Musée de la reddition allemande (Reims)

La reddition allemande a bel et bien été signée une première fois à Reims le 7 mai 1945, dans un lycée alors utilisé par les Alliés comme quartier-général du corps expéditionnaire en Europe. La salle des cartes où la cérémonie a eu lieu se visite encore, et les pièces attenantes ont été également transformées en musée. On y trouve des belles collections évoquant autant la capitulation que la vie de Reims de 1939 à 1945. Je vous propose quelques clichés de ces objets. Le site du musée:

https://musees-reims.fr/fr/musees/musee-de-la-reddition/

Le contexte de la photo n’était hélas pas précisé. Mais il s’agit sans doute de soldats Américains avec des enfants français lors de la Libération. Le plus à gauche a une bouteille du fameux Coca-Cola. Photo de l’auteur (juillet 2019).

Reims était un terrain d’aviation allemand et il s’agit là de la tenue d’un artilleur de la défense antiaérienne allemande (FLAK) en 1944 à cet endroit. Photo de l’auteur (juillet 2019).

Objets de la défense passive française. Elle est chargée d’alerter lors des raids aériens, de préparer l’évacuation vers les abris, d’organiser une partie des secours. Le casque est un Adrian modèle 1926 avec l’insigne de la DP. Photo de l’auteur (juillet 2019).

Uniforme des reporters de guerre américains lors de la reddition allemande de 1945. Photo de l’auteur (juillet 2019).

Tableau représentant la cérémonie. Les Allemands sont de dos. Hélas, le nom du peintre n’est pas précisé. Photo de l’auteur (juillet 2019).

Dérive d’un Morane-Saulnier 406 abattu au sud de Cambrai le 21 mai 1940. L’escadrille était basée près de Reims. Photo de l’auteur (juillet 2019).

La fameuse salle des cartes où a été signée la reddition. On y voit les pertes, les lignes de ravitaillement, l’évolution des fronts… Photo de l’auteur (juillet 2019).

Mannequin représentant un tireur FM à moto en 1940. Il fait partie d’une unité (15e groupe de reconnaissance de division d’infanterie, au nom assez clair) s’étant battue aux environs de Reims en 1940. Photo de l’auteur (juillet 2019).

Tankiste américain de la Libération, vers Reims en 1944. Photo de l’auteur (juillet 2019).

Blason au nom du croiseur Colbert, bonne unité de la marine de 39-40 dont la ville de Reims était marraine. Photo de l’auteur (juillet 2019).

Le lycée existe toujours ! L’entrée du musée est ailleurs, dans une partie devenue lieu de mémoire. Photo de l’auteur (juillet 2019).

Liens:

La page Facebook du site : ici . Déjà 512 abonnés !

Mes vidéos d’histoire sur Youtube:  La chaîne . Déjà 1898 abonnés !

Mes articles pour la Gazette du wargamer 

La Belgique dans la Première Guerre mondiale: IV) La mise en place d’un régime d’occupation sévère

La maîtrise du territoire belge occupé revêt rapidement une grande importance aux yeux du haut-commandement allemand. Outre ses richesses minières et son industrie puissante, la Belgique est aussi un nœud de communication vital pour les forces du kaiser engagées dans le nord-est de la France. Par elle doivent transiter les trains de munitions, matériel, mais aussi de blessés et de renforts. C’est pourquoi l’occupation du royaume va se révéler stricte et lourde, même si elle n’est évidemment pas comparable, dans sa nature, à celle, ultérieure de la Seconde Guerre mondiale.

Les forces d’occupation

Rapidement, la Belgique est séparée en plusieurs zones aux statuts différents, suivant la proximité au front. C’est la distance à celui-ci qui détermine le degré de contrôle militaire allemand. Plus l’on est proche du lieu des combats, plus il est important. Hors du front, l’autorité est exercée par un gouverneur général qui concentre les pouvoirs dans ses mains et s’est calqué sur les divisions du territoire (provinces, communes…) pour installer sa double administration, civile et militaire. Si les bourgmestres belges et d’autres conseils restent en place, il a toute latitude pour émettre des décrets et ne s’en prive pas. Bientôt, les murs sont recouverts de publications indiquant les ordres de l’occupant et les consignes à suivre. Dans certains domaines, des structures sont même créées pour répondre à un besoin précis (notamment vis-à-vis des Flamands jugés plus « sûrs » que les Wallons), et des fonctionnaires arrivent d’Allemagne pour remplir leurs missions.

La structure, pesante, s’appuie sur 80.000 soldats et un personnel civil dont le souci est de contrôler l’ensemble des activités économiques et politiques. C’est par exemple le cas dans la finance, où l’on retrouve des personnalités envoyées d’Allemagne, comme Hjalmar Schacht, futur ministre du troisième Reich, et qui organisent une économie de guerre (achats de biens pour l’Allemagne, réquisitions…). A mesure que les années passent, le statut futur du territoire est également discuté à Berlin: faut-il l’annexer purement et simplement après la victoire (dont l’Allemagne ne doute pas jusqu’en 1918) ? « Simplement » en faire un État vassal ? Comme l’issue finale n’est alors pas connue, ces questions soulèvent des réactions parfois contradictoires sur place, ce qui n’est pas sans créer beaucoup de confusions.

Caricature évoquant les difficultés du ravitaillement en 1916. Image présentée au musée de la ville de Bruxelles dans le cadre de l’exposition « Bruxelles à l’heure allemande ». Photo de l’auteur. https://www.cairn.info/revue-cahiers-bruxellois-2015-1-page-453.htm http://www.brusselscitymuseum.brussels/fr

Éléments du mur électrifié entre Belgique et Pays-Bas édifié à partir de 1915. Cinq cents personnes perdent la vie en tentant de le franchir. Objet présenté à Liège dans le cadre de l’exposition « Liège Expo 14-18 ». Photo de l’auteur. https://www.provincedeliege.be/fr/liege1418/expo1418

Objets évoquant le « Relief for Belgium », grande oeuvre américaine. Pièces présentées au musée In Flanders Fields d’Ypres. Photo de l’auteur (juillet 2018). http://www.inflandersfields.be/fr

Les occupés face à l’arrivée des Allemands

On l’a dit, la majeure partie de la Belgique est occupée par l’Allemagne. C’est une situation inédite pour le royaume, qui avait su rester hors de la guerre de 1870. A moins de vivre dans la petite zone demeurée aux mains des forces armées belges, la plupart des habitants doivent continuer leur existence dans un pays occupé. Fuir vers la frontière française semble hors de propos, car ce serait retomber, pour une grande partie, dans des zones aux mains des troupes de Guillaume II. Reste la possibilité de partir vers les Pays-Bas restés neutres mais, pour éviter cette hypothèse, les Allemands mettent en place une barrière électrifiée très au point, et difficilement franchissable, même si des réseaux d’évasion se structurent pour la contourner.

Le premier et principal problème reste l’alimentation: aucun plan de secours n’existe en 1914, les Allemands réquisitionnent beaucoup et ce dans un pays déjà marqué avant-guerre par une forte propension à acheter à l’étranger certaines denrées comme les céréales (3/4), pas assez produites sur place. Dès la fin de l’année 1914, les vivres commencent donc à manquer, et y remédier n’est nullement une priorité pour les autorités d’occupation. Toutefois, elles laissent une structure être mise en place depuis Bruxelles, le CNSA (Comité national de Secours et d’Alimentation). Diverses personnalités belges et étrangères, notamment américaines, y concourent et obtiennent de l’Entente que de la nourriture franchisse en quantité le blocus naval franco-britannique pour venir soutenir la population belge. Cette demande d’aide rencontre un immense écho aux États-Unis, marqués par les destructions allemandes (comme la bibliothèque de Louvain, nous y reviendrons…) et désireux de soulager la misère de la « Poor little Belgium. »

Ce comité, dont l’organisation est complexe et masque des jeux d’influence, réussit toutefois amplement sa tâche et fournit, durant le conflit 4.3 millions de tonnes de nourriture, qui bénéficient aussi au Nord de la France.

Nous analyserons la prochaine fois les formes de résistance à cette occupation et les réactions allemandes, avant de parler par la suite des forces belges continuant le combat puis nous terminerons par la libération du territoire en 1918.

Bibliographie consultée (sans but d’exhaustivité):

-DUMOULIN (Michel), Nouvelle histoire de Belgique. 1905-1918, l’entrée dans le XXe siècle, Bruxelles, Le cri, 2010, 188 p.

-Informations glanées dans de nombreux musées belges dont le musée In Flanders fields d’Ypres, le Musée royal de l’armée et de l’histoire militaire (Bruxelles), le musée-mémorial de Mons, le musée d’histoire militaire de Tournai et diverses expositions (liens depuis les images).

Liens:

La page Facebook du site : ici . Déjà 514 abonnés !

Mes vidéos d’histoire sur Youtube:  La chaîne . Déjà 1891 abonnés !

Mes articles pour la Gazette du wargamer 

Musée de la cavalerie (Saumur): aperçu des collections

Ville par excellence des troupes montées puis blindées, Saumur regorge de musées et lieux de mémoire militaires liés à cette arme. Je vous propose aujourd’hui un bref aperçu du musée de la cavalerie, qui retrace son histoire de la Renaissance à nos jours. Il est évidemment bien plus riche que ces quelques clichés que je partage. A lier à la manufacture d’armes blanches de Klingenthal (lien plus bas).

https://www.musee-cavalerie.fr/

https://antredustratege.com/2018/01/13/la-manufacture-darmes-blanches-de-klingenthal/

Cuirasse de cuirassier, modèle 1804. Cette cavalerie lourde est utilisée pour le choc, créer des brèches dans les rangs ennemis ou exploiter une faiblesse. Elle a encore son utilité au début du 19e siècle.

Emblème de la garde impériale modèle 1812. L’ensemble a été réalisé sous le Second Empire, époque qui réactive la gloire du Premier et fait la filiation (parfois un peu forcée) entre les deux époques.

Sabres d’apparat de la Restauration, notamment des gardes du corps du roi. Le duc d’Angoulême dont le nom apparaît est le fils aîné de Charles X , dont le mariage avec la fille de Louis XVI est resté stérile. Je l’évoque au sujet de l’Espagne ici: https://antredustratege.com/2018/05/21/lexpedition-despagne-de-1823-i-lintervention-francaise/

Cuirasses de la garde impériale, époque Second Empire. La cavalerie cuirassée se révèle inapte aux combats de 1870. Elle se fait étriller par les tirs des armes à répétition manuelle (Dreyse, Chassepot), mais va subsister jusqu’en 1914.

Détail d’une plaque de carabiniers de la garde impériale (Second Empire). Le commentaire sur ces unités cuirassées écrit plus haut s’applique là encore.

Des dragons (infanterie montée) escortent des prisonniers allemands en 1914. Hélas, le nom de l’artiste n’est pas indiqué. Après la « course à la mer » et la création d’un réseau de tranchées, les cavaliers se révèlent inutiles sur le front de l’ouest. Ils vont être démontés provisoirement. A l’est ou en Afrique, la situation est différente.

Mannequin d’un spahi. Ces cavaliers marocains ou algériens sont recrutés par la France durant l’époque coloniale et se révèlent de très bons soldats. Il reste des unités héritières de celles-ci.

Détail du casque modèle 1935 de chars de combat du général Leclerc, héros de la France Libre et de la Libération.

Les deux visages de la cavalerie en 1940: une partie est encore à cheval, et l’autre motorisée ou blindée. D’ailleurs, la motorisation rencontre toutes sortes de résistances contre elle, bien évoquées dans le roman de Maurice Druon « La dernière brigade ». Cet ouvrage marquant raconte aussi les combats de Saumur en 1940.

Guerre d’Algérie. Le mannequin porte un camouflage dit « lézard » et un pistolet-mitrailleur MAT 49. Les unités mobiles sont envoyées « nettoyer » des zones, notamment à l’époque du plan Challe. Ce général choisit de concentrer ses forces sur une zone précise, avant de passer à une autre. Ainsi, militairement, le conflit est quasiment une victoire.

Liens:

La page Facebook du site : ici . Déjà 514 abonnés !

Mes vidéos d’histoire sur Youtube:  La chaîne . Déjà 1885 abonnés !

Mes articles pour la Gazette du wargamer 

La Belgique dans la Première Guerre mondiale: III) L’occupation d’une grande partie du pays

La reddition d’Anvers et le repli de l’armée belge

Le siège de la grande ville flamande d’Anvers, également l’un des ports les plus importants du pays, débute le 28 septembre 1914. Les Allemands utilisent pour ce faire de très lourdes pièces dont les obus percent les fortifications avant d’exploser. Devant la situation, et alors que le tableau général est assez sombre, le roi Albert décide de quitter la forteresse avec son armée. La décision est lourde de conséquence, mais il craint de tomber aux mains de l’ennemi et, partant, de devenir inutile.

Le matériel, les munitions et tout ce que peuvent sauver les troupes de campagne, sont envoyés dans la ville française de Calais, alors que le sort de l’armée belge de campagne reste incertain. Tandis qu’Anvers tient toujours, le souverain tente de trouver une solution avec son gouvernement, lui aussi replié dans cette localité. Les deux parties se retrouvent finalement sur un autre point de la côte belge, la ville touristique d’Ostende où Léopold II aimait se rendre, dans le « chalet royal ». Là, évidemment, l’heure n’est pas aux activités balnéaires et l’ambiance est même très tendue vu la gravité des faits en cours.

Finalement, les ministres passent en France le 13 octobre avec l’aide de ce pays et Albert, conseillé par Paris, décide de rester dans ce qu’il contrôle encore de territoire belge, pour ne pays envoyer de mauvais signal. Anvers, elle, s’est résignée à la reddition le 10 et ses forces se sont rendues aux Allemands ou ont été se faire interner aux Pays-Bas, pays neutre.

Milice bourgeoise au modèle assez proche de la Garde nationale française, la Garde civique belge fut mobilisée et combattit en 1914, comme le rappelle cette photo conservée au musée « In Flanders Fields » d’Ypres. Cliché de l’auteur: https://data.bnf.fr/fr/12135591/belgique_garde_civique/ https://antredustratege.com/2018/08/01/le-musee-in-flanders-fields-dypres/

Caricature de 1914: « Il faut toujours composer avec les petits ». Document présenté au musée de la ville de Bruxelles dans le cadre de l’exposition « Bruxelles à l’heure allemande ». Photo de l’auteur. https://www.cairn.info/revue-cahiers-bruxellois-2015-1-page-453.htm http://www.brusselscitymuseum.brussels/fr

L’Allemagne occupe presque toute la Belgique

Ce court répit a permis à l’armée de se replier derrière l’Yser, cours d’eau jugé peu gênant par les Allemands, qui attaquent la ligne de défense belge dès le 18 octobre. Toutefois, la résistance est réelle et leurs forces sont elles aussi épuisées par de durs combats depuis le mois d’août; quant aux lignes de communication, elles se sont étirées elles aussi. Finalement, renouant avec des tactiques utilisées au XVIIe siècle, les autorités belges prennent la terrible décision d’inonder toute la plaine côtière, ce qui avait stoppé Louis XIV durant la guerre de Hollande (1672-1678).

Si les Ardennes constituent une région accidentée, la Flandre n’est pas sans répondre en bonne partie au cliché du « plat pays » et la tactique est efficace. Ainsi, les forces du Kaiser sont stoppées, comme partout ailleurs jusqu’en Suisse d’ailleurs. La fameuse « course à la mer » prend fin et les armées vont s’enterrer selon un schéma bien connu le long de cette longue ligne de front. La Belgique, hormis une petite zone autour de Furnes (Veurne) et de La Panne est ainsi pratiquement occupée par les troupes allemandes mais ne s’est pas rendue. Toutefois, la suite de la guerre va se révéler très difficile pour elle.

Bibliographie consultée (sans but d’exhaustivité):

-DELHEZ (Jean-Claude), Douze mythes de l’année 1914, Paris, Économica, 2013, 144 p.

-DUMOULIN (Michel), Nouvelle histoire de Belgique. 1905-1918, l’entrée dans le XXe siècle, Bruxelles, Le cri, 2010, 188 p.

Liens:

La page Facebook du site : ici . Déjà 512 abonnés !

Mes vidéos d’histoire sur Youtube:  La chaîne . Déjà 1884 abonnés !

Mes articles pour la Gazette du wargamer 

Temple de Cargnacco (Italie)

Inauguré en 1955 et voulu par un chapelain militaire, ainsi que des vétérans des troupes italiennes envoyées aux côtés des armées allemandes en URSS à partir de 1941, le temple de Cargnacco se dresse dans la plaine vénète, à 10 kilomètres d’Udine. Étrange construction de brique rouge, il est un lieu consacré au souvenir de ces hommes envoyés se battre dans des conditions difficiles. Outre 90.000 noms, on y trouve aussi des plaques, d’intéressantes mosaïques et c’est un lieu de culte catholique également.

L’endroit perpétue surtout la mémoire des alpini, soldat recrutés en montagne et utilisés à contre-emploi dans la steppe russe. Or, contrairement à une mauvaise vulgate, il ne déméritèrent pas et se battirent plus que convenablement avec les moyens médiocres dont ils disposaient.

Ainsi, avant de reprendre sur la Belgique en 1914-1918, nous continuons ici notre tour d’horizon des lieux de mémoire et musées italiens (liens ci-dessous). Un dossier consacré à la bataille de Caporetto suivra dans les mois à venir, illustré par des photos prises sur les lieux.

Le site:

https://www.tempiodicargnacco.org

L’entrée du temple. Il est écrit « Paix ». Photo de l’auteur (avril 2019).

Borne en l’honneur d’une des fameuses divisions d’alpini. Photo de l’auteur (avril 2019).

Détail d’une mosaïque, figurant la terrible retraite des troupes italiennes après la percée soviétique de la fin de l’année 1942 et du début de l’année 1943. Photo de l’auteur (avril 2019).

Détail d’une mosaïque, figurant la terrible retraite des troupes italiennes après la percée soviétique de la fin de l’année 1942 et du début de l’année 1943. Photo de l’auteur (avril 2019).

Détail d’une mosaïque présentant des combats avec les alpini en protagonistes. Photo de l’auteur (avril 2019).

Blason commémoratif. Photo de l’auteur (avril 2019).

Plaque commémorative. Il est écrit toute la douleur des familles et la dernière phrase dit: « 1954, dernière arrivée de prisonniers. Dernières espérances perdues ». Photo de l’auteur (avril 2019).

Pour compléter, une superbe chanson des alpini, Il testamento del capitano, interprété par le chœur de la brigade alpine « Julia ».

Autres articles sur le patrimoine militaire italien:

https://antredustratege.com/2015/05/01/le-frioul-et-la-memoire-de-la-premiere-guerre-mondiale-en-italie-1915-1918/

https://antredustratege.com/2018/03/03/musee-des-carabiniers-rome/

Liens:

La page Facebook du site : ici . Déjà 512 abonnés !

Mes vidéos d’histoire sur Youtube:  La chaîne . Déjà 1868 abonnés !

Mes articles pour la Gazette du wargamer 

La Belgique dans la Première Guerre mondiale: II) L’invasion allemande

Les Allemands rentrent en Belgique 

Nous l’avons vu la dernière fois, l’ultimatum allemand du 2 août 1914 est une terrible surprise pour la Belgique, d’autant qu’il est formulé de manière très brutale. Il affirme que la France va marcher sur le territoire allemand en passant par la Belgique et qu’il est donc nécessaire à l’armée impériale de venir à son secours à la fois pour la protéger (!) et, bien sûr, contrer la menace française. De plus, le délai de réponse (12 heures), est très court.

Malgré la disproportion de moyens évidente, le gouvernement et le conseil de la couronne belges décident de ne pas permettre le passage des troupes allemandes. Outre qu’il violerait les traités internationaux, ce qui est rappelé dans la réponse à l’Allemagne, il est aussi redit que Paris a réaffirmé le 1er août sa volonté de ne justement pas empiéter sur le territoire belge.

Le pays ne se fait aucune illusion sur ses capacités de résistance, mais le roi rejoint le quartier général à Louvain, la mobilisation est décrétée et se déroule bien; enfin la Triple-Entente, dont les membres sont garants des traités de neutralité, va dès lors concourir à la défense de la Belgique. Toutefois, on a dit la modicité des moyens militaires nationaux et, pire, l’armée est mal encadrée, encore en réorganisation, et n’a pas de réelle stratégie, notamment à propos des forts frontaliers comme celui de Liège.

Or, dès le 3 août les Allemands passent la frontière, à Visé, et l’État-major applique le plan, lui, arrêté depuis longtemps et que l’on connaît bien sous le nom de son auteur: Schlieffen. Il vise à contourner via la Belgique les puissantes défenses conçues par Séré de Rivières (voir plus bas) de l’est de la France qui, bien que délaissées, laissent croire à de grandes pertes en cas d’attaque frontale. Dès le 7, la ville de Liège est donc investie et ses défenses, elles aussi anciennes, rapidement conquises: les derniers ouvrages tombent le 16, non sans avoir montré au monde la volonté de résistance du peuple belge. La « cité ardente », elle, est d’ailleurs aussitôt décorée de la Légion d’Honneur.

 

Les Allemands sur la Grand-Place de Bruxelles en 1914. Photo présentée au musée de la ville de Bruxelles dans le cadre de l’exposition « Bruxelles à l’heure allemande ». Photo de l’auteur. https://www.cairn.info/revue-cahiers-bruxellois-2015-1-page-453.htm http://www.brusselscitymuseum.brussels/fr

Image satirique de 1914 (dans « Pourquoi Pas ? ») présentant la réponse de la Belgique à l’ultimatum allemand. Image présentée au musée de la ville de Bruxelles dans le cadre de l’exposition « Bruxelles à l’heure allemande ». Photo de l’auteur. https://www.cairn.info/revue-cahiers-bruxellois-2015-1-page-453.htm http://www.brusselscitymuseum.brussels/fr

L’arrivée des troupes de l’Entente 

Alors que les armées allemandes commettent des massacres dans leur sillage (nous y reviendrons), les troupes de l’Entente entrent à leur tour dans le royaume, pour venir épauler leur nouvel allié. Toutefois, cela se passe de manière plutôt déroutante pour celui-ci: le commandement français, assez méprisant (il va l’être à nouveau en 1940) entend avoir l’armée belge sous son autorité, et se trompe sur la situation. 

En effet, il juge très sévèrement le repli de l’armée royale vers les forts d’Anvers, par étapes successives. Il est en fait vu comme un abandon du territoire, abandon permettant aux troupes du kaiser de foncer sur la France. C’est plutôt que c’est le seul espoir pour la Belgique de regrouper ses forces et garder une assise territoriale bien défendue, au regard de ses moyens. D’ailleurs, le secteur aurait pu constituer un levier pour les troupes de l’Entente si d’autres décisions avaient été prises.

En fait Français et Britanniques perdent du temps, notamment car ils sont forts occupés par leurs propres problèmes, alors que deux sorties depuis la grande ville de Flandre épuisent les hommes d’Albert Ier. Le roi refuse, en un acte d’autorité, qu’une troisième soit tentée et s’apprête à soutenir le siège de la ville. Or, s’ils sont stoppés sur la Marne courant septembre, les Allemands ne sont évidemment pas vaincus et mettent en ligne une terrible artillerie lourde, allant jusqu’au calibre fort respectable de 420mm.

Image satirique de 1914. Document présenté au musée de la ville de Bruxelles dans le cadre de l’exposition « Bruxelles à l’heure allemande ». Photo de l’auteur. https://www.cairn.info/revue-cahiers-bruxellois-2015-1-page-453.htm http://www.brusselscitymuseum.brussels/fr

Bibliographie consultée (sans but d’exhaustivité):

-DELHEZ (Jean-Claude), Douze mythes de l’année 1914, Paris, Économica, 2013, 144 p.

-DUMOULIN (Michel), Nouvelle histoire de Belgique. 1905-1918, l’entrée dans le XXe siècle, Bruxelles, Le cri, 2010, 188 p.

Le fort Séré de Rivières:

https://antredustratege.com/2014/09/02/le-fort-sere-de-rivieres-modele-1874-1875/

Liens:

La page Facebook du site : ici . Déjà 509 abonnés !

Mes vidéos d’histoire sur Youtube:  La chaîne . Déjà 1849 abonnés !

Mes articles pour la Gazette du wargamer 

La Belgique dans la Première Guerre mondiale: I) La situation en 1914

Débutons dès à présent un nouveau dossier consacré à la Belgique au cours de la Première Guerre mondiale. D’entrée de jeu, je rappellerai l’importance de cet État durant ce conflit. Bien que doté de moyens militaires limités, son armée eut un rôle certain dans les combats; sa position géographique au carrefour entre Allemagne, France et Royaume-Uni en fit un point de passage primordial; sa neutralité et la dureté de l’occupation qu’elle subit donnèrent lieu à une importante aide matérielle et à un soutien moral sincère, mais aussi lié à la propagande. Bref, c’est un acteur tout sauf négligeable des années 1914-1919. Cette date a été retenue puisque, la paix revenue, il s’agrandit des cantons de l’Est au détriment de son voisin allemand.

Un pays neutre aux moyens militaires limités

Depuis le début de son histoire en tant qu’État, la Belgique, née de la révolution de 1830 dont je reparlerai une autre fois, est un pays neutre, et c’est toujours le cas en 1914. Hors des guerres européennes du XIXe siècle, malgré des combats frontaliers en 1848 (voir liens) et la crainte -sérieuse- d’être mêlée à la guerre de 1870, elle est protégée par son statut et des garants internationaux. En effet, le traité de Londres de 1839, signé par les grandes puissances, consacre cette position et va jouer un rôle en 1914, comme nous le verrons.

Dans la logique des « États-tampons » chers à Paris depuis au moins les traités de Westphalie (1648), elle est censée, avec le grand-duché de Luxembourg, limiter les tensions entre France, Pays-Bas et Prusse (puis Allemagne). Dans la même logique, elle offre au Royaume-Uni la certitude de ne pas être menacée depuis Anvers, que Napoléon, créateur du port, appelait justement « un pistolet braqué au cœur de l’Angleterre ». Cela explique, avec sa superficie réduite, que son armée ait des moyens limités, bien qu’il ne faille pas voir la Belgique comme une nation totalement désarmée et inapte à faire la guerre.

Ainsi, près de 14% du budget sont consacrés à la défense à la veille de la guerre, et des lois de 1909 et 1913, passées difficilement il est vrai, ont permis d’améliorer le recrutement et l’équipement des forces belges, qui peuvent aussi s’appuyer sur des places fortes construites par Léopold II, notamment à Liège. De plus, les Belges ont un vrai savoir-faire en matière d’armement, comme les bonnes productions de la Fabrique Nationale de Herstal ou de la fonderie de canons de Liège le montrent. Toutefois, le temps a manqué: en 1914, l’armée n’a pas du tout terminé sa réorganisation, et ne compte que 190.000 hommes sur le pied de guerre, ce qui semble bien peu face à 3.84 millions de soldats allemands.

Réquisitions d’automobiles à Mons le 1er août 1914. On voit aussi des troupes. Photo de l’auteur (2016), musée-mémorial de Mons. http://www.monsmemorialmuseum.mons.be/

Réquisitions d’automobiles à Mons le 1er août 1914. On voit aussi des troupes. Photo de l’auteur (2016), musée-mémorial de Mons. http://www.monsmemorialmuseum.mons.be/

L’été 1914

Notons pourtant que la guerre n’était pas forcément inévitable. L’histoire scolaire nous a tous appris l’enchaînement des faits survenu après l’assassinat de François-Ferdinand en juin 1914, mais les historiens ont bien montré dans des recherches récentes que l’engrenage a mis des semaines à se mettre en place. En Allemagne, ce sont les membres de l’État-major qui ont fait pression sur le pouvoir civil pour qu’il opte pour une solution guerrière, notamment fin juillet 1914.

Ainsi, en Belgique, la population et le gouvernement n’éprouvent pas une inquiétude trop grande au début de cet été qui va devenir infernal. Le traité de Londres est dans toutes les têtes, et son statut de neutralité avec. S’il y a des moments de plus grande tension, on croit qu’il va être respecté et, d’ailleurs, la diplomatie belge s’est bien gardée d’être trop pro-allemande ou pro-française depuis des décennies, pour limiter les frictions.

Ce n’est que fin juillet que des mesures de mobilisation sont prises (voir photos), devant la tournure que prennent les événements, alors que les diplomates sondent les pays étrangers pour être certains que le territoire belge va rester à l’abri d’une menace. Il n’empêche: l’ultimatum allemand du 2 août 1914 fait l’effet d’une bombe, alors que, la veille, Londres avait demandé à la France et à l’Allemagne si la neutralité belge allait être respectée, sans réponse de la seconde…

Bibliographie consultée (sans but d’exhaustivité):

-DELHEZ (Jean-Claude), Douze mythes de l’année 1914, Paris, Économica, 2013, 144 p.

-DUMOULIN (Michel), Nouvelle histoire de Belgique. 1905-1918, l’entrée dans le XXe siècle, Bruxelles, Le cri, 2010, 188 p.

Pour en savoir plus sur la révolution de 1848 et la Belgique:

https://antredustratege.com/2015/12/02/1848-le-combat-de-risque-tout-i-introduction/

Liens:

La page Facebook du site : ici . Déjà 510 abonnés !

Mes vidéos d’histoire sur Youtube:  La chaîne . Déjà 1825 abonnés !

Mes articles pour la Gazette du wargamer 

Douglas Haig et Édimbourg

Avant de vous proposer un nouveau dossier consacré à l’occupation allemande en Belgique durant la Première Guerre mondiale, je vous propose la découverte du patrimoine de la ville d’Édimbourg lié au maréchal Haig. Officier de carrière né dans la capitale d’Écosse, il servit en Inde et lors de dures campagnes coloniales comme la guerre des Boers (voir liens à la fin). Durant le premier conflit mondial, il commanda sur le front de l’ouest, au sein du British Expeditionary Force. Son nom est lié à la bataille de la Somme (1916) et, comme beaucoup d’officiers généraux, à l’impasse liée à cette guerre.

Si les historiens ont pu apprécier à sa juste valeur son rôle réel dans l’affaiblissement général des armées allemandes (lien au-dessous), il reste souvent associé dans les mémoires aux terribles pertes humaines durant son commandement. On se souvient moins de son rôle dans l’accompagnement des blessés après la victoire: il aida a créer la Royal British Legion, qui vient depuis au secours des vétérans, et leva des fonds pour elle. Ses objets du quotidien et les statues ou autres portraits permettent de mesurer à la fois le quotidien d’un officier de haut rang et la mémoire restée associée à son nom de nos jours.

Fiche sur le personnage pour en savoir plus:

http://www.bbc.co.uk/history/historic_figures/haig_douglas_general.shtml

Mise au point sur son rôle récapitulée par la BBC:

https://www.bbc.com/news/uk-scotland-46064486

Liens vers les sites musées où sont conservés les objets:

https://www.edinburghcastle.scot/

https://www.edinburghmuseums.org.uk/venue/museum-edinburgh

https://www.nationalgalleries.org/visit/scottish-national-portrait-gallery

Photos de l’auteur (avril 2016 et février 2019)

Statue équestre de Haig dans le château d’Édimbourg. Photo de l’auteur (avril 2016).

Uniforme d’apparat de Haig. Musée de la ville d’Édimbourg. Photo de l’auteur (février 2019).

Cafetière de Haig, bien utilisée ! Elle servit en 14-18. Photo de l’auteur (février 2019). Museum of Edinburgh.

Cantine de campagne de Haig faite par Drew & Sons à Londres, utilisée durant le premier conflit mondial. Photo de l’auteur (février 2019). Museum of Edinburgh.

Bottes de Haig, 14-18. Photo de l’auteur (février 2019). Museum of Edinburgh. Elles furent faites par Bartley & Sons de Londres, entre décembre 1915 et décembre 1916.

Haig et sa famille. Photo de l’auteur (février 2019). Museum of Edinburgh.

Haig en visite sur le front (détails précis non fournis). On voit qu’il parle à un soldat écossais, reconnaissable à son « glengarry ». Photo de l’auteur (février 2019). Museum of Edinburgh.

Badges régimentaires. La devise a notamment été celle du Queen’s Royal Lancers. Photo de l’auteur (février 2019). Museum of Edinburgh.

Boîte à l’effigie de Victoria pour les troupes d’Afrique du Sud, 1900. Haig y combat et la reine sait très bien diffuser son image. Voir à ce sujet sa biographie récente par Philippe Chassaigne. Photo de l’auteur (février 2019). Museum of Edinburgh.

Couvre-chef de Haig lors de sa période au 7th Hussars. Il y est officier dès 1885.

Après la guerre, Haig oeuvre pour les vétérans. Là cette médaille lui a été remise par la légion galloise des anciens soldats. Photo de l’auteur (février 2019). Museum of Edinburgh.

Flasque offerte par French à Haig après la guerre, avec des écrits de sa main. Il a été le précédent commandant ne chef du BEF. Photo de l’auteur (février 2019). Museum of Edinburgh.

Portrait du maréchal par John Singer Sargent, peint entre 1919 et 1922. Photo de l’auteur (février 2019), Scottish National Portrait Gallery.

Articles sur la guerre des Boers :

https://antredustratege.com/2014/09/14/la-france-et-la-seconde-guerre-des-boers-1899-1902/

https://antredustratege.com/2013/06/20/lapparition-du-camp-de-concentration-1896-1905/

Un des autres articles sur le patrimoine écossais:

https://antredustratege.com/2019/03/04/le-volet-militaire-de-la-scottish-national-portrait-gallery/

Liens:

La page Facebook du site : ici . Déjà 510 abonnés !

Mes vidéos d’histoire sur Youtube:  La chaîne . Déjà 1809 abonnés !

Mes articles pour la Gazette du wargamer 

La « glorieuse révolution » de 1688-1689: V) Conclusion

Les Stuarts en exil 

Installés en exil à Saint Germain en Laye, James II et ses proches, puis leurs successeurs, allaient représenter une menace réelle pour le trône. Restés populaires en Écosse et au départ en Irlande, ils vont se servir de ces « ventres mous » du pouvoir installé à Londres pour tenter de reprendre leur place. On nomme bientôt leur cause « jacobitisme », Jacobus étant le nom latin de James. C’est la catholicité du roi qui est tout d’abord cette cause dans l’île verte, ses réformes ayant profité à ses sujets de rite romain. Ainsi, en 1689 puis 1690, avec l’appui de la France (voir ci-dessous), des débarquements sont organisés, qui échouent après des défaites militaires.

La tentative irlandaise échouée, d’autres sont organisées en Écosse, qui connaît déjà des soulèvements en 1689 d’ailleurs. En effet c’est le lieu d’où la famille est originaire, même si l’on a vu qu’elle s’était bien anglicisée après 1603. Toujours est-il que les successeurs de James II, mort en 1701, redécouvrent ce passé, de manière plus ou moins sincère, et que, sur place, la volonté de retrouver un poids perdu avec la fusion des parlements en 1707 est réelle. En effet, c’est cette année que la Grande-Bretagne est officiellement créée et Édimbourg perd son assemblée au profit d’une chambre commune à Westminster. S’il ne faut pas voir dans ces mécontentements du nationalisme au sens du XIXe siècle, cette pensée est tout de même suffisamment puissante pour que les souverains en exil gardent des partisans, en fait surtout dans les hautes terres, parmi les rudes highlanders. 

Des révoltes ont donc lieu notamment en 1689, 1715 puis 1719, avec le concours intéressé de Paris puis de Madrid, l’Espagne étant passée aux mains du petit-fils de Louis XIV après la guerre de 1702-1713. Si ce sont des échecs, la tentative de 1745-1746 déjà décrite (voir liens) fait un temps sérieusement vaciller la dynastie Hanovre. A chaque fois, des répercussions ont lieu sur les populations locales, parfois terribles comme le massacre de Glencoe (1692), ou la destruction du système clanique et l’interdiction des cornemuses après 1746.

Si des rumeurs d’un nouveau « coup » sont semées durant la guerre de Sept ans (1756-1763), la défaite de Culloden et la répression évoquée plus haut est si terrible que rien ne se passe, d’autant plus que les derniers Stuarts meurent sans descendance légitime.

1689, la bataille de Killiecrankie est gagnée par les révoltés Jacobites, une victoire sans lendemain. La chanson, en scots et non en anglais, évoque cet événement et est magnifiquement interprétée par les Corries.

Une révolution sans violence ? 

Enfin, on peut se demander si la « Glorieuse révolution », présentée souvent comme celle d’un peuple unanimement levé contre son souverain et qui le chasse sans heurts, est si exemplaire que cela. Certes, le roi ne subit pas le sort du malheureux Charles Ier, et il n’affronte pas directement Guillaume au cours d’une bataille rangée… Néanmoins on a dit que des nobles se soulevaient contre lui, et les derniers moments de son règne sont l’occasion d’un déchaînement de violences contre les catholiques, qui se terminent même par la destruction de l’ambassade de l’Espagne, pays étranger à ces événements, mais jugé comme très « papiste ».

Si les tensions restent finalement limitées en Angleterre, on a vu plus haut que l’Écosse et l’Irlande se révoltaient et là le sang coula beaucoup, initiant le cycle de révolte décrit plus haut et ailleurs sur ce site.

