Musée de la reddition allemande (Reims)

La reddition allemande a bel et bien été signée une première fois à Reims le 7 mai 1945, dans un lycée alors utilisé par les Alliés comme quartier-général du corps expéditionnaire en Europe. La salle des cartes où la cérémonie a eu lieu se visite encore, et les pièces attenantes ont été également transformées en musée. On y trouve des belles collections évoquant autant la capitulation que la vie de Reims de 1939 à 1945. Je vous propose quelques clichés de ces objets. Le site du musée:

https://musees-reims.fr/fr/musees/musee-de-la-reddition/

Le contexte de la photo n’était hélas pas précisé. Mais il s’agit sans doute de soldats Américains avec des enfants français lors de la Libération. Le plus à gauche a une bouteille du fameux Coca-Cola. Photo de l’auteur (juillet 2019).

Reims était un terrain d’aviation allemand et il s’agit là de la tenue d’un artilleur de la défense antiaérienne allemande (FLAK) en 1944 à cet endroit. Photo de l’auteur (juillet 2019).

Objets de la défense passive française. Elle est chargée d’alerter lors des raids aériens, de préparer l’évacuation vers les abris, d’organiser une partie des secours. Le casque est un Adrian modèle 1926 avec l’insigne de la DP. Photo de l’auteur (juillet 2019).

Uniforme des reporters de guerre américains lors de la reddition allemande de 1945. Photo de l’auteur (juillet 2019).

Tableau représentant la cérémonie. Les Allemands sont de dos. Hélas, le nom du peintre n’est pas précisé. Photo de l’auteur (juillet 2019).

Dérive d’un Morane-Saulnier 406 abattu au sud de Cambrai le 21 mai 1940. L’escadrille était basée près de Reims. Photo de l’auteur (juillet 2019).

La fameuse salle des cartes où a été signée la reddition. On y voit les pertes, les lignes de ravitaillement, l’évolution des fronts… Photo de l’auteur (juillet 2019).

Mannequin représentant un tireur FM à moto en 1940. Il fait partie d’une unité (15e groupe de reconnaissance de division d’infanterie, au nom assez clair) s’étant battue aux environs de Reims en 1940. Photo de l’auteur (juillet 2019).

Tankiste américain de la Libération, vers Reims en 1944. Photo de l’auteur (juillet 2019).

Blason au nom du croiseur Colbert, bonne unité de la marine de 39-40 dont la ville de Reims était marraine. Photo de l’auteur (juillet 2019).

Le lycée existe toujours ! L’entrée du musée est ailleurs, dans une partie devenue lieu de mémoire. Photo de l’auteur (juillet 2019).

Liens:

La page Facebook du site : ici . Déjà 512 abonnés !

Mes vidéos d’histoire sur Youtube:  La chaîne . Déjà 1898 abonnés !

Mes articles pour la Gazette du wargamer 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :