Archives de Tag: Ypres

La Belgique dans la Première Guerre mondiale: III) L’occupation d’une grande partie du pays

La reddition d’Anvers et le repli de l’armée belge

Le siège de la grande ville flamande d’Anvers, également l’un des ports les plus importants du pays, débute le 28 septembre 1914. Les Allemands utilisent pour ce faire de très lourdes pièces dont les obus percent les fortifications avant d’exploser. Devant la situation, et alors que le tableau général est assez sombre, le roi Albert décide de quitter la forteresse avec son armée. La décision est lourde de conséquence, mais il craint de tomber aux mains de l’ennemi et, partant, de devenir inutile.

Le matériel, les munitions et tout ce que peuvent sauver les troupes de campagne, sont envoyés dans la ville française de Calais, alors que le sort de l’armée belge de campagne reste incertain. Tandis qu’Anvers tient toujours, le souverain tente de trouver une solution avec son gouvernement, lui aussi replié dans cette localité. Les deux parties se retrouvent finalement sur un autre point de la côte belge, la ville touristique d’Ostende où Léopold II aimait se rendre, dans le « chalet royal ». Là, évidemment, l’heure n’est pas aux activités balnéaires et l’ambiance est même très tendue vu la gravité des faits en cours.

Finalement, les ministres passent en France le 13 octobre avec l’aide de ce pays et Albert, conseillé par Paris, décide de rester dans ce qu’il contrôle encore de territoire belge, pour ne pays envoyer de mauvais signal. Anvers, elle, s’est résignée à la reddition le 10 et ses forces se sont rendues aux Allemands ou ont été se faire interner aux Pays-Bas, pays neutre.

Milice bourgeoise au modèle assez proche de la Garde nationale française, la Garde civique belge fut mobilisée et combattit en 1914, comme le rappelle cette photo conservée au musée « In Flanders Fields » d’Ypres. Cliché de l’auteur: https://data.bnf.fr/fr/12135591/belgique_garde_civique/ https://antredustratege.com/2018/08/01/le-musee-in-flanders-fields-dypres/

Caricature de 1914: « Il faut toujours composer avec les petits ». Document présenté au musée de la ville de Bruxelles dans le cadre de l’exposition « Bruxelles à l’heure allemande ». Photo de l’auteur. https://www.cairn.info/revue-cahiers-bruxellois-2015-1-page-453.htm http://www.brusselscitymuseum.brussels/fr

L’Allemagne occupe presque toute la Belgique

Ce court répit a permis à l’armée de se replier derrière l’Yser, cours d’eau jugé peu gênant par les Allemands, qui attaquent la ligne de défense belge dès le 18 octobre. Toutefois, la résistance est réelle et leurs forces sont elles aussi épuisées par de durs combats depuis le mois d’août; quant aux lignes de communication, elles se sont étirées elles aussi. Finalement, renouant avec des tactiques utilisées au XVIIe siècle, les autorités belges prennent la terrible décision d’inonder toute la plaine côtière, ce qui avait stoppé Louis XIV durant la guerre de Hollande (1672-1678).

Si les Ardennes constituent une région accidentée, la Flandre n’est pas sans répondre en bonne partie au cliché du « plat pays » et la tactique est efficace. Ainsi, les forces du Kaiser sont stoppées, comme partout ailleurs jusqu’en Suisse d’ailleurs. La fameuse « course à la mer » prend fin et les armées vont s’enterrer selon un schéma bien connu le long de cette longue ligne de front. La Belgique, hormis une petite zone autour de Furnes (Veurne) et de La Panne est ainsi pratiquement occupée par les troupes allemandes mais ne s’est pas rendue. Toutefois, la suite de la guerre va se révéler très difficile pour elle.

Bibliographie consultée (sans but d’exhaustivité):

-DELHEZ (Jean-Claude), Douze mythes de l’année 1914, Paris, Économica, 2013, 144 p.

-DUMOULIN (Michel), Nouvelle histoire de Belgique. 1905-1918, l’entrée dans le XXe siècle, Bruxelles, Le cri, 2010, 188 p.

Liens:

La page Facebook du site : ici . Déjà 512 abonnés !

Mes vidéos d’histoire sur Youtube:  La chaîne . Déjà 1884 abonnés !

Mes articles pour la Gazette du wargamer 

Le musée « In Flanders fields » d’Ypres

En attendant la reprise du dossier consacré à William Wallace, je vous propose la découverte du magnifique musée In Flanders fields de la ville d’Ypres, où les combats de 14-18 furent particulièrement destructeurs. D’ailleurs, le gaz qui y fut utilisé gagna le nom « d’ypérite ». On aura l’occasion de découvrir la ville elle-même et ses monuments une autre fois. Photos de l’auteur.

Le site du musée:

http://www.inflandersfields.be/fr

Détail d’un plat à la gloire de George V et de l’Empire britannique. Photo de l’auteur.

Détail de l’insigne de coiffe du régiment ‘London Scottish’. Le saillant d’Ypres vit surtout des troupes britanniques et du Commonwealth être engagées du côté de l’Entente. Photo de l’auteur.

Photo de la garde civique belge en 1914. Avec son fameux chapeau qui semble incongru. Cliché de l’auteur.

Canon de 75/56 italien, modèle 1906. Il est inspiré du modèle français équivalent, le célèbre 1897. Photo de l’auteur.

Mitrailleuse hotchkiss française mle 1914. Pour en savoir plus: https://antredustratege.com/2013/11/30/les-armes-du-soldat-francais-en-1940-les-mitrailleuses/ . Photo de l’auteur.

Fusil antichar allemand « tankgewehr », apparu à la fin de la guerre pour contrer les blindés alliés, sans trop de succès. Il y en a un aux Invalides aussi. Photo de l’auteur.

Très impressionnant mortier de tranchée britannique, avec son obus (2-inch medium mortar). Celles-ci étant proches, les tirs courbes s’avèrent nécessaires. Photo de l’auteur.

Chargeur de FM Lewis britannique trouvé lors de fouilles dans le secteur d’Ypres. Photo de l’auteur.

Téléphone allemand. Bien souvent les tirs d’artillerie sectionnent les fils et il faut envoyer quelqu’un les réparer… Sous le feu ennemi. Photo de l’auteur.

Objets de propagande du « Relief for Belgium ». Très émus par le sort de la Belgique, les Américains l’aidèrent énormément. C’est notamment le destin de la bibliothèque de Louvain, brûlée par les Allemands, qui dégoûta l’opinion étasunienne. Photo de l’auteur.

Dessin de Paul Jouve représentant un Spahi (cavalier d’Afrique du Nord engagé dans l’armée française) dans les environs d’Ypres en juin 1915. Photo de l’auteur.

Pour finir, petit aperçu d’un futur article… Il s’agit bien d’Albert Ier statufié à l’entrée de la halle aux draps ! Elle fut reconstruite après la guerre, nous y reviendrons. Photo de l’auteur.

 

Autres articles sur la Belgique militaire:

https://antredustratege.com/2014/11/12/histoire-militaire-a-bruxelles-dernier-article/

https://antredustratege.com/2015/02/21/le-patrimoine-militaire-de-huy-province-de-liege/

https://antredustratege.com/2013/08/20/bref-apercu-du-patrimoine-militaire-de-liege/

https://antredustratege.com/2015/08/15/le-fort-de-huy-belgique/

https://antredustratege.com/2014/04/20/la-citadelle-de-namur/

https://antredustratege.com/2017/08/10/musee-dhistoire-militaire-de-tournai/

https://antredustratege.com/2014/09/28/1914-1918-en-exposition-a-liege/

Liens: 

La page Facebook du site : ici . Déjà 427 abonnés !

Mes vidéos d’histoire sur Youtube:  La chaîne . Déjà 1588 abonnés !

Mes articles pour la Gazette du wargamer 

La page Tipeee : https://www.tipeee.com/antre-du-stratege

 

%d blogueurs aiment cette page :