Au final, après le départ de James II, c’est Guillaume d’Orange, sous le nom de Guillaume III, qui règne conjointement avec son épouse, la fille du roi déchu. Il refuse de se voir en prince consort sans pouvoir et participe directement à de nombreuses décisions. Pourtant, comme le couple n’a pas d’enfants, la lignée des Stuarts se perpétue un temps avec l’arrivée sur le trône de la reine Anne (1702-1714), autre fille de James II restée elle aussi anglicane. Toutefois, elle non plus ne parvient pas à avoir de descendance et, une importante loi de 1701 privant officiellement les catholiques de la succession anglaise, c’est un cousin allemand venu du Hanovre qui inaugure une nouvelle dynastie sous le nom de George Ier.

Détail d’une gravure de 1689 de Romeyn de Hooghe. On voit Guillaume III tenir le sceptre dans ses mains et apporter la liberté à son nouveau royaume. Il s’agit bien sûr de propagande. Oeuvre conservée au château de Holyrood et présentée dans la galerie de la reine, photo de l’auteur (février 2019). https://www.rct.uk/visit/palace-of-holyroodhouse

Autres articles sur la question:

https://antredustratege.com/2017/01/23/les-debarquements-francais-en-irlande-ii-1689-raisons-et-declenchement/

https://antredustratege.com/2017/02/05/les-debarquements-francais-en-irlande-ii-1690-poursuivre-la-tentative-de-1689/

https://antredustratege.com/2018/01/03/bonnie-prince-charlie-a-lassaut-du-trone-1745-1746-i-introduction/

Tableaux illustrant le sujet: 

https://antredustratege.com/2019/03/04/le-volet-militaire-de-la-scottish-national-portrait-gallery/

Bibliographie consultée (sans but d’exhaustivité):

-MILLER (John), The Stuarts, Londres, Hambledon Continuum, 2006, 294 p.

-CHASSAIGNE (Philippe), Histoire de l’Angleterre, Paris, Aubier, coll. « Histoires », 1996, 504 p.

Liens:

La page Facebook du site : ici . Déjà 510 abonnés !

Mes vidéos d’histoire sur Youtube:  La chaîne . Déjà 1803 abonnés !

Mes articles pour la Gazette du wargamer 

La « glorieuse révolution » de 1688-1689: IV) James II perd le trône

Un combat qui ne vient pas

Alors que James II et son armée marchent à la rencontre de Guillaume, les mauvaises nouvelles s’accumulent pour le premier: des éclaireurs envoyés en avant ne reviennent pas, et certaines unités font défection. Si, au final, elles ne sont pas très nombreuses, le signal donné est mauvais, d’autant plus que le propre neveu du souverain fait partie des déserteurs. Le moral du roi en devient très affecté et il recours à des drogues pour trouver le sommeil. Les conseillers hésitent sur la marche à suivre et lui-même ne sait comment rétablir la situation. Il en vient même à se demander si ses hommes accepteront le combat avec les troupes de son ennemi.

Finalement, craignant que ce ne soit pas le cas, il décide de retraiter en direction de Londres et de négocier avec Guillaume pour gagner du temps pense-t-il. Toutefois, sa propre famille se détourne en partie de lui: sa fille Anne et d’autres proches rejoignent les nobles révoltés dans les terres centrales de l’Angleterre ! Le chef de la maison d’Orange, lui, ne perd pas de temps: ses hommes remontent méthodiquement vers la capitale et il envoie des émissaires à la rencontre de James.

Gravure de 1685 représentant James II. Elle est l’oeuvre d’Arnold van Westerhout et a été faite à Rome. Elle exprime le souhait du roi de voir son pays revenir à la foi catholique. Oeuvre conservée au château de Holyrood et présentée dans la galerie de la reine, photo de l’auteur (février 2019). https://www.rct.uk/visit/palace-of-holyroodhouse

La fuite du roi

Ils arrivent auprès de lui le 10 décembre 1688, date à laquelle James II s’est décidé à fuir, après qu’il ait pu envoyer la reine et son fils en France. Il part en pleine nuit, en ordonnant à ses soldats de se disperser (mais sans se désarmer) et en jetant le grand sceau dans la Tamise, sceau utilisé dans de nombreuses décisions royales…. Avant d’être attrapé par des pêcheurs près de la ville de Faversham, dans le Kent !

Ramené dans la capitale, il s’entend finalement avec Guillaume qui maquille son départ vers la France. James ne veut pas lutter, malgré les demandes pressantes de certains de ses soutiens et le Néerlandais veut tout sauf en faire un martyr. Il s’embarque la veille de Noël, et parvient en France le lendemain. Louis XIV le reçoit et lui accorde alors la jouissance du château de Saint-Germain-en-Laye, ainsi, si vous lisez dans un texte d’époque que le roi soleil est allé voir celui d’Angleterre, c’est de lui qu’il s’agit.

On verra la prochaine fois que s’il n’y eut pas de combat direct entre les deux adversaires, cette « glorieuse révolution » ne se fit tout de même pas sans violences, comme les partisans de la faction d’Orange ont pu l’affirmer.

Bibliographie consultée (sans but d’exhaustivité):

-MILLER (John), The Stuarts, Londres, Hambledon Continuum, 2006, 294 p.

-CHASSAIGNE (Philippe), Histoire de l’Angleterre, Paris, Aubier, coll. « Histoires », 1996, 504 p.

Liens:

La page Facebook du site : ici . Déjà 502 abonnés !

Mes vidéos d’histoire sur Youtube:  La chaîne . Déjà 1799 abonnés !

Mes articles pour la Gazette du wargamer 

%d blogueurs aiment cette page :