Archives de Tag: Guerre d’indépendance irlandaise

Suite du patrimoine militaire de Cork: le musée public de la ville

Suite de l’article ci-dessous, ce second se penche sur les très riches collection du musée public de Cork, qui contient de vraies raretés concernant l’histoire irlandaise: objets de Michael Collins, uniformes, armes… A retrouver gratuitement, dans la ville. Vous voudrez bien excuser la qualité médiocre de certaines photos, du fait des reflets.

https://www.cork-guide.ie/cork_city/cork-public-museum.html

La première partie:

https://antredustratege.com/2018/05/08/premier-apercu-du-patrimoine-militaire-de-cork/

Photos de l’auteur

Cartouchières, sifflet et ceinturon utilisés par les Irlandais durant la guerre d’indépendance.

Baïonnette de fusil Enfield utilisée par la police armée aux service des Britanniques, la RIC (Royal Irish Constabulary). Celle-ci a été capturée par les insurgés du comté de Cork. On aperçoit aussi une matraque utilisée par les Britanniques.

Fusil allemand mauser (modèle 1888) débarqué à Howth en 1914. Ils servirent notamment dans la révolte de 1916 à Dublin. Le bateau qui les a amenés est visible ici: https://antredustratege.com/2017/09/09/le-volet-militaire-du-musee-national-dirlande/

Objets provenant du célèbre Lusitania, coulé au large des côtes irlandaises en 1915. Il est notamment connu car des Américains, encore neutres, s’y trouvaient lorsqu’il a été torpillé par un sous-marin allemand.

Boucle de ceinturon de volontaire irlandais, guerre d’indépendance.

Le pistolet de Michael Collins. Il s’agit d’un bien connu « P08 » allemand.

Objets ayant appartenu à des Irlandais engagés côté confédéré. Certains le furent au nord. Une partie revint en Irlande et, fort de son expérience militaire, organisa la grande révolte de 1867.

On le sait peu, mais des Irlandais vinrent au secours de la France en 1870. Un bel article à ce sujet: https://journals.openedition.org/rha/4612

Parnell, le héros de la lutte parlementaire dans la 2e moitié du XIXe siècle. Après que les catholiques eurent obtenu des droits politiques en 1829, ils s’en emparèrent et se battirent à Westminster, avant d’être dépassés après 1914 et une lutte plus violente.

Le numéro du 11 décembre 1897 du weekly Freeman rappelle la tentative de révolte de 1798 appuyée par la France. On voit Wolfe Tone et le jeune Bonaparte en discuter. Mais ce fut plutôt le général Humbert qui débarqua en Irlande. Pour en savoir plus: https://antredustratege.com/2017/03/04/les-debarquements-francais-en-irlande-iv-1798-un-debarquement-avec-tres-peu-de-moyens/ https://www.persee.fr/doc/abpo_0003-391x_1967_num_74_2_4569

 

 

Insigne de la milice de Cork, mise en place en 1793 pour contrer un éventuel débarquement français. A lire: https://antredustratege.com/2017/02/16/les-debarquements-francais-en-irlande-iv-la-tentative-de-1796/

En bonus, une oeuvre conservée à la Crawford Art Gallery, qui contient quelques tableaux intéressants sur l’histoire irlandaise. Elle aussi gratuite:

https://www.crawfordartgallery.ie/

 

Sean Keating présente ici ses « Men of the South », six volontaires de la guerre d’indépendance. Le tableau a été peint entre 1921 et 22.

Autres articles sur l’Irlande:

https://antredustratege.com/2017/01/11/les-debarquements-francais-en-irlande-1689-1796-1798-i-introduction/

https://antredustratege.com/2017/09/09/le-volet-militaire-du-musee-national-dirlande/

Premier aperçu du patrimoine militaire de Cork

Je vous propose aujourd’hui un premier aperçu du patrimoine militaire et carcéral de Cork, ville qui fut l’un des hauts lieux de la guerre d’indépendance (1919-1922) mais aussi de la guerre civile irlandaise (1922-1923). En attendant une future exploration des musées de Cork, voici un tour d’horizon du fort élisabéthain et de la prison de la ville, où furent notamment enfermés des opposants au traité avec le Royaume-Uni. Photos de l’auteur.

