillet 2019).

Cobh vue depuis l’île. Photo de l’auteur (juillet 2019).

Canon de 6 inch installé en 1902 par les Britanniques dans l’île, à des fins de défense contre une attaque venue de la mer. Il a été installé sous casemate par l’Irlande en 1943. On se souvient de la crainte du pays d’être envahi.

Autre vue des fortifications. Photo de l’auteur (juillet 2019).

Vue général des fortifications et glacis. Photo de l’auteur (juillet 2019).

Détail des murs. Photo de l’auteur (juillet 2019).

Détail du canon sous casemate. Photo de l’auteur (juillet 2019).

Le chemin qui suit le fort, aujourd’hui une promenade. On y voit très bien l’entrée du port. Photo de l’auteur (juillet 2019).

 

L’entrée du port vue depuis Spike Island. Photo de l’auteur (juillet 2019)

Vue de Cobh depuis Spike Island. Photo de l’auteur (juillet 2019)

Vue de Cobh depuis Spike Island. Photo de l’auteur (juillet 2019)

Informations glanées lors de la visite de l’île (cartels, prospectus, panneaux).

Pour compléter:

Pike David Wingeate, « L’irlande face à l’éventualité d’une invasion hitlérienne. Rapport de la Seekriegsleitung », Guerres mondiales et conflits contemporains, 2008/1 (n° 229), p. 113-120.

https://www.cairn.info/revue-guerres-mondiales-et-conflits-contemporains-2008-1-page-113.htm

Les fortifications de Douvres:

https://antredustratege.com/2019/09/16/musee-de-douvres/

Autres articles du site sur le patrimoine militaire irlandais:

https://antredustratege.com/2018/05/08/premier-apercu-du-patrimoine-militaire-de-cork/

https://antredustratege.com/2019/01/20/suite-du-patrimoine-militaire-de-cork-le-musee-public-de-la-ville/

https://antredustratege.com/2017/09/09/le-volet-militaire-du-musee-national-dirlande/

Le débarquement de 1798:

https://antredustratege.com/2017/03/04/les-debarquements-francais-en-irlande-iv-1798-un-debarquement-avec-tres-peu-de-moyens/

Liens: 

La page Facebook du site : ici . 

Mes vidéos d’histoire sur Youtube:  La chaîne .

Mes articles pour la Gazette du wargamer 

Les fortifications Séré de Rivières : V) Conclusion /Derniers articles

Voilà donc la conclusion du dossier sur les fortifications du système Séré de Rivières. Merci encore de suivre ces articles et vidéos sur des sujets peu communs.

Bibliographie: 

-Pedroncini (Guy), (sous la direction de), Histoire militaire de la France, t.3, De 1871 à 1940, Paris, PUF coll « Quadrige », 1992, 518 p.

-Cours de master 2 (Paris-IV).

Ensuite mes derniers articles concernant des jeux historiques, pour la Gazette du Wargamer. Tout d’abord le test de la dernière extension du prolifique Crusader Kings II:

http://www.wargamer.fr/crusader-kings-ii-way-of-life-quelle-vie-menerez-vous/

Jaquette de l’extension

Et enfin deux articles sur l’excellente série Total War :

http://www.wargamer.fr/total-war-ou-en-est-on/

http://www.wargamer.fr/total-war-shogun-ii-la-fin-des-samourais-remise-en-perspective/

La page FB du site (pour être tenu automatiquement au courant des publications): ici . Déjà 178 abonnés!

Mes vidéos d’histoire sur youtube:  La chaîne . Déjà 545 abonnés! 

Mes articles pour la Gazette du wargamer 

%d blogueurs aiment cette page :