La révolution Hongroise de 1848 : le point de rupture, le début des opérations.

 Souvenez-vous : tiraillée par des tensions internes depuis des siècles, l’Empire d’Autriche connaît une vague de mécontentement sans précédent après le déclenchement des mouvements révolutionnaires de 1848, mouvements où Paris prend encore une place très importante et donne l’exemple…

Un Empire soumis à de fortes secousses: 

C’est-à-dire que, profitant de l’occasion, la Bohême (actuelle République Tchèque), l’Italie du nord et la Hongrie tentent de forcer Vienne à leur accorder plus de pouvoir, alors que les étudiants et la bourgeoisie allemandes s’ajoutent au concert en demandant une libéralisation du régime, qui connaît une poussée autoritaire depuis 1815. La monarchie voit donc des révoltes éclater sur tous les fronts et connaît une phase très critique. Vienne est ensanglantée, Prague connaît des journées d’émeute alors que Venise fait officiellement sécession…

Ferdinand Ier, alors empereur. Nous allons bientôt voir ce qu’il advint de lui. Crédit photo: wikipédia.

La Hongrie dans la Révolution de 1848: 

Mais concentrons-nous sur la Hongrie, bien que, vous le voyez, elle ne soit pas la seule concernée par l’agitation. En fait,  alors que l’empire entier est secoué jusque dans ses fondements, le pouvoir, occupé en Bohême et en Italie feint de laisser aux Magyars une autonomie renforcée. Dès le 17 mars ils forment un gouvernement et s’accaparent peu à peu tous les symboles d’une puissance souveraine. La monarchie, au combat sur trois autres fronts à la fois, ne peut réagir sérieusement.  La crise ne se déclenche réellement qu’en août 1848, quand Kossuth (cf article précédent) décide de lever une armée de 200.000 hommes après que Budapest ait commencé à nouer des relations diplomatiques avec d’autres pays. Bref, la Hongrie se comporte en état indépendant, ce que Vienne ne peut pas accepter.

Toutefois avoir ignoré ce front dangereux de mars à août a permis d’écraser les Italiens révoltés: le fameux maréchal Radetsky, un tchèque vétéran des guerres napoléoniennes, les écrase à Custozza alors que que la Bohême rebelle est remise au pas. Ces feux éteints, il devient possible de relever le défi : le 11 septembre, une armée formée de régiments venant d’Italie et de Bohème pénètre en Hongrie, qui décide de mettre au pouvoir un gouvernement de crise aux pouvoirs étendus, dignes d’une dictature antique. 

La fameuse Marche de Radetsky de Johann Strauss père, composée en l’honneur du vainqueur des révolutionnaires italiens. Vidéo en provenance du concert du Nouvel An 2014, celle-ci étant traditionnellement jouée à la fin desdits concerts.

Bibliographie:

-Bled (Jean-Paul), François-Joseph, Paris, Tempus, 2011, 848 p.

La page FB du site (pour être tenu automatiquement au courant des publications): ici . Déjà 160 abonnés!

Mes vidéos d’histoire sur youtube:  La chaîne . Déjà 464 abonnés! 

Mes articles pour la Gazette du wargamer 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :