Archives de Tag: Louvain

La Belgique dans la Première Guerre mondiale: VII) Bilan et conclusion

La libération du territoire belge

La libération du territoire belge appartient aux grandes offensives alliées de l’été 1918, auxquelles participent cette fois très étroitement les forces belges, directement intéressées. La réserve bien compréhensible du roi quant à l’engagement de l’armée cède là la place à une volonté de faire partie de ce mouvement jugé important. En effet, que des Belges libèrent leur propre territoire est symboliquement puissant, et c’est ce qui arrive. Toutefois, si on a souvent en tête l’image de forces allemandes qui se débandent à l’approche du 11 novembre, il faut s’en méfier: la date finale n’était pas connue à l’époque et on sait que les troupes du kaiser se sont bien défendues durant l’été.

C’est d’ailleurs ce qui se passe en Belgique: les combats le long de la Lys sont très durs et les Français y participent aux côtés de leurs alliés. La jonction est faite aux environs de Gand, mais à la mi-octobre seulement. Enfin, si l’on retient habituellement la date du 11 novembre comme armistice et fin des combats sur le front de l’ouest, les historiens ont énormément relativisé celle-ci dans leurs dernières recherches. Non seulement l’est de l’Europe continue de s’embraser pendant des années (voir lien à la fin), mais l’armistice signé entre l’Italie et l’Autriche-Hongrie, dont l’effet sur l’issue finale est important, a eu lieu dès le 4. Enfin, en Belgique dont nous parlons, le roi fait son entrée à Bruxelles plus tard, le 22. C’est là qu’il réinstalle son autorité et que les grandes scènes de joie ont lieu, beaucoup moins le 11. Toutefois, c’est bien cette dernière date qui a été choisie, pour « aligner la politique symbolique belge sur celle des alliés français et britanniques » (Victor Demiaux, référence en bibliographie).

Monument aux morts de la ville de Tournai. Comme souvent, les tués de 40-45 ont été rajoutés par la suite. Photo de l’auteur (juillet 2017).

Le bilan humain et matériel 

Une fois l’heure du bilan arrivée, il faut constater que celui-ci est lourd. Si, en valeur absolue, les pertes humaines sont limitées par rapport aux saignées connues par l’armée française ou russe, il faut les remettre en perspective: on a vu les conditions particulières de l’occupation allemande de 1914 et de l’emploi de l’armée belge de par la volonté du roi Albert. De plus, la Belgique est bien moins peuplée que les grands États européens. On parle ainsi de 40.000 militaires tués ou disparus, ce qui représente tout de même 10% de l’effectif engagé, auxquels il faut ajouter 9000 civils et les naissances qui n’ont pas eu lieu. Ce fameux phénomène de « classes creuses » touche donc aussi la Belgique et au recensement de 1920 il « manque » 650.000 personnes ! La population atteint alors 7.4 millions d’habitants, dont beaucoup ont été déplacés durant la guerre ou ont fuit les armées ennemies.

Côté matériel, les villes belges ont beaucoup souffert de l’avancée allemande: la bibliothèque universitaire de Louvain a été brûlée en 1914 (voir photo), Malines, Charleroi, Namur et d’autres villes ont aussi subi des dégâts. Par la suite, le long de la ligne de front, d’autres localités ont été détruites. Si ces villes ont été rebâties avec succès, parfois à l’identique comme Ypres rayée de la carte par les combats, on se demandait alors s’il ne fallait pas garder certains lieux tels quels, comme objet de mémoire, tels les villages détruits vers Verdun (mais à une autre échelle).

Pour finir on rappellera que, des dizaines de milliers de logements manquent ou sont endommagés, que le tissu industriel a été durement secoué et que le pays en est quitte pour une perte de 20% de sa richesse nationale. Les tensions sociétales qui en découlent vont amener à de profondes réformes en 1918-19, mais qui ne vont pas suffire à régler toutes les tensions accumulées dont le détail dépasse le cadre de cette évocation, mais qu’on pourra utilement connaître en se reportant à la bibliographie indiquée.

Détail de la façade de la bibliothèque universitaire de Louvain, rebâtie après 1918 avec l’aide des alliés de la Belgique. Il s’agit là bien sûr de l’évocation de la contribution française. Photo de l’auteur (juillet 2017).

La figure du roi Albert 1er a été rajoutée dans la halle médiévale d’Ypres, totalement détruite durant la guerre et reconstruite à l’identique par la suite. Elle abrite aussi le musée « In Flanders Fields » dont je vous conseille la visite. Photo de l’auteur (juillet 2018).

Bibliographie consultée (sans but d’exhaustivité):

-DEMIAUX (Victor), « Le 11 novembre 1918 » dans Historiens et géographes n°442, mai 2018, pp. 77-81.

-DUMOULIN (Michel), Nouvelle histoire de Belgique. 1905-1918, l’entrée dans le XXe siècle, Bruxelles, Le cri, 2010, 188 p.

-GERARD (Emmanuel), Nouvelle histoire de Belgique. 1918-1939, la démocratie rêvée, bridée et bafouée, Bruxelles, Le cri, 281 p.

-Informations glanées dans de nombreux musées belges dont le musée In Flanders fields d’Ypres, le Musée royal de l’armée et de l’histoire militaire (Bruxelles), le musée-mémorial de Mons, le musée d’histoire militaire de Tournai et diverses expositions (liens depuis les images).

Liens:

La page Facebook du site : ici . Déjà 523 abonnés !

Mes vidéos d’histoire sur Youtube:  La chaîne . Déjà 1922 abonnés !

Mes articles pour la Gazette du wargamer 

« La guerre sans fin, 1918-1923 », exposition aux Invalides:

https://www.musee-armee.fr/au-programme/expositions/detail/a-lest-la-guerre-sans-fin-1918-1923.html

%d blogueurs aiment cette page :