Archives de Tag: Jacques II

Les débarquements français en Irlande III) 1690: poursuivre la tentative de 1689

Nous en étions restés à ce moment où Louis XIV décide d’envoyer d’importants renforts en Irlande. Les troupes fidèles au Stuart piétinent face à la résistance de l’Ulster, où les partisans de Guillaume d’Orange sont plus nombreux, Guillaume qui a aussi envoyé des soldats en nombre dans l’Ile verte.

Une vraie expédition

Que veut dire l’expression « renforts substantiels » que je citais en introduction ? Rien de moins que près de 7000 hommes et 400 officiers, dont une soixantaine d’artillerie, débarqués en mars 1690… Nous sommes loin des conseillers de l’an passé. C’est sans doute la force française la plus importante qui ait débarqué pour des opérations militaires dans les îles britanniques… Toutefois, leur chef, le comte de Lauzun, n’est guère un brillant stratège et cette arrivée de Français correspond à un échange de troupes décidé par les dirigeants….

En effet, plusieurs régiments irlandais prennent leur place dans les navires de la flotte du roi-soleil pour aller combattre sur le continent. C’est l’origine d’un noyau de troupes irlandaises dont les successeurs combattront jusqu’à la Révolution, voire au-delà (exemple en 1870 dans la Revue historique des armées citée en bibliographie). Au final, rien n’était acquis pour Jacques II.

Benjamin west représente ici Guillaume III à la bataille de la Boyne. Le tableau est de 1781.

Benjamin west représente ici Guillaume III à la bataille de la Boyne. Le tableau est de 1781.

La bataille décisive de la Boyne 

A partir de là, les évènements s’accélèrent. Guillaume d’Orange lui-même se met à la tête de ses troupes, et marche vers l’armée franco-irlandaise de Jacques II. A l’été, les deux forces se font face, pour ce que tous ressentent comme un combat décisif. Le roi Guillaume dispose de 36.000 hommes bien entraînés face aux 25.000 partisans du Stuart. L’affrontement a lieu de long des rives de la rivière Boyne, au nord de Dublin, le 1er juillet 1690 (selon le calendrier julien de l’époque).

Or, c’est une terrible défaite pour les Jacobites, le nom qu’on donne aux partisans des Stuart (Jacques devenant « Jacobus » en latin). Malgré une défense coriace de la cavalerie irlandaise, les régiments obéissant à la maison d’Orange parviennent à passer en force la rivière, et fondent sur les troupes de Jacques, mal positionnées. Les troupes françaises se comportent admirablement, protégeant la déroute du reste de l’armée, mais ne pouvant changer le résultat final.

Les conséquences 

Cette bataille décisive marque un premier échec Stuart de reprise du trône. Le roi parvient à s’enfuir en France depuis Kinsale, et sa famille va installer sa cour pour de nombreuses années à Saint-Germain-en-Laye. Les troupes françaises, elles, rembarquent depuis Galway et retournent en France. Si elles se sont bien comportées au combat, il ne faut pas croire à une idylle en Irlande. Les hommes de Louis XIV ont souvent été méprisants, trouvant les Irlandais pauvres et frustes, et ceux-ci n’ont pas apprécié certaines de leurs manières… Ni  le fait que Jacques les écoute plus qu’eux-mêmes.

Toutefois, on a vu que nombre d’Irlandais passèrent en France où ils allaient se couvrir de gloire pendant des décennies, combattant notamment à Malplaquet en 1709, d’autres dans la marine, comme la famille Mac Nemara. D’importants liens franco-irlandais se nouent à l’époque.

Bibliographie sélective (sans but d’exhaustivité):

-JOANNON (Pierre), Histoire de l’Irlande et des Irlandais, Paris, Perrin, coll. « Tempus », 2009, 832 p.

-« France-Irlande », Revue historique des armées n° 253, 2008. Voir notamment cet article :

https://rha.revues.org/4612

Évocation des Irlandais dans la marine française:

-VERGE-FRANCESCHI (Michel),  La marine française au XVIIIe siècle : guerres, administration, exploration, Paris, SEDES, 1996, 451 p. 