Le site du fort :

http://www.elizabethfort.ie/

Celui de la prison:

https://corkcitygaol.com/

 

Utilisée de 1824 à 1923, la prison de Cork, bâtie telle une forteresse, fut longtemps le symbole du pouvoir britannique dans la ville. Des détenus de toutes conditions y furent retenus, mais aussi des prisonniers anti-traité durant la guerre civile irlandaise. Ces derniers refusaient de faire la paix avec le Royaume-Uni car l’indépendance n’était pas complète suivant le texte retenu. L’histoire leur donna tort car, malgré lui, les Irlandais coupèrent rapidement les ponts avec Londres après sa signature. Photo de l’auteur.

L’une des tours. Photo de l’auteur.

La porte vue depuis la court intérieure. Photo de l’auteur.

Dans la prison. Photo de l’auteur.

Dans la prison. Photo de l’auteur.

 

 

 

Vue de l’une des tours. Photo de l’auteur.

Graffitis des prisonniers durant la guerre civile irlandaise, sur les murs. Photo de l’auteur.

Dans Elizabeth fort. L’un des rares abri antiaériens qui existent encore en Irlande. Craignant à la fois une invasion britannique et une invasion allemande durant la Seconde Guerre mondiale, le pays s’y prépara. A ce sujet, lire: https://www.cairn.info/revue-guerres-mondiales-et-conflits-contemporains-2008-1-page-113.htm. Photo de l’auteur.

Vue de Cork depuis Elizabeth fort. Il tire son nom de la reine Elizabeth Ier, car il fut bâti à la fin de son règne pour contrôler la ville. Par la suite détruit puis rebâti, il fut utilisé comme caserne, prison, base d’auxiliaires britanniques durant la guerre d’indépendance… Terminant sa carrière comme bâtiment utilisé par la police de la ville, il est désormais ouvert au public. Vous noterez le rare ciel irlandais sans nuages ! Plus d’infos: http://www.elizabethfort.ie/history/ Photo de l’auteur.

L’un ds canons du fort., pour une défense assez rapprochée. Photo de l’auteur.

Le fort. Photo de l’auteur.

L’à-pic est bien là ! Photo de l’auteur.

De 1915 à 1917, cette maison fut le quartier général de la brigade de Cork des « Irish Volunteers », l’une des nombreuses organisations nationalistes irlandaises. Celle-ci se battit notamment durant la révolte de la Pâque 1916. La ville, l’une des plus grandes d’Irlande est célèbre pour la grève de la faim de son maire, Terence Mc Swiney. Arrêté par les Britanniques, il mourut après plus de 70 jours sans se nourrir, en 1920. Photo de l’auteur.

Pour aller plus loin: 

Excellente synthèse en français sur l’Irlande:

-JOANNON (Pierre), Histoire de l’Irlande et des Irlandais, Paris, Perrin, coll. « Tempus », 2009, 832 p.

Très bonne synthèse en anglais sur le soulèvement de 1916:

-TOWNSHEND (Charles), Easter 1916. The Irish rebellion, Londres, Penguin books, 2015, 442 p.

Sur la guerre d’indépendance irlandaise et la guerre  civile irlandaise, en anglais:

-HOPKINSON (Michael), The Irish War of Independence, Dublin, Gill & Macmillan, 

Green Against Green: The Irish Civil WarDublin, Gill books, 

Les photos du musée national d’Irlande:

https://antredustratege.com/2017/09/09/le-volet-militaire-du-musee-national-dirlande/

Liens: 

La page Facebook du site : ici . Déjà 405 abonnés !

Mes vidéos d’histoire sur Youtube:  La chaîne . Déjà 1530 abonnés !

Mes articles pour la Gazette du wargamer 

La page Tipeee : https://www.tipeee.com/antre-du-stratege

Le volet militaire du musée national d’Irlande

Quelques clichés illustrant le riche passé militaire de l’Irlande, vu à travers les collections du National Musem of Ireland. Installé dans les anciennes casernes royales, aujourd’hui Collins Barracks, à Dublin, il comporte de très nombreuses salles d’histoire et fait notamment la part belle au soulèvement de 1916 et à la guerre d’indépendance irlandaise. Renvois vers des articles existants et bibliographie plus bas. Le site du musée, qui est gratuit:

http://www.museum.ie/Decorative-Arts-History

Vue de la cour intérieure. Ces casernes étaient prévues pour abriter plusieurs milliers d’hommes et furent terminées par le pouvoir britannique en 1704. Pour en savoir plus: http://www.museum.ie/Decorative-Arts-History/History-Architecture. Photo de l’auteur.

Enseigne de la Royal Irish Constabulary, police au service du pouvoir britannique et armée, contrairement à celle de Dublin. Peu appréciée, elle symbolisait la tutelle de Londres, même si ses membres étaient souvent irlandais. Elle eut des auxiliaires à la réputation sinistre pendant la guerre d’indépendance irlandaise (1919-1922): les fameux « Black and Tans ».  Photo de l’auteur.

Document signé par le général Humbert, débarquement de 1798. Pour en savoir plus: https://antredustratege.com/2017/03/04/les-debarquements-francais-en-irlande-iv-1798-un-debarquement-avec-tres-peu-de-moyens/ . Photo de l’auteur.

Canon de 18 pounder, Première Guerre mondiale. De nombreux Irlandais s’y battirent dans les rangs britanniques, mais ceux-ci ne répondirent pas à leur aspiration de créer de grandes unités irlandaises et manquèrent une occasion. Photo de l’auteur.

Mauser C 96. Arme bien connue. Celle-ci servit durant la guerre d’indépendance irlandaise (1919-1921). Photo de l’auteur.

Mannequin d’un tankiste irlandais durant les années 20-30. Devenu indépendant, le pays dut créer une armée nationale. On y retrouve des influences britanniques, françaises et allemandes pendant des décennies. Photo de l’auteur.

Transport de troupe irlandais, très inspiré du modèle britannique, années 30-40. Photo de l’auteur.

Reconstitution du casernement en 1942 dans les Collins Barracks. On voit bien l’influence britannique dans les équipements irlandais. Des plans d’invasion de l’Irlande existèrent, mais le pays parvint à garder sa neutralité. Photo de l’auteur.

Très étonnant: un canon espagnol de l’invincible armada de 1588 !!! Grand échec de mettre à genoux l’Angleterre… Photo de l’auteur.

Livre creux, servant à cacher des munitions et des documents, soulèvement de 1916. Photo de l’auteur.

Boucle de ceinturon d’un combattant du soulèvement de 1916 (voir bibliographie). Photo de l’auteur.

Nommé commandant des forces en Irlande pendant le soulèvement de 1916, Maxwell parvient à l’écraser et ce document rappelle l’interdiction de posséder des armes. Photo de l’auteur.

Photo de l’Asgard, bâtiment dont je reparlerai: il amena des armes allemandes en Irlande en 1914. Elles servirent pendant le soulèvement de 1916. Photo de l’auteur.

Bibliographie:

-Voir liens dans les descriptions. Plus généralement:

Excellente synthèse en français sur l’Irlande:

-JOANNON (Pierre), Histoire de l’Irlande et des Irlandais, Paris, Perrin, coll. « Tempus », 2009, 832 p.

Très bonne synthèse en anglais sur le soulèvement de 1916:

-TOWNSHEND (Charles), Easter 1916. The Irish rebellion, Londres, Penguin books, 2015, 442 p.

Sur la guerre d’indépendance irlandaise, en anglais:

-HOPKINSON (Michael), The Irish War of Independence, Dublin, Gill & Macmillan, 

Les photos du patrimoine militaire de Cork:

https://antredustratege.com/2018/05/08/premier-apercu-du-patrimoine-militaire-de-cork/

Liens: 

La page Facebook du site : ici . Déjà 348 abonnés !

Mes vidéos d’histoire sur Youtube:  La chaîne . Déjà 1328 abonnés !

Mes articles pour la Gazette du wargamer 

La page Tipeee : https://www.tipeee.com/antre-du-stratege

%d blogueurs aiment cette page :