Archives de Tag: Mexique

William Walker, un aventurier des Etats du Sud: III) De la Californie au Nicaragua

Période estivale oblige, le site tourne au ralenti… Mais continue ! Reprenons donc où nous en étions restés: nous avions vu qui était Walker, quelle avait été sa formation et nous l’avions laissé au moment où il s’embarquait pour le Mexique…

Au Mexique 

Et plus précisément pour la Basse-Californie, restée mexicaine après le désastreux traité de 1848, qui amputa le Mexique d’un tiers de son territoire et fixa la frontière le long du Rio Grande, comme j’ai pu l’évoquer plus haut. Je le rappelle, le pays vit dans une instabilité chronique depuis qu’il a accédé à l’indépendance, et la récente guerre contre les Etats-Unis a renforcé cet état de fait. Le gouvernement central contrôle mal les zones les plus lointaines de la capitale, dans un Etat qui reste très grand,  au relief et climat très variés, des déserts du nord du pays, au Yucatán à la végétation luxuriante et qui regarde vers l’Amérique centrale.

Dans ce climat, des bandes plus ou moins organisées de brigands mexicains et étasuniens sévissent, se livrant à de nombreuses exactions. Bref, Walker ne fait pas là oeuvre d’originalité en s’y rendant. Pourtant, il est, on l’a vu, intelligent, et mène des hommes bien armés et déterminés. Ainsi, ils s’emparent de la ville de La Paz, (beaucoup portent ce nom en Amérique) capitale de la Basse-Californie. Là , Walker se déclare président d’une nouvelle République et entreprend d’envahir le Sonora voisin, aux mines riches (elles intéressaient encore la France de Napoléon III au moment de l’expédition du Mexique…) ! 

Pour le moment, il ne rencontre pas d’opposition des autorités fédérales, et attire même des déçus de la ruée vers l’or de 1849 en Californie américaine voisine. Sa troupe entreprend donc de se mettre en mouvement vers l’objet de ses désirs… Et les premières déceptions surviennent. Car c’est un assemblage devenu hétéroclite qui se met en marche, avec peu de vivres et encore moins d’expérience de vrais affrontements, au final. Les très longues distances, le relief montagneux et le climat semi-désertique aiguisent les tensions et la fatigue. Après que des dizaines d’hommes aient déserté, les autres sont vaincus et s’enfuient face à des troupes mieux aptes au combat.

Bilan et intérêt pour le Nicaragua 

Walker, éphémère « président » doit fuir aux Etats-Unis avec 34 survivants et se rend aux autorités américaines en 1854. On le voit, l’affaire a duré tout de même plusieurs années et aurait pu s’arrêter là… S’il n’avait pas été considéré comme un héros à son arrivée à San Francisco ! J’ai dit dans le premier article cet appétit de conquête qui marque une partie de la société du Sud, mais aussi de celle de l’Ouest en pleine structuration (voir bibliographie). Bien qu’arrêté, il n’est donc pas livré aux Mexicains, et le jury l’acquitte au bout de 8 minutes seulement !

Il peut être difficile de comprendre ce genre de réaction aujourd’hui, mais il faut se souvenir que la société californienne de l’époque est bien éloignée de la nôtre, faite en partie d’ambitieux de tous horizons, et les Etats-Unis sont alors pris par une fièvre de conquête liée à la doctrine de la « destinée manifeste » déjà évoquée, fièvre renforcée par les troubles qui agitent une grande partie du continent, favorisant les entreprises de ce genre. Je vous renvoie au premier article et aux livres cités plus bas.

Sa première expédition est donc un échec, mais qui est loin d’arrêter cet homme qui ne tient pas en place. Dès 1854 il prend contact avec des rebelles nicaraguayens. Ce petit pays d’Amérique centrale est en proie à des troubles révolutionnaires et excite les convoitises, notamment car l’idée de creuser un canal dans cette région prend déjà forme dans les esprits pour raccourcir les temps de trajet des navires et éviter la route du Cap Horn.

Bibliographie sélective: 

Magnifique synthèse (existe en Français) sur la guerre de Sécession, qui revient très longuement sur les années 1840-1860:

-MC PHERSON (James M,), Battle cry of freedom. The American civil war, Londres, Penguin Books, 1990, 904 p.

Sur la conquête de l’ouest, une excellente synthèse:

-JACQUIN (Philippe) et ROYOT (Daniel), Go west ! Une histoire de l’ouest américain d’hier à aujourd’hui, Paris, Flammarion, coll. « Champs », 2004, 368 p.

Sur la situation au Mexique après l’indépendance voir les premières pages de :

-AVENEL (Jean), La campagne du Mexique (1862-1867). La fin de l’hégémonie européenne en Amérique du Nord, Paris, Economica, 1996, 194 p.

-Sur l’instabilité chronique de l’Amérique du XIXe siècle, l’excellent:

-VAYSSIERE (Pierre), Les révolutions d’Amérique Latine, Paris, Points, coll. « Points histoire », 2002, 480 p.

Liens: 

La page Facebook du site : ici . Déjà 340 abonnés !

Mes vidéos d’histoire sur Youtube:  La chaîne . Déjà 1307 abonnés !

Mes articles pour la Gazette du wargamer 

La page Tipeee : https://www.tipeee.com/antre-du-stratege

Publicités

William Walker, un flibustier des Etats du Sud: I) Introduction

Pour comprendre la guerre de Sécession et son déclenchement, il faut remonter des dizaines d’années en arrière. Là il devient possible de saisir quels mécanismes se mirent en place, qui conduisirent à la sécession d’une partie des Etats du sud en 1860-61, puis à la terrible guerre civile qui s’ensuivit. Bien sûr, si les événements semblent s’accélérer à partir de la fin des années 1850, beaucoup de réalités existaient déjà et les étudier permet de mieux appréhender ce qui se passa par la suite. C’est ce qu’on va faire à travers le personnage peu connu (de ce côté-ci de l’Atlantique) de William Walker, aventurier, flibustier et apprenti chef d’Etat. Il illustre bien une partie des problèmes et des envies d’une certaine frange de la société sudiste de l’époque.

Un expansionnisme sudiste ?

La chose peut paraître étrange, mais existe pourtant bel et bien dans les décennies qui suivent l’indépendance des Etats-Unis. Le jeune pays en construction se cherche encore une identité culturelle et géographique. « Cantonné » à l’est des Appalaches, sur le territoire des anciennes Treize colonies britanniques, il va devenir, en quelques décennies, l’Etat gigantesque que l’on connaît, avec un mélange de traités pacifiques, d’achats de terres et de conquêtes de celles-ci, sur les tribus amérindiennes et les Etats voisins.

Or, le sud est particulièrement intéressé par l’expansion du territoire américain. Outre le courant général qui suit la fameuse déclaration du président Monroe en 1823 (les Européens n’ont plus à se mêler des affaires du continent américain) et la doctrine dite de la « destinée manifeste » (le destin des Etats-Unis est d’atteindre les côtes du Pacifique), ces Etats esclavagistes y voient le moyen de faire survivre ce que les textes nomment pudiquement « l’Institution Particulière » (Peculiar Institution). En effet, inclure de nouveaux Etats qui pratiqueraient l’esclavage permettrait de maintenir l’équilibre avec ceux du Nord, plus peuplés et libres, notamment car chaque Etat américain dispose de deux sénateurs, quelque soit son nombre d’habitants. Voilà pourquoi la partie méridionale du pays s’intéresse beaucoup à l’annexion du Texas et à la guerre avec le Mexique (où combattent bon nombre de futurs officiers confédérés et fédéraux) qui voit le pays s’agrandir après le traité de Guadalupe Hidalgo (1848).

La bataille de Veracruz durant la guerre au Mexique, Peinte par Carl Nebel en 1851. Hébergé sur https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/e/e6/Battle_of_Veracruz.jpg

La survivance de flibustiers et de rêves de conquêtes

Pourtant, ces espoirs sont souvent déçus car la bataille juridique et médiatique est féroce à propos du statut des nouveaux Etats: esclavagistes ou non ? Voilà pourquoi certaines personnalités sudistes se plaisent à envisager une conquête de territoires outre-mer, ou ailleurs sur le continent américain. L’un des plus influents est Pierre Soulé, sénateur de la Louisiane d’origine française. Partisan notoire de l’esclavage, il s’intéresse à l’île de Cuba et envisage son annexion pour en faire un territoire américain où il serait pratiqué. D’ailleurs, dans ces années 1840, c’est une colonie espagnole qui ne l’a pas encore interdit. Lui et les planteurs influents (dont il ne faut pas exagérer le nombre) qui dominent la vie politique du Sud prévoient divers projets de conquête, alors même que les Cubains se révoltent et essaient de se libérer de la tutelle espagnole. Ainsi en 1849 ils approchent le gouvernement américain et le secrétaire d’Etat à la guerre de l’époque, Jefferson Davis, futur président de la Confédération propose le nom d’un certain Robert E. Lee pour aller commander sur place ! Il refuse… Cela témoigne bien d’un certain climat, toutefois.

Enfin, d’autres préféreraient annexer des terres en Amérique centrale, région instable et à l’histoire politique mouvementée. Là, et dans les Caraïbes, le golfe du Mexique, sévissent encore bon nombre de flibustiers et pirates en tout genre, comme le célèbre Jean Lafitte au début du XIXe siècle. Une à deux générations plus tard, dans les années 1820-1840, ils sont encore nombreux à infester ces eaux. Malgré le traité de Paris consécutif à la guerre de Crimée (1856), qui jette les bases d’une interdiction de la guerre de course, et, partant renforce la notion d’un droit maritime international, il va falloir longtemps avant de s’en débarrasser. Ainsi, parmi eux, un certain William Walker dont nous allons voir les « aventures », qui sont dignes d’un roman de Stevenson, mais où le personnage principal est plus proche d’un Long John Silver que d’un Jim Hawkins.

Bibliographie sélective: 

Pour en savoir plus sur Pierre Soulé et les Français, personnes d’origine française, en général dans ce conflit :

-AMEUR (Farid), Les Français dans la guerre de Sécession. 1861-1865, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Les Amériques », 2016, 354 p.

Magnifique synthèse (existe en Français) sur le sujet:

-MC PHERSON (James M,), Battle cry of freedom. The American civil war, Londres, Penguin Books, 1990, 904 p.

En français, une bonne biographie de Lee :

-BERNARD (Vincent), Robert E. Lee, Paris, Perrin, 2014, 456 p.

Le site de l’auteur:

https://cliophage.wordpress.com/

Liens: 

La page Facebook du site : ici . Déjà 338 abonnés!

Mes vidéos d’histoire sur youtube:  La chaîne . Déjà 1275 abonnés!

Mes articles pour la Gazette du wargamer 

La page Tipeee : https://www.tipeee.com/antre-du-stratege

%d blogueurs aiment cette page :