Liens: 

La page Facebook du site : ici . Déjà 314 abonnés!

Mes vidéos d’histoire sur youtube:  La chaîne . Déjà 1174 abonnés!

Mes articles pour la Gazette du wargamer 

La page Tipeee : https://www.tipeee.com/antre-du-stratege

 

Les débarquements français en Irlande II) 1689: raisons et déclenchement

Le contexte

Le premier débarquement dont nous allons parler est donc celui de 1689, en plein dans le règne de Louis XIV. Celui-ci entame la partie la plus délicate de ses années au pouvoir. Si les armées françaises emportent encore de beaux succès, ce ne sont plus les victoires des guerres du début du règne : Dévolution (1667-1668) et Hollande (1672-1678). Depuis l’année précédente, la France jugée trop puissante, fait face à une puissante coalition ce qui a donné son nom au conflit : la guerre de la ligue d’Augsbourg.

Elle rassemble de nombreux pays, dont le royaume d’Angleterre, celui d’Espagne et les Provinces-Unies. C’est en fait une constante jusqu’en 1815, qui fait que plusieurs historiens nomment cette période « la seconde guerre de Cent ans ».

Pourquoi un débarquement en Irlande ?

Il est lié à la guerre de la ligue d’Augsbourg, mais aussi à la « Glorieuse Révolution ». Celle-ci a chassé les Stuart du trône en 1688, notamment à cause du catholicisme militant du roi Jacques II, dans un pays devenu majoritairement anglican et presbytérien (Ecosse). Appelé depuis les Pays-Bas, Guillaume d’Orange le remplace sous le titre de Guillaume III. Or, il n’aime pas Louis XIV qui a envahi son pays pendant la guerre de Hollande citée en introduction. Depuis, et pour longtemps, les Stuart se sont réfugiés avec leurs partisans en France et vont tenter plusieurs fois de reprendre le pouvoir en débarquant en Ecosse ou, là, en Irlande où ils gardent des soutiens.

Un premier débarquement d’officiers 

Ainsi, Versailles se laisse convaincre qu’aider Jacques II à retrouver son trône est une occasion inespérée d’affaiblir durablement l’Angleterre (l’union de la couronne anglaise avec l’Ecosse n’a lieu qu’en 1707, et celle avec l’Irlande en 1800-01), en suscitant une révolte sur les terres qu’elle contrôle. Pour revenir à l’Irlande: une bonne partie de l’Ile Verte, farouchement catholique, sauf au nord plus mêlé, s’est en effet soulevée et réclame le retour du roi Jacques. Celui-ci débarque donc à Kinsale, dans le sud de l’Irlande, le 12 mars 1689.

Outre ses hommes (un bon millier de partisans) et du matériel, une centaine de Français, des officiers, sont à ses côtés. Ils doivent le conseiller et l’aider à commander ses troupes. Or, dès le début, l’entente est mauvaise entre les deux partis qui n’ont pas les mêmes conceptions stratégiques. Le Stuart ne parvient d’ailleurs pas à s’emparer rapidement des villes protestantes de l’Irlande du Nord, qui se défendent farouchement, et une armée de secours est dépêchée depuis l’Angleterre.

Bref, cela conduit Jacques et Louis à décider de l’envoi d’une force française bien supérieure, dont nous allons parler la prochaine fois.

Bibliographie sélective (sans but d’exhaustivité):

-JOANNON (Pierre), Histoire de l’Irlande et des Irlandais, Paris, Perrin, coll. « Tempus », 2009, 832 p.

-Cours de licence sur le règne de Louis XIV, année universitaire 2007-2008, ICP.

Liens: 

La page Facebook du site : ici . Déjà 314 abonnés!

Mes vidéos d’histoire sur youtube:  La chaîne . Déjà 1166 abonnés!

Mes articles pour la Gazette du wargamer 

La page Tipeee : https://www.tipeee.com/antre-du-stratege

 

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :