La bataille d’Isly, III sur IV.

De part et d’autre de la frontière:

Si l’Armée préférerait faire campagne au printemps, la Marine entend agir en été pour bénéficier des meilleures conditions possibles…
On se calque donc sur ses vues et la colonne formée le 5 juin reste 45 jours à Lalla Maghnia  (dont trente en sortie)! Pour tenir, on a ménagé des magasins, on a creusé des bassins pour la rétention d’eau et qui permettent de faire du poste une vraie base arrière. La frontière est franchie à quatre reprises et quelques engagements de peu d’envergure ont lieu. Le sultan ne réplique pas par la guerre et propose de négocier…
Malgré cela, il est séduit par l’idée d’une démonstration avantageuse à ses armes. C’est ainsi qu’il envoie ses forces sur la zone. Il se dit prêt à enfermer Abd el-Kader si les Français évacuent Lalla Maghnia. Bugeaud est d’accord pour ne pas se battre, mais refuse d’abandonner le poste. En effet une reculade serait compromettre les intérêts français dans la zone. Les guerriers algériens relèveraient la tête, à peine pacifiés qu’ils étaient à l’époque. De plus, Bugeaud est certain de remporter la bataille. Pendant ce temps la marine française fait ses démonstrations sur la côte. Elle est devant Tanger en juillet, grande ville commerciale du pays et centre diplomatique (le personnel étranger ne la quitte pas). Bon moyen de pression, donc.  Joinville envoie un ultimatum, lequel est repoussé par le gouvernement marocain, peut-être aiguillé par Londres.

Rivalités entre Marine et Armée:

A noter qu’il y eut une importante correspondance entre Joinville et Bugeaud. On y voit bien la rivalité entre Marine et Armée, à la fois pour des raisons de prestige et de budget. Le premier aurait même été influencé par les dires du second dans son choix d’agir. En effet, le 2 août, il annonce qu’il va se mettre en branle. Bugeaud décide à son tour de passer à l’action, alors même que l’armée marocaine arrive sur la frontière. Le 11 il apprend que son « rival » a bombardé Tanger cinq jours plus tôt (c’est le temps que met la correspondance). Le prince en est fier: il a agi devant les navires de sa gracieuse majesté basés à Gibraltar! Bugeaud estime qu’il faut forcer le destin et choisit la date du 14 août, attendant quelques renforts d’ici là. Avait-il le droit d’engager la bataille? On pense que oui. Soult, ministre de la Guerre, laissait entendre le 22 juillet qu’il le pouvait, à condition qu’il regagne l’Algérie sans s’avancer trop profondément en territoire chérifien. Pourtant, on sait aussi que Bugeaud se vanta au duc d’Aumale d’avoir outrepassé les instructions d’une lettre de Soult reçue peu avant la bataille…

Joseph Vantini, dit Yusuf (voir articles sur la smala). Crédits photo, wikipédia

Les effectifs et les tactiques employées: 

Toujours-est-il qu’à Isly, Bugeaud dispose de 10,000 hommes. Essentiellement des fantassins (8,000), 1,500 cavaliers (chasseurs sous Yusuf et des spahis) ainsi que 16 canons. C’est plus une grosse colonne qu’une armée. L’effectif marocain n’est pas précisément connu et court de 20-25,000 hommes au double suivant les auteurs. Ce sont avant tout des contingents fournis par les tribus guich; c’est à dire devant le service militaire au sultan contre des terres, un peu à la manière cosaque. Il y a également quelques contingents de gardes royaux et un peu d’artillerie. L’organisation est archaïque et l’armement inférieur. Les fusils de ces hommes sont traditionnels, à pierre et non à percussion. C’est à dire que les ratés sont encore nombreux là où une capsule de produit chimique remplace le silex chez les Français. Quant aux canons, les peuples orientaux les utilisent plus volontiers lors des sièges qu’en campagne.
Les cavaliers marocains tentent en fait de briser l’ennemi par leurs charges, mais n’utilisent pour ce faire pas le choc du cheval lancé à pleine vitesse, ils usent plus volontiers d’une sorte de caracole (c’est à dire qu’ils tirent à bout portant avec leurs armes). C’est impressionnant (ils cabrent leurs chevaux), mais peu efficace. En effet Bugeaud met sur pied un gigantesque carré, ou plutôt un losange fait de multiples bataillons séparés les uns des autres et se formant chacun en carré réduit, sur trois rangs. Ils se couvriront ainsi de leurs feux et l’intervalle entre eux sera battu par l’artillerie! La cavalerie et le commandement resteront au centre. On argua qu’en Europe, où la guerre avait évolué, un tel dispositif n’aurait pas marché, mais le fait est que nous ne sommes justement pas sur le vieux continent et l’accusation n’a pas lieu d’être.

Bibliographie:

-Cours de master (Paris-IV).

Pour en savoir plus:

Frémeaux (Jacques), La France et l’Algérie en guerre, 1830-1870, 1954-1962, Paris, Economica, 2002, 365 p.

Les articles sur la prise de la smala:

https://antredustratege.com/2013/09/06/la-prise-de-la-smala-dabd-el-kader-i-sur-iii/

https://antredustratege.com/2013/09/07/la-prise-de-la-smala-dabd-el-kader-le-16-mai-1843-ii-sur-iii/

https://antredustratege.com/2013/09/08/la-prise-de-la-smala-dabd-el-kader-le-16-mai-1843-iii-sur-iii/

La page fb du site (pour être tenus automatiquement au courant des publications): ici

Mes vidéos d’histoire sur youtube:  La chaîne

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :