Archives de Tag: Pyramides

Le retour d’Egypte du général Bonaparte: I) La situation en 1799

J’avais parlé en 2015 des origines de l’expédition d’Egypte, décidée à la fin du Directoire (voir lien plus bas). Il m’a donc semblé intéressant de parler du retour du général Bonaparte en France: comment se fit-il dans une Méditerranée étroitement contrôlée par la Royal Navy ? Quelle était la situation quand il réussit à en partir pour regagner la France ? Quel fut, au final, le sort de l’armée qu’il laissa derrière lui sous le commandement de Kléber ? Autant de questions qui vont nous intéresser dans les semaines à venir…

D’Alexandrie à Saint Jean d’Acre

L’expédition débute plutôt bien: après s’être emparés de Malte, les 54.000 hommes emportés par la flotte commandée par Brueys arrivent à Alexandrie début juillet 1798, après avoir échappé assez miraculeusement à la Royal Navy. La ville, peuplée d’environ 6000 âmes seulement, n’est plus le centre urbain majeur qu’elle était à l’Antiquité (notamment car le pouvoir s’est déplacé au Caire) et tombe rapidement entre les mains des Français.

Conquise depuis 1517-1518 par les Turcs Ottomans, l’Egypte forme alors une province éloignée de la capitale. Cela explique en partie que les vaincus de la veille, les fameux Mamelouks, exercent alors à nouveau l’essentiel du pouvoir. Ce sont d’anciens esclaves qui forment une sorte de caste militaire et administrative dirigeante, non sans succès. Néanmoins, leurs chefs n’ont pas les moyens techniques suffisants pour s’opposer efficacement aux soldats dirigés par Bonaparte, Murat, Menou et autres. Hommes comme officiers sont souvent des vétérans des guerres précédentes de la Révolution.

La tactique mamelouke laisse aussi à désirer. Ainsi, à la fameuse bataille des Pyramides du 21 juillet 1798, menée près du Caire (et assez loin desdites pyramides en fait) leur fière cavalerie se fait littéralement hacher en chargeant de front des carrés bien entraînés, et dont le feu roulant les brise à bout portant. Rappelons que c’est une formation d’infanterie qui imite la forme géométrique, et permet de tirer de tous les côtés à la fois, rang après rang, ainsi qu’elle peut être renforcée par des canons aux angles. Bref, bien organisée par des hommes et cadres capables, la réponse rêvée face à la cavalerie, comme Waterloo l’a montré bien plus tard !

En quelques semaines, l’armée française multiplie donc les succès et se rend maîtresse d’une bonne partie de l’Egypte. 

Gros représente ici la bataille terrestre d’Aboukir, avec un centrage sur la figure de Murat. L’oeuvre est conservée au château de Versailles. Cliché hébergé sur le site wikipédia (bien utile pour tout ceci ! )

Des Français « prisonniers de leur conquête »

Toutefois, selon l’expression consacrée, elle devient aussi rapidement « prisonnière de sa conquête », notamment du fait de la flotte de Nelson. Celui-ci a enfin retrouvé les Français à Alexandrie et Brueys commet la terrible erreur de faire combattre ses navires à l’ancre. Il sait que ses marins sont mal entraînés et veut ainsi éviter les excellentes capacités manœuvrières de son adversaire. Toutefois, il lui offre en fait une très belle occasion de malmener ses vaisseaux incapables de se déplacer. L’affrontement qui porte le nom de bataille d’Aboukir voit 11 navires de ligne français sur 13 être détruits et 5500 marins sur 8000 perdus, dont Brueys lui-même, qui meurt courageusement et en donnant des ordres jusqu’au bout.

Il n’empêche qu’incapable de revenir en France avec ses hommes, Bonaparte se retrouve coincé dans la terre des pharaons. De plus, même s’il n’affirme ne faire la guerre qu’aux seuls Mamelouks, l’Empire Ottoman a finit par déclarer la guerre à la France et envoie des hommes en Egypte, par la mer et via la terre sainte, avec l’aide britannique. C’est aussi une occasion pour le sultan Sélim III d’exercer un contrôle plus étroit sur cette possession.. Ne perdant pas de temps, le général envoie des hommes vers le sud poursuivre les restes des armées mameloukes, sous le commandement du célèbre Desaix et se porte lui-même au devant des forces ottomanes.

Il remporte d’abord de beaux succès, mais est bloqué devant les murailles de Saint Jean d’Acre, ravitaillée par la Royal Navy, et doit retraiter en Egypte, ses hommes étant épuisés. C’est là qu’il écrase l’armée de secours turque arrivée près d’Alexandrie, le 25 juillet 1799 (voir tableau). La bataille prend aussi le nom d’Aboukir, comme pour effacer la première du nom. Or, ce succès ne règle pas le problème du retour en France !

Bibliographie indicative (sans but d’exhaustivité):

Une somme magistrale de concision sur la Révolution, doublée d’un utile dictionnaire:

-TULARD (Jean, sous la direction de), Histoire et dictionnaire de la Révolution française. 1789-1799, Paris, Bouquins, 2002, 1223 p.

L’excellent ouvrage de Thierry Lentz sur le coup d’Etat de Brumaire, qui revient longuement sur sa préparation et les années précédentes:

-LENTZ (Thierry), Le 18 Brumaire, Paris, Perrin, coll. « Tempus », 2010, 522 p.

Un synthèse indispensable sur l’Empire ottoman, qui décrit très bien l’Egypte ottomane et le système mamelouk qui s’y remet progressivement en place après la conquête:

-MANTRAN (Robert, sous la direction de), Histoire de l’Empire ottoman, Paris, Fayard, 1989, 810 p.

L’article sur les origines de l’expédition:

https://antredustratege.com/2015/01/19/origines-de-lexpedition-degypte/

Liens: 

La page Facebook du site : ici . Déjà 353 abonnés !

Mes vidéos d’histoire sur Youtube:  La chaîne . Déjà 1381 abonnés !

Mes articles pour la Gazette du wargamer 

La page Tipeee : https://www.tipeee.com/antre-du-stratege

 

Publicités

Origines de l’expédition d’Egypte

Aboukir, les Pyramides, les Mamelouks, Kléber, Desaix, Champollion ou la pierre de Rosette… Autant de noms liés à l’expédition d’Egypte qui résonnent encore dans les mémoires de bien des amateurs d’histoire ou d’égyptologie… Il ne s’agira donc pas de revenir sur ces événements fort connus mais plutôt d’essayer d’expliquer les motivations qui poussèrent la France du Directoire à entreprendre une entreprise aussi hasardeuse…

Influences anciennes: 

Or, l’idée remonte à l’Ancien Régime, comme beaucoup d’autres choses: dès la fin de la guerre de Sept Ans, Choiseul, grand ministre de Louis XV, pense par exemple compenser la perte d’une grande partie des colonies en se tournant vers la zone, où l’autorité des Ottomans est toute relative. Et pourquoi, pas, de là, aller titiller les Britanniques en Inde ? Rappelons que Paris perd alors le Canada et tout le sous-continent, à l’exception des cinq fameux comptoirs (Pondichéry, Chandernagor…).

Si l’idée ne dépasse pas le stade de projet, elle est tout de même entendue par un jeune personnage qui gravite déjà dans les sphères du pouvoir et qui va la reprendre à son compte des années plus tard: le fameux Talleyrand. Il représente la chose en juillet 1797, augmentée de réflexions similaires, comme des écrits du comte de Saint-Priest, ambassadeur à Constantinople en 1781 et qui avait conseillé une conquête de l’Egypte, qu’il jugeait facile. Notons d’ailleurs que le sultan de Mysore, Tipoo Sahib, est alors (1798) en pleine guerre contre Londres et que l’idée de lui tendre la main par la terre, avec l’Egypte pour escale, fait son chemin.

Evidemment, de telles réflexions tiennent très peu compte des distances et ce qu’elles impliquent en matière de ravitaillement, de communications, du climat et des réactions des puissances étrangères. 

La bataille des Pyramides par Gros, 1810. Crédit photo, wikipédia.

Idéologie et prétextes: 

Ainsi, quand ledit Talleyrand défend officiellement le projet devant le Directoire quelque temps après, il affirme aussi que la République y gagnerait là du prestige, en tant que régénératrice du pays qu’il juge tombé en décadence. Suprême raccourci, il affirme même que: « L’Egypte fut une province de la République romaine, il faut qu’elle le devienne de la République française ». Certes, le temps est fasciné par l’Antiquité, mais le gouvernement reste, on l’imagine bien, encore mesuré.

En fait, si les deux idées maîtresses développées plus haut (affaiblir la puissance britannique par des voies détournées et rehausser le prestige de la France) n’emportent pas sa décision, la possibilité d’éloigner un général devenu trop encombrant le fait. Il s’agit bien sûr de Bonaparte, qui se fait connaître depuis 1793 (siège de Toulon). Populaire, jeune et victorieux il agace le pouvoir et il a déjà agi pour son propre compte en Italie (1796-1797). La popularité qu’il a engrangée dans l’armée du même nom et sa politique parallèle à celle du gouvernement font peur. 

Finalement, sous le prétexte de la découverte scientifique (21 mathématiciens, 13 naturalistes ou autant de géographes sont du voyage qui doit officiellement « éclairer le monde et procurer un trésor aux sciences »), la France envoie sans vraie déclaration de guerre, sans vrais buts de campagne, alors que la flotte britannique rôde… Son meilleur général et parmi ses meilleures troupes dans une aventure très imprécise dont on connaît le déroulement.

Bibliographie:

-TULARD (Jean, sous la direction de), Histoire et dictionnaire de la Révolution française. 1789-1799, Paris, Bouquins, 2002, 1223 p.

La page FB du site (pour être tenu automatiquement au courant des publications): ici . Déjà 178 abonnés!

Mes vidéos d’histoire sur youtube:  La chaîne . Déjà 549 abonnés! 

Mes articles pour la Gazette du wargamer 

%d blogueurs aiment cette page :