Archives de Tag: Reconstitution

Un ouvrage de la ligne Maginot: le fort Casso.

L’ouvrage: 

En Moselle, sur le territoire de la commune de Rohrbach-lès-Bitche, et faisant face à l’Allemagne, se trouve l’ouvrage dit « Fort Casso » , du nom d’un des officiers qui le commanda. Edifié de 1934 à 1938, il est un petit ouvrage défensif composé de trois blocs de béton armé reliés entre eux par des galeries souterraines. Partie de ce grand tout qu’est la ligne Maginot, il est bien conçu et fortifié et ll est occupé en temps d’alerte et de paix par 176 hommes du 166e Régiment d’Infanterie de Forteresse. Ces unités statiques et bien armées œuvrèrent sur la frontière et étaient capables de vivre en autonomie dans leurs ouvrages.

Protégé par les canons de 75 d’un ouvrage voisin, le Simserhof, la défense du fort Casso consiste en tourelles et cloches blindées équipées d’armes mixtes (cf photos): mitrailleuses MAC 31 « Reibel » (voir article sur les armes de 39-40) et canons antichars. Le fort connut les combats de 1940 et ne se rendit qu’après l’armistice, sous les honneurs rendus par l’armée allemande. C’est dans ce lieu que je participai à la reconstitution de ces évènements, devant un public nombreux et intéressé. Nous avons représenté les unités ayant occupé les tranchées d’intervalle, construites entre les ouvrages durant la Drôle de Guerre.

Merci aux associations et bénévoles qui ont tout permis!

Les photos:

Une des galeries du fort

Une des galeries du fort

Les cuisines de l'ouvrage

Les cuisines de l’ouvrage

Effets du 166e RIF, qui occupe l'ouvrage

Effets du 166e RIF, qui occupe l’ouvrage

Dortoirs.

Dortoirs.

Arme mixte

Arme mixte

Notre roulante française, fabrication après-guerre

Notre roulante française, fabrication après-guerre

L'entrée du fort.

L’entrée du fort.

Moi en tenue de 1940 (encore quelques imperfections)

Moi en tenue de 1940 (encore quelques imperfections)

Evacuation de l'ouvrage. Un camarade est en bleu horizon: il en restait dans la ligne Maginot en 1940!

Evacuation de l’ouvrage. Un camarade est en bleu horizon: il en restait dans la ligne Maginot en 1940!

Casque adrian mle 1926 avec insigne mle 1915.

Casque adrian mle 1926 avec insigne mle 1915.

Plus de photos:

https://www.facebook.com/media/set/?set=a.10203630255829568.1073741867.1611470780&type=1&l=ce2577c4e7

Le site du fort:

http://www.fortcasso-maginot.com/

Infos sur la MAC 31 « Reibel »:

https://antredustratege.com/2013/11/30/les-armes-du-soldat-francais-en-1940-les-mitrailleuses/

La page FB du site (pour être tenu automatiquement au courant des publications): ici . Déjà 145 abonnés!

Mes vidéos d’histoire sur youtube:  La chaîne . Déjà 406 abonnés! 

Mes articles pour la Gazette du wargamer 

Nouvelle pause (oral du concours)/ Reconstitution de la bataille de Montmirail.

Je vous prie à nouveau de bien vouloir excuser cette année saccadée. Etant admissible, je passe l’oral de mon concours aux alentours du 20 juin et je préfère me concentrer dessus pour les semaines à venir. Je serai tout de même présent à la reconstitution de la bataille de Montmirail (1814) ce week-end. Il promet d’y avoir beaucoup de monde aussi n’hésitez pas à venir. 

Bon courage à tous ceux qui ont des examens en cette fin d’année et à bientôt!

Je vous laisse avec un tableau représentant la cavalerie de la garde chargeant les carrés russes à Montmirail:

Recension 2e Guerre Mondiale n°53

Votre serviteur va bientôt arpenter de nouveaux endroits militaires en Belgique, dont la citadelle de Namur. En attendant de découvrir ce que j’en aurai tiré ici même,  je vous signale par la présente que le magazine 2e guerre mondiale n°53 est encore en kiosque. 

Au sommaire, d’intéressants articles qui sortent de l’ordinaire:

-Benoît Rondeau nous livre tout d’abord une analyse des raisons et modalités de limogeage des généraux lors de la Seconde Guerre mondiale. Si on sait tous que Rommel a ainsi été écarté du commandement après l’assassinat manqué d’Hitler le 20 juillet 1944, on parle moins des autres hauts gradés allemands ou même américains qui subirent le même sort, certains étant même dégradés. L’erreur est ici réparée et ouvre le champ à d’autres études sur les officiers supérieurs et généraux du conflit.

-Le même auteur nous livre plus tard dans le numéro des réflexions sur l’image du soldat de nos jours: comment voit-on les Américains, les Allemands, les Britanniques et les autres dans la mémoire collective? De vraies interrogations sont là soulevées.

-On trouve par la suite ma petite contribution sur la reconstitution: qu’est-elle? A quoi sert-elle? Quelles difficultés connaît-elle? Le ton que j’y adopte est résolument « libre ». A vous de juger.

-Continuons avec un énorme dossier de Stéphane Mantoux sur les liens entre mysticisme, occultisme et nazisme. L’auteur y montre la vivacité de nombreux clichés, la réalité de la chose au-delà de ceux-ci et la récupération fructueuse par les médias et la culture populaire de ces mythes qui font vendre. J’ai particulièrement aimé cette partie qui nous invite à rester critique des œuvres que nous consommons, qu’elles soient littéraires, cinématographiques ou vidéoludiques. Je trouve également très intéressant qu’un magazine sur la Seconde Guerre mondiale parle de sa mémoire, de son legs et sorte de thématiques purement militaires. 

-Du ministère de la Défense, Frank Segretain revient après cela sur la répression et la terreur allemande en France après le 6 juin 1944. La communication permet de bien voir qu’Oradour-Sur-Glane n’est pas un cas isolé et que les violences allemandes se sont faites plus dures après le Débarquement. On parle tout de même de 15.000 tués en dix semaines…

-Enfin terminons par un autre article de Stéphane Mantoux, sur la bataille de Mtsensk et le parcours d’un as des chars soviétiques: Dimitri Lavrinenko. Là encore, ces pages ont le mérite de sortir des sentiers battus et de parler encore de figures trop connues comme les as allemands qui monopolisent l’attention. 

Au final, un numéro équilibré et pour tous les goûts!

La couverture

La page fb du site (pour être tenus automatiquement au courant des publications): ici

Mes vidéos d’histoire sur youtube:  La chaîne

 

 

Bivouac napoléonien à Belfort et musée de la citadelle.

Grâce à l’association Grande Armée d’Alsace-Lorraine, j’ai pu participer ce week-end à un très intéressant bivouac napoléonien dans la citadelle de Belfort, ville très liée à l’histoire militaire. Je n’ai hélas pas pour le moment les photos des manoeuvres et des tirs, y ayant participé, j’aurais eu du mal à me prendre en photo en même temps.

Je suis là en tenue d’exercice de grenadier de la ligne. Elle est portée au bivouac, hors du combat.

IMG_5803

Le bivouac, dans la citadelle.

   IMG_5809

Moi en grenadier de la ligne. Ces hommes, grands, et impressionnants avec leur tenue forment, avec les voltigeurs, les compagnies d’élite des régiments d’infanterie de ligne. Ils encouragent leurs camarades et font peur à l’ennemi. A cheval ou à pied, ils sont même organisés en régiments dans la Garde Impériale, et comptent, dans ce cas-là, parmi les meilleurs soldats du monde.

IMG_5817

Avec un fusilier, soldat « de base », du 1er de ligne.

IMG_5820

Vue de la citadelle. Elle a été faite par Vauban, puis renforcée par Haxo et Séré de Rivières. Elle tint bon en 1814, 1815 et 1870-71.

IMG_5821

Hommage aux Polonais qui se battirent à Belfort en 1940.

IMG_5822

Autre vue de la citadelle. On le voit, elle est bâtie sur un éperon à pic.

IMG_5824

Le lion de Belfort, hommage aux défenseurs. Monument de Bartholdi.

IMG_5827

La caserne Vauban

IMG_5829

Alphonse de Neuville, « En avant! ou le combat du Chenebier », huile sur toile, 1884. L’un des derniers tableaux du maître, spécialiste de la guerre de 70-71 avec son regretté compère, Edouard Detaille

IMG_5856

Beau détail d’un fusil 1777 de la manufacture de Mutzig. On peut voir son fonctionnement: lorsque la détente est pressée, le silex produit une étincelle et ouvre le bassinet qui contient la poudre. Celle-ci s’enflamme et vient faire exploser, par une ouverture, celle qui est au fond du canon. Ainsi, le projectile peut partir. Charger un tel fusil et faire feu demande 12 temps et 18 mouvements.

IMG_5873

Revolver Français Mle 1874.

IMG_5883

Bonnet à poils 2nd Empire. Il est moins élevé que son homologue du 1er

IMG_5895

Fusiliers du 1er de ligne en tenue « Bardin » (1812-1815).

IMG_5916

Le pantalon marron est typique de la guerre d’Espagne et aurait été confectionné avec des bures de moines, ceux-ci étant alors nombreux de l’autre côté des Pyrénées.

IMG_5920

Le reportage FR3:

http://franche-comte.france3.fr/2013/08/04/belfort-le-siege-de-1813-comme-si-vous-y-etiez-297895.html

Album complet (public) et mieux expliqué, ici:
https://www.facebook.com/jeanbaptiste.murez/media_set?set=a.10201088749613501.1073741834.1611470780&type=1

La page fb du site (pour être tenus automatiquement au courant des publications): ici

Mes vidéos d’histoire sur youtube: La chaîne

%d blogueurs aiment cette